Tollé suite à l’incendie présumé du Tombeau de Mordechai et d’Esther en Iran
Rechercher

Tollé suite à l’incendie présumé du Tombeau de Mordechai et d’Esther en Iran

Les groupes juifs américains dénoncent une "agression antisémite contre les Juifs et le judaïsme", appelant Téhéran à protéger les sites juifs ; les dégâts seraient limités

  • Le Tombeau d'Esther et Mordechaï à Hamadan, en Iran (Crédit : CC BY-SA Philippe Chavin/Wikipedia)
    Le Tombeau d'Esther et Mordechaï à Hamadan, en Iran (Crédit : CC BY-SA Philippe Chavin/Wikipedia)
  • Des Juives iraniennes prient au tombeau d'Esther (Crédit : Shutterstock)
    Des Juives iraniennes prient au tombeau d'Esther (Crédit : Shutterstock)
  • Un dessin du tombeau d'Esther et Mordechai à Hamadan, en Iran. L'inscription "Tombeau de Mordechai et de la reine Esther" est faite sous la forme d'un arc, au sommet de l'image (Crédit : Bibliothèque nationale d'Israël)
    Un dessin du tombeau d'Esther et Mordechai à Hamadan, en Iran. L'inscription "Tombeau de Mordechai et de la reine Esther" est faite sous la forme d'un arc, au sommet de l'image (Crédit : Bibliothèque nationale d'Israël)

Un tombeau antique vénéré par les Juifs iraniens comme étant le lieu où ont été inhumés les personnages bibliques Esther et Mordechai aurait été incendié dans la nuit de jeudi, ont fait savoir des groupes juifs américains vendredi.

L’agence de presse officielle Islamic Republic News Agency a paru confirmer l’information samedi dans une dépêche qui a été supprimée de son site Internet environ deux heures plus tard. Elle a par ailleurs indiqué qu’il n’y avait pas eu de dégâts importants au tombeau, a indiqué la station de radio Farda, soutenue par les Américains.

Des responsables iraniens ont également confirmé l’incendie, indiquant que seuls des « dégâts mineurs » avaient été déplorés et qu’ils ne concernaient pas la salle abritant la tombe.

L’incendiaire, qui serait entré par une banque adjacente, aurait été identifié grâce à des images enregistrées par les caméras de surveillance. Son mobile et son identité n’ont pas été rapporté. Il n’aurait pas encore été interpellé.

Le Centre Simon Wiesenthal, organisation de défense des droits de l’Homme, a également indiqué que des activistes iraniens avaient confirmé cet incendie volontaire survenu le 14 mai, au 72e anniversaire de la fondation de l’Etat d’Israël.

« Dans l’Histoire, les musulmans ont sauvegardé les lieux saints juifs depuis la Perse jusqu’au Maroc, et notamment le tombeau d’Esther et de Mordechai. Mais les choses ont changé avec l’arrivée des Ayatollahs et les mouvements terroristes qu’ils ont engendrés. Ces dernières années, il y a eu des manifestations antisémites, chaque année, sur ce lieu saint où les Juifs viennent prier pacifiquement depuis des siècles », a noté le Centre Simon Wiesenthal dans un communiqué, comparant cette « attaque barbare » aux profanations des sites juifs commises par les nazis.

« Une information perturbante venue depuis l’#Iran, celle que le tombeau d’Esther et Mordechai, lieu saint juif, a été la cible d’un incendie hier », a écrit sur Twitter le directeur-général de l’ADL (Anti-Defamation League), Jonathan Greenblatt, sans citer ses sources.

Le Tombeau d’Esther et Mordechaï à Hamadan, en Iran. (Crédit : CC BY-SA Philippe Chavin/Wikipedia)

« Nous espérons que les autorités traduiront les auteurs de cet acte #antisémite devant la justice et qu’elles s’engageront à protéger les lieux saints de toutes les minorités religieuses en Iran », a ajouté Greenblatt.

La CoP (Conférence des présidents des organisations juives américaines majeures) a condamné cet incident présumé.

« Nous sommes scandalisés par des informations portant sur le tombeau d’Esther et Mordechai à Hamedan, en Iran, qui aurait été profané dans un incendie volontaire la nuit dernière », a déclaré un communiqué.

« Cet acte immonde et inacceptable représente non seulement une attaque ouvertement antisémite contre les Juifs et le judaïsme mais est aussi une agression commise à l’encontre des croyants de toutes les confessions. Il doit être condamné sans équivoque par la communauté internationale. Le gouvernement iranien doit agir de manière à prévenir d’autres attaques et conduire les responsables de cet incendie devant la justice », a ajouté le communiqué.

Des Juives iraniennes prient au tombeau d’Esther. (Crédit : Shutterstock)

Cet incident a suivi des informations, rendues publiques au mois de février, qui faisaient part de menaces proférées par les Iraniens de raser le tombeau en représailles contre Israël et Washington.

Selon des articles parus dans la presse iranienne à l’époque, des membres du groupe universitaire extrémiste Basij de la province de Hamadan, où se trouve le tombeau, avaient diffusé un communiqué menaçant de détruire le tombeau et de le remplacer par un consulat palestinien dans le contexte, à ce moment-là, de la révélation du plan de paix de l’administration du président Donald Trump.

« Depuis le mois de février, les membres de la milice iranienne Basij ont, une fois encore, menacé de raser le tombeau des héros juifs historiques Mordechai et de la Reine Esther. Il semble que ces terroristes ont tenté de mener à bien cet acte scandaleux de profanation en se prêtant à cette attaque préméditée », a indiqué la CoP dans son communiqué de vendredi.

Selon l’Alliance pour les droits de toutes les minorités – groupe américain de défense de la liberté religieuse en Iran – les informations qui avaient filtré au mois de février mentionnaient que les autorités iraniennes, elles aussi, avaient appelé à la destruction du site. Cette information n’avait pas toutefois été confirmée.

Ali Malmir, à la tête de l’office du tourisme de Hamadan, avait déclaré le 7 février à l’ISNA, un site d’information officiel du régime, que la transformation des lieux en consulat ne serait pas possible, le site étant protégé au titre de patrimoine historique par la loi iranienne et ne pouvant répondre aux nécessités d’un bureau diplomatique.

Néanmoins, le chef du groupe Basij, dans la province de Hamadan, avait pour sa part déclaré au site d’information que les responsables iraniens se devaient de considérer la défense des droits des Palestiniens comme un héritage culturel de plus grande importance.

Le tombeau accueillerait les dépouilles d’Esther et de Mordechai, héros juifs de la fête de Pourim, qui auraient déjoué les plans d’un vice-roi de Perse de détruire la communauté juive locale.

Si le site est protégé par la loi iranienne, des responsables, en 2011, auraient rétrogradé son statut, quelques semaines après une manifestation ayant eu lieu au tombeau en réponse à des informations non-fondées qui avaient laissé entendre qu’Israël menaçait de détruire la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

Histoire et tradition du tombeau

Selon la bibliothèque nationale israélienne, le tombeau est mentionné pour la première fois par Benjamin de Tudela, en l’an 1 100 environ.

« La ville de Hamadan est souvent associée à Shushan où s’était déroulé l’histoire de Pourim, au 4e siècle avant l’ère commune », note la bibliothèque sur son site Internet, ajoutant toutefois que « une autre tradition de la communauté juive d’Iran explique que Hamadan serait plutôt l’endroit où Esther et Mordechai auraient fui après la mort d’Ahasuerus, craignant que les fidèles d’Haman ne les assassine, et ils auraient obtenu la protection de la communauté juive de la ville ».

Le mausolée aurait été construit en l’an 1 600. « Entre les deux tombeaux, il y a un puits profond recouvert d’une large pierre qui, selon l’une des histoires traditionnellement racontées, mène jusqu’à Jérusalem », note la Bibliothèque. « Adjacente au tombeau, une pièce sert comme lieu de prière et est également utilisée pour lire la Megillah et pour les célébrations familiales. »

Un dessin du tombeau d’Esther et Mordechai à Hamadan, en Iran. L’inscription « Tombeau de Mordechai et de la reine Esther » est faite sous la forme d’un arc, au sommet de l’image (Crédit : Bibliothèque nationale d’Israël)

« Sur le plafond du musée, il y a une petite niche dans laquelle des bijoux ont été retrouvés au début du 20e siècle par un explorateur français, qui les a ramenés au Louvre. Les Juifs de Hamadan pensent que la couronne, qui avait été découverte parmi les joyaux, a appartenu à la Reine Esther. »

« En 2008, le gouvernement iranien a déclaré que le tombeau faisait partie du patrimoine mondial. La protection gouvernementale du site a été toutefois levée lorsque des étudiants iraniens ont menacé de le détruire pour se venger de la ‘destruction par les Juifs de la mosquée Al-Aqsa’ présumée et du massacre des Perses mentionné dans la Megillah. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...