Tsahal : l’Iran fournit des missiles de plus en plus précis au Hezbollah
Rechercher

Tsahal : l’Iran fournit des missiles de plus en plus précis au Hezbollah

Israël et les Etats-Unis estimeraient que Téhéran a feint un test balistique la semaine dernière, en diffusant une vidéo datant de janvier

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des camions militaires iraniens transportant des missiles sol-air pendant un défilé à l'occasion de la Journée de l'armée du pays, à Téhéran, le 18 avril 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Des camions militaires iraniens transportant des missiles sol-air pendant un défilé à l'occasion de la Journée de l'armée du pays, à Téhéran, le 18 avril 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

L’Iran travaille sans relâche pour équiper le groupe terroriste du Hezbollah de missiles plus précis pour une future guerre contre Israël, ce qui pourrait modifier spectaculairement la nature d’un tel conflit, selon des évaluations militaires israéliennes publiées mercredi.

L’armée pense également que l’Iran poursuivra ses efforts pour établir une présence en Syrie via ses intermédiaires, pour soutenir le Hezbollah et ouvrir potentiellement un deuxième front syrien contre Israël.

Actuellement, Téhéran a déployé 1 500 Gardiens de la révolution en Syrie. L’armée israélienne pense cependant que la République islamique contrôle également 10 000 combattants de milice chiites. Le Hezbollah compte aussi plusieurs milliers de troupes dans le pays, pour aider le dictateur syrien Bashar el-Assad dans sa guerre contre les rebelles.

En ce qui concerne le développement de missiles iraniens, l’armée israélienne partage l’opinion de son homologue américaine : les vidéos du test de missile balistique publiées par Téhéran la semaine dernière sont en fait des vidéos datant d’il y a neuf mois.

L’Iran avait annoncé samedi avoir testé avec succès un nouveau missile à moyenne portée, pouvant atteindre Israël. La télévision publique avait diffusé le film du lancement du missile Khoramshahr, présenté pour la première fois pendant une parade militaire organisée vendredi à Téhéran.

L'Iran a annoncé, le samedi 23 septembre 2017, avoir testé avec succès un nouveau missile, ayant une portée de 2 000 km, capable d'atteindre les bases israéliennes et américaines dans le Golfe. (Crédit : capture d'écran PressTV)
L’Iran a annoncé, le samedi 23 septembre 2017, avoir testé avec succès un nouveau missile, ayant une portée de 2 000 km, capable d’atteindre les bases israéliennes et américaines dans le Golfe. (Crédit : capture d’écran PressTV)

Mais selon Fox News, deux responsables américains affirment que cette vidéo a plus de sept mois, et date en fait d’un lancement raté réalisé fin janvier. Le missile avait explosé peu après son décollage.

Les services de sécurité israéliens penseraient également que l’Iran fabrique de nouveaux missiles de précision, appelés Raed, et aurait transféré 10 avions par mois au Hezbollah en Syrie, selon la Deuxième chaîne.

L’armée israélienne estime que l’Iran respecte les termes de l’accord nucléaire de 2015, mais pas nécessairement son esprit, et que Téhéran fait tout ce qu’il peut pour se préparer au jour d’après, quand l’accord arrivera à échéance dans huit ans. Il pourra alors commencer à développer une arme nucléaire le plus vite possible.

Pour sa part, le Hezbollah posséderait actuellement environ 120 000 missiles et roquettes au Liban. Pendant une future guerre, Tsahal estime que le groupe soutenu par l’Iran lancera plus d’un millier de roquettes par jour sur Israël.

Un membre du Hezbollah dans un champ proche de Naqura, à la frontière libano-israélienne, le 20 avril 2017. (Crédit : Joseph Eid/AFP)
Un membre du Hezbollah dans un champ proche de Naqura, à la frontière libano-israélienne, le 20 avril 2017. (Crédit : Joseph Eid/AFP)

Toutes les roquettes ne se valent cependant pas. Certaines ne sont pas vraiment plus qu’un container en métal sans système de guidage qui frapperait plus probablement une zone israélienne non peuplée que leur cible. Mais, alors que l’Iran fournit au Hezbollah les missiles eux-mêmes et la capacité de les produire indépendamment, avec des usines au Liban, la crainte exprimée est que le groupe terroriste possède des missiles de plus en plus précis pointés sur les sites stratégiques d’Israël.

Même si l’armée israélienne et le ministère de la Défense ont investi des ressources importantes dans la défense aérienne, des officiers ont répété que ces systèmes anti-missiles seraient incapables de stopper tous les projectiles.

S’il était en possession de missiles supérieurs, le Hezbollah ne mènerait pas le même type d’opération militaire que pendant la deuxième guerre du Liban. Des missiles plus précis permettraient notamment au groupe terroriste de lancer une attaque rapide et précise sur Israël, selon les évaluations militaires.

Alors que la guerre civile syrienne stagne, Israël a mis en garde à plusieurs reprises contre l’enracinement iranien dans le pays et contre les efforts de la République islamique pour établir son hégémonie sur toute la région.

L’armée israélienne pense également que les relations entre l’Iran et la Russie, autre grand allié de la Syrie, vont commencer à se dégrader, puisque leur relation actuelle est circonstancielle et fondée sur des objectifs partagés à court terme, et pas nécessairement sur des similarités idéologiques profondes.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...