Tsahal appelle les soldats druzes à ne pas contester la loi de l’État-nation
Rechercher

Tsahal appelle les soldats druzes à ne pas contester la loi de l’État-nation

Shady Zidan, deuxième officier à démissionner à cause de la loi, a déclaré qu'il était fier de saluer le drapeau, mais qu'il se sent désormais comme un "citoyen de seconde zone"

Exercice d'entraînement du Bataillon de l'épée de Tsahal, composé principalement de soldats druzes, en 2011. (CC-BY SA IDF/Wikimedia Commons)
Exercice d'entraînement du Bataillon de l'épée de Tsahal, composé principalement de soldats druzes, en 2011. (CC-BY SA IDF/Wikimedia Commons)

Un officier druze de l’armée qui est commandant adjoint d’une compagnie dans une unité de combat de Tsahal a annoncé qu’il avait l’intention de quitter l’armée pour protester contre une loi controversée qui définit Israël comme l’État-nation exclusif du peuple juif.

Visiblement motivé par cette annonce et une autre semblable la veille, le chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eizenkot, a exhorté mardi les soldats à laisser la politique « en dehors du cadre de l’armée ».

Dans un message sur sa page Facebook, Shady Zidan a déclaré lundi qu’il avait décidé de démissionner de l’armée après cinq ans de service parce que la loi récemment adoptée, qui a été qualifiée de discriminatoire envers les minorités du pays, le fait se sentir comme un citoyen de seconde zone.

« Jusqu’à aujourd’hui, j’ai donné mon âme au pays, j’ai risqué ma vie, j’étais loin de chez moi, et que sais-je encore », a-t-il écrit.

« Jusqu’à aujourd’hui, je me suis tenu devant le drapeau national avec fierté et je l’ai salué. Jusqu’à aujourd’hui, j’ai chanté l’hymne national, la Hatikva, parce que j’étais sûr que ce pays était le mien et que nous étions tous égaux « , a écrit Zidan.

« Mais aujourd’hui, oui, aujourd’hui, j’ai refusé pour la première fois dans mon service de saluer le drapeau, j’ai refusé pour la première fois de chanter l’hymne national. »

Posted by Shady Zidan on Friday, 22 April 2016

« Je ne suis pas un politicien, et je ne suis pas quelqu’un que la politique dérange…. Mais je suis un citoyen, comme tous les autres, et je donne tout ce que je peux pour le pays. En fin de compte, je suis un citoyen de deuxième zone ! a-t-il ajouté. « Alors merci, mais pas pour moi, et moi aussi, je me joins à cette campagne, et j’ai décidé d’arrêter de servir ce pays. »

« Merci, Israël », a-t-il conclu.

Eizenkot a appelé les minorités au sein de Tsahal à « laisser les questions politiques controversées en dehors du cadre de l’armée », a déclaré mardi un porte-parole militaire.

« En tant qu’armée populaire inclusive dont l’objectif est de défendre les citoyens israéliens et de gagner des guerres, nous nous engageons à sauvegarder la dignité humaine, sans distinction de race, de religion et de sexe. »

Le chef d’état-major Gadi Eizenkot (D), remet à Kamil Abu Rokon, le nouveau coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, son nouveau grade militaire lors d’une cérémonie d’assermentation en Cisjordanie le 1er mai 2018. (Jacob Magid/Times of Israel)

Eizenkot a affirmé que « la responsabilité partagée et la camaraderie avec nos frères d’armes, les Druzes, les Bédouins et les autres minorités servant dans l’armée israélienne continueront à nous guider ».

Dimanche, un officier druze de l’armée a écrit une lettre ouverte au Premier ministre Benjamin Netanyahu, publiée sur sa page Facebook, annonçant son intention de quitter Tsahal et demandant à ses compatriotes druzes de ne pas intégrer l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...