Théâtre : Entre devoir de mémoire et besoin d’oublier, une pièce de J. Benegmos
Rechercher

Théâtre : Entre devoir de mémoire et besoin d’oublier, une pièce de J. Benegmos

"L'oubli" de Julie Benegmos d'après Frederika Amalia Finkelstein sera en tournée dans le Languedoc en avril et en mai

Ce n’est pas une simple tirade qu’offre Julie Benegmos aux spectateurs, mais un monologue entouré d’images en 3D et de films projetés derrières elle sur autant d’écrans qui font défiler des images d’archives montrant l’Allemagne nazie, ou des posts plus ou moins antisémites piqués sur les réseaux sociaux. Elle s’enfuit et se réfugie dans les jeux vidéos, se crée même une nouvelle famille.

C’est la rencontre de deux petites-filles de déportés. Pour L’oubli, le nom de sa pièce, Julie Benegmos s’est inspiré du roman éponyme de Frederika Amalia Finkelstein qui s’interroge sur l’injonction du devoir de mémoire et sur la possibilité de l’oubli.

Dans son roman, Finkelstein explique pourquoi elle veut « oublier » : « En observant Martha Eichmann (la petite-fille d’Adolf Eichmann qu’elle croise dans un bistrot parisien), je me suis demandée si elle n’était pas déjà morte ; emmurée vivante par la trace qu’a laissé son grand-père sur le monde, et que son nom lui a transmis. Je me pose parfois la même question à mon endroit : suis-je emmurée vivante par la trace qu’ont laissé sur moi mes ancêtres ? Les traces peuvent nous ensevelir. C’est la raison pour laquelle je veux oublier. »

Dans sa pièce, explique la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, « le spectateur est entraîné par son avatar dans les affres de l’Histoire et dans l’enfance d’Alma, avec ses peurs et ses fantasmes. Il suit ses réflexions, sans savoir où s’arrête la vérité et où commence le mensonge. Car peu à peu, Alma perd le fil. Elle oublie, se remémore, finit par s’inventer sa propre histoire familiale pour échapper à la grande Histoire de l’humanité. Et avoir le droit d’oublier les femmes, les enfants et les vieillards morts Auschwitz qui l’empêchent de dormir la nuit. »

La pièce sera présentée le 11 avril à Fozières, le 13 avril à Ganges, et le 23 mai à Narbonne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...