Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

« Toutes les options sont sur la table », dit Gallant après l’explosion à Jénine

Le ministre de la Défense a rendu visite aux soldats blessées dans le nord de la Cisjordanie, alors que l'on s'attend à une opération de plus grande envergure

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rend visite à des soldats blessés lors d'un raid de Tsahal à Jénine au centre médical Rambam de Haïfa, le 20 juin 2023. (Crédit : Nicole Laskavi/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant rend visite à des soldats blessés lors d'un raid de Tsahal à Jénine au centre médical Rambam de Haïfa, le 20 juin 2023. (Crédit : Nicole Laskavi/Ministère de la Défense)

Alors qu’il rendait visite à des soldats hospitalisés après qu’ils ont été blessés lors d’un raid de l’armée dans la ville de Jénine en Cisjordanie, le ministre de la Défense Yoav Gallant a averti mardi que « toutes les options sont sur la table ».

Six Palestiniens ont été tués et près d’une centaines d’autres ont été blessés dans les échanges de tirs survenus à Jénine lundi matin, les plus violents dans la ville depuis un raid de l’armée israélienne en janvier. Huit soldats israéliens ont été légèrement ou modérément blessés au cours des affrontements et à la suite de l’explosion d’une bombe placée en bord de route contre un véhicule de l’armée.

Dans une déclaration aux journalistes depuis l’hôpital Rambam de Haïfa, Gallant a indiqué qu’il avait « donné instruction à l’establishment de la défense de prendre des mesures proactives et offensives, partout où il y a un danger pour la vie de nos citoyens et de nos forces ».

« Nous agirons de toutes les manières nécessaires et nous irons partout afin de préserver notre liberté d’action. Toutes les options sont sur la table », a-t-il ajouté.

Plusieurs législateurs de haut rang de la coalition ont demandé à Tsahal de mener une offensive militaire plus large dans le nord de la Cisjordanie.

Un hélicoptère d’attaque AH-64 Apache de l’armée de l’air israélienne libère une charge utile lors d’un raid de l’armée israélienne à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 19 juin 2023. (Crédit : Jaafar ASHTIYEH / AFP)

Au cours de l’opération menée lundi à Jénine, un hélicoptère Apache a lancé des missiles sur une zone où des hommes armés avaient été identifiés, afin de permettre l’évacuation des soldats blessés de la zone vers des hôpitaux en Israël.

Ces frappes sont les premières en Cisjordanie depuis une vingtaine d’années. Au début des années 2000, pendant la seconde Intifada, les forces israéliennes utilisaient des hélicoptères d’attaque en Cisjordanie, mais uniquement dans des circonstances particulières et non de manière routinière.

L’armée a déclaré que des tireurs palestiniens avaient ouvert le feu sur l’hélicoptère Apache, causant des dommages mineurs au rotor de queue, après quoi un dysfonctionnement a contraint l’hélicoptère à atterrir dans un champ au nord d’Israël. Les impacts n’ont toutefois pas empêché l’hélicoptère de mener les frappes. L’armée israélienne a déclaré que l’atterrissage n’était pas considéré comme un atterrissage d’urgence et que l’hélicoptère serait ramené à sa base habituelle une fois le problème résolu.

L’armée israélienne était entrée dans Jénine pour arrêter deux Palestiniens recherchés. En sortant, la bombe placée en bord de route a lourdement endommagé un véhicule blindé de Tsahal, et l’armée a passé des heures dans la ville à le remorquer pour le faire sortir.

Le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, soutenu par l’Iran, a revendiqué l’attentat à la bombe et a déclaré que trois des Palestiniens tués dans les affrontements étaient membres du groupe terroriste.

La chaîne publique Kan a rapporté mardi que l’establishment de la défense israélienne estimait qu’il existait un niveau significatif d’influence et de financement iraniens pour les groupes terroristes palestiniens en Cisjordanie, en particulier après l’attentat à la bombe en bord de route.

Cette évaluation découle des « caractéristiques inhabituelles » de l’attentat à la bombe, qui consistait notamment à placer l’engin explosif à un endroit stratégique et à le faire exploser au passage du convoi de véhicules de l’armée, selon le reportage.

Selon Kan, les autorités israéliennes chargées de la défense estiment que l’Iran cherche à transformer le nord de la Cisjordanie en une zone de combat semblable à celle de Gaza ou du Liban, et à dissuader les Israéliens de mener de futures opérations.

La semaine dernière, le guide suprême iranien Ali Khamenei s’est vanté sur Twitter de la présence du Jihad islamique en Cisjordanie.

« Le Jihad islamique [et] d’autres mouvements de résistance palestiniens ont trouvé la principale clé pour combattre le régime sioniste. L’autorité sans cesse croissante des groupes de résistance en Cisjordanie est la clé pour mettre l’ennemi sioniste à genoux, [et] cette voie doit être poursuivie », a déclaré Khamenei.

Une charge explosive laissée par des Palestiniens explose devant un véhicule blindé israélien lors d’un raid de l’armée israélienne à Jénine. (Crédit : Jaafar ASHTIYEH / AFP)

Les États-Unis, quant à eux, ont appelé à la désescalade à la suite de la bataille meurtrière et de deux autres incidents violents survenus plus tard dans la journée, notamment une attaque présumée à la voiture piégée contre des soldats israéliens et un Palestinien abattu après avoir lancé un explosif contre les troupes.

« Les États-Unis appellent à la désescalade entre Israël et les Palestiniens. Les violences de ces derniers jours ont fait de nombreux morts et blessés parmi les Palestiniens et les forces de défense israéliennes, notamment à Jénine. Nous appelons les deux parties à s’abstenir de toute action susceptible d’aggraver les tensions », a déclaré un porte-parole du département d’État.

Les tensions entre Israël et les Palestiniens se sont accrues au cours de l’année écoulée, l’armée menant des raids quasi quotidiens en Cisjordanie, dans le contexte d’une série d’attentats terroristes meurtriers perpétrés par les Palestiniens.

Depuis le début de l’année, les attaques palestiniennes en Israël et en Cisjordanie ont fait 20 morts et plusieurs blessés graves.

Selon un décompte du Times of Israel, 124 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période, la plupart lors d’affrontements avec les forces de sécurité, mais certains étaient des civils non impliqués et d’autres ont été tués dans des circonstances peu claires.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.