Rechercher

Tsahal : l’Iran se rapproche de l’arme nucléaire, mais nous allons les contrer

Le général de division Haliva explique que Téhéran cherche à défier la supériorité militaire d'Israël ; Washington et Jérusalem réfléchissent au moyen de contrer les plans du pays

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef du renseignement militaire Aharon Haliva, à droite, présente les grades à un nouvel officier de renseignement lors d'une cérémonie le 13 octobre 2021. (Forces de défense israéliennes)
Le chef du renseignement militaire Aharon Haliva, à droite, présente les grades à un nouvel officier de renseignement lors d'une cérémonie le 13 octobre 2021. (Forces de défense israéliennes)

Le nouveau chef du renseignement militaire  a averti mercredi soir que l’Iran enrichissait ses substances nucléaires plus rapidement que jamais auparavant et a déclaré que l’armée israélienne « continuerait à le contraindre ».

Le général de division Aharon Haliva, qui a pris ses fonctions en début de semaine, a déclaré que Téhéran avait recours au « sabotage et au terrorisme dans les pays du Moyen-Orient » afin de contester la supériorité militaire d’Israël dans la région.

« L’Iran s’efforce d’étendre et de créer son programme nucléaire, en enrichissant à un rythme plus rapide et à des quantités plus importantes que jamais auparavant », a déclaré M. Haliva lors d’une cérémonie de remise de diplômes aux officiers du renseignement militaire.

« Nous continuerons à limiter les démarches  de l’Iran, à le faire reculer, à endommager ses capacités et à préserver la puissance d’Israël », a ajouté le chef du renseignement.

Haliva s’exprimait alors qu’Israël et les États-Unis envisagent de plus en plus de prendre des mesures contre l’Iran et son programme nucléaire, les pourparlers indirects en cours entre Washington et Téhéran pour relancer l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 étant largement au point mort ces derniers mois.

Les responsables de la défense israélienne, y compris le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, ont ordonné la préparation d’une frappe militaire afin de stopper le programme nucléaire iranien si les négociations échouent. Ces dernières semaines, les responsables américains ont également brandi de plus en plus la menace d' »autres options » pour mettre un terme aux ambitions nucléaires de Téhéran.

Le chef d’État-major Aviv Kohavi s’exprime lors d’une cérémonie sur la base de la marine israélienne de Haïfa, le 2 septembre 2021. (Crédit : Armée israélienne)

« Les opérations visant à détruire les capacités iraniennes se poursuivront, dans n’importe quelle arène et à tout moment, et les plans opérationnels contre le programme nucléaire iranien continueront d’être développés et améliorés », a déclaré Kohavi en début de semaine lors de la cérémonie marquant l’entrée en fonction de Haliva.

Les pourparlers entre l’Iran et les puissances mondiales sur la limitation du programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions sont au point mort depuis juin. Mais le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré lundi que l’Iran prévoit la reprise des discussions avec les puissances mondiales visant à relancer son accord nucléaire d’ici début novembre.

Au début du mois, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré dans un rapport que l’Iran avait quadruplé son stock d’uranium enrichi à 60 % depuis mai. Elle a également déclaré que les activités de vérification et de surveillance ont été « sérieusement compromises » depuis février, après que l’Iran a refusé de laisser les inspecteurs accéder aux équipements de surveillance de l’AIEA.

Les grandes puissances perdent patience, plusieurs mois après la suspension des négociations qui avaient débuté en avril à Vienne, sous l’égide de l’Union européenne, pour tenter de ressusciter l’accord international de 2015, connu officiellement sous le nom de Plan global d’action joint.

Les États-Unis sont sur le point d’abandonner leurs efforts, a averti mercredi le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken accompagné du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, et du ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyanin, à droite, lors d’une conférence de presse conjointe au Département d’État à Washington, mercredi 13 octobre 2021. (AP Photo/Andrew Harnik, Pool)

« Avec chaque jour qui passe, et le refus de l’Iran de s’engager de bonne foi, la piste se raccourcit », a déclaré Blinken. « Le temps presse. Nous nous rapprochons d’un point où le retour à la conformité au JCPOA ne permettra pas en soi de récupérer les avantages du JCPOA.

« Nous sommes prêts à nous tourner vers d’autres options si l’Iran ne change pas de cap », a-t-il averti, s’exprimant aux côtés du ministre des affaires étrangères Yair Lapid à Washington.

La République islamique s’est progressivement affranchie de ses obligations nucléaires depuis 2019, en réponse au rétablissement des sanctions par le président américain de l’époque, Donald Trump.

Israël a averti à plusieurs reprises que l’Iran cherche à se doter de l’arme nucléaire. L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est ouvertement opposé à l’accord de 2015, qui, selon lui, ouvrirait la voie à un arsenal nucléaire iranien, et a publiquement exhorté Trump à abandonner l’accord.

Lors de sa rencontre avec le président américain Joe Biden à la Maison Blanche le mois dernier, l’actuel Premier ministre Naftali Bennett a mis en garde contre le « cauchemar » d’une république islamique radicale obtenant l’arme atomique. M. Biden s’est publiquement engage à ce que les États-Unis ne permettent « jamais » à l’Iran d’acquérir la bombe.

L’Iran a accusé à plusieurs reprises Israël de saboter ses sites nucléaires et de tuer plusieurs de ses scientifiques.

Photos avant et après l’explosion d’une prétendue base de missiles iranienne, le 27 septembre 2021. (ImageSat International)

Samedi, l’Iran a exhorté l’agence atomique des Nations unies à condamner clairement une attaque de « sabotage » contre une installation nucléaire située à l’ouest de Téhéran, dont il accuse Israël d’être l’auteur.

Téhéran affirme avoir déjoué, le 23 juin, l’attaque contre le bâtiment appartenant à sa propre agence nucléaire près de Karaj, à environ 50 kilomètres (30 miles) de la capitale. À l’époque, elle n’a pas précisé la nature de l’attaque, la télévision d’État se contentant de dire que « les saboteurs n’ont pas réussi à mettre leur plan à exécution ».

Dimanche, le chef de l’agence atomique iranienne, Mohammad Eslami, a déclaré que l’organisme de surveillance des Nations unies et les puissances occidentales n’avaient pas condamné cet « acte terroriste », qui a « gravement endommagé » le site.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...