Tsahal compte faire de la brigade Kfir une force d’infanterie « supérieure »
Rechercher

Tsahal compte faire de la brigade Kfir une force d’infanterie « supérieure »

Dans le cadre de cette transformation, la brigade recevra des armes, du personnel, des véhicules et de l'entraînement supplémentaires

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'état-major de l'armée Aviv Kohavi parle à un groupe de soldats de la brigade Kfir positionnés à la frontière de Gaza, le 22 janvier 2020. (Crédit : Tsahal)
Le chef d'état-major de l'armée Aviv Kohavi parle à un groupe de soldats de la brigade Kfir positionnés à la frontière de Gaza, le 22 janvier 2020. (Crédit : Tsahal)

Mercredi, le chef d’état-major de l’armée israélienne a annoncé ses ambitions pour faire de la brigade Kfir une unité d’infanterie « supérieure », qui sera équivalente aux quatre autres brigades d’infanterie militaire.

Dans le cadre de cette transformation, la brigade Kfir recevra des armements, du personnel, des véhicules et des entraînements supplémentaires, a déclaré le porte-parole de Tsahal Hidai Zilberman aux journalistes.

« C’est un grand changement pour la brigade », a-t-il dit.

Zilberman a expliqué que la décision faisait partie du Momentum Plan sur plusieurs années de Tsahal, qui vise à rendre l’armée plus efficace.

« Il a été décidé que Tsahal aurait besoin de plus de soldats d’infanterie et que cette infanterie doit être plus mortelle », a-t-il déclaré.

Le chef d’état-major de l’armée Aviv Kohavi parle à un groupe de soldats de la brigade Kfir positionnés à la frontière de Gaza, le 22 janvier 2020. (Crédit : Tsahal)

La mise en application du plan Momentum, qui doit entrer en action au début de cette année, a été ralentie, en grande partie à cause de l’absence d’un gouvernement pleinement opérationnel pour approuver les changements nécessaires et les augmentations du budget.

Entre temps, Tsahal repose sur trois sources de financement : le budget continu de l’année dernière, les réorganisations internes et les changements financiers, mais aussi l’aide militaire fournie par les États-Unis dans le cadre de Mémorandum d’accord signé par le président américain Barack Obama en 2016, qui accorde environ 3,8 milliards de dollars chaque année à Tsahal jusqu’en 2028.

Des soldats de la Brigade Kfir de Tsahal lors d’un entraînement dans la vallée du Jourdain, le 28 novembre 2017. (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

La brigade d’infanterie Kfir – la plus jeune d’Israël – a été formée en 2005, spécifiquement pour contrer les activités terroristes palestiniennes en Cisjordanie. Elle s’est très largement consacrée à cet objectif pendant 10 ans, même si elle a également été déployée autour de la bande de Gaza ces dernières années.

Selon le nouveau plan, la brigade Kfir deviendra une brigade d’action complète, similaire aux parachutistes, aux brigades Givati, Golani et Nahal.

La nouvelle brigade Kfir se focalisera principalement sur le combat urbain, un domaine dans lequel elle se spécialise. Les véhicules de transports fournis à la brigade seront des véhicules classiques, et non pas des véhicules blindés que les autres brigades d’infanterie de Tsahal utilisent, a précisé Zilberman.

Les changements de la brigade, dont la modification significative de la structure de l’unité, seront mis en application plus tard cette année, a-t-il ajouté.

Le changement principal passera par une réduction du nombre de bataillons dans l’unité : les autres brigades de l’armée n’en ont que quatre, alors que Kfir en a actuellement cinq.

On ne savait pas clairement ce qui deviendrait du cinquième bataillon de la brigade.

L’idée centrale du Plan momentum de Kohavi, ou Tenufa en hébreu, était qu’une future guerre doit être remportée aussi rapidement que possible. Cela nécessite que l’armée ait une liste concrète d’objectifs, les mesures nécessaires pour les cibler et la capacité à agir rapidement.

Le plan proposé verra d’énormes investissements dans le développement des arsenaux de Tsahal, dont l’augmentation de sa gamme de drones de taille moyenne, la réception d’un grand nombre de missiles guidés de précision des États-Unis et l’acquisition de batteries supplémentaires de défense aérienne.

L’armée focalisera spécifiquement ses entraînements sur le combat urbain, puisqu’elle considère que ses soldats devront plus probablement se battre dans des villes et des villages que dans des espaces ouverts où de nombreux exercices ont lieu actuellement.

Le plan est formellement entré en vigueur le 1er janvier 2020 et doit servir de feuille de route à Tsahal pour les cinq prochaines années. Il vient après le plan Gideon de réduction des coûts, qui avait été mis en place par le prédécesseur de Kohavi, le général Gadi Eizenkot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...