Un ado d’extrême-droite libéré après 13 jours sans avoir vu d’avocat
Rechercher

Un ado d’extrême-droite libéré après 13 jours sans avoir vu d’avocat

Le jeune, âgé de 17 ans, a affirmé avoir été harcelé sexuellement par l'enquêteur du Shin Bet. Il a dû être placé sous traitement psychiatrique depuis son arrestation

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Un imam dans une mosquée du village palestinien d'Aqraba, dans le nord de la Cisjordanie, montre les dégâts causés par un incendie criminel survenu le 13 avril 2018. (Crédit : Zacharia Sadeh / Rabbis for Human Rights)
Un imam dans une mosquée du village palestinien d'Aqraba, dans le nord de la Cisjordanie, montre les dégâts causés par un incendie criminel survenu le 13 avril 2018. (Crédit : Zacharia Sadeh / Rabbis for Human Rights)

Presque deux semaines après son placement en détention au cours duquel il a été empêché de voir un avocat, la police a placé dimanche en résidence surveillée un adolescent de 17 ans originaire de Bnei Brak soupçonné d’avoir été à l’origine d’une attaque de type « prix à payer » contre des villages palestiniens.

Un deuxième mineur du nord de la Cisjordanie a également été libéré, même si les charges retenues à son encontre seraient moins graves dans la mesure où il a pu rencontrer un avocat durant sa période d’emprisonnement.

Les deux jeunes avaient été arrêtés le 29 mai à Bnei Brak, avec deux autres mineurs qui avaient été libérés plus tard dans la même journée.

La police a depuis émis une ordonnance de non-publication sur les détails de l’enquête.

Durant une apparition devant le tribunal des mineurs de Rishon Lezion, la semaine dernière, le suspect âgé de 17 ans a déclaré au magistrat qu’il avait été harcelé sexuellement pendant son interrogatoire par un enquêteur du Shin Bet.

lllustration : Un membre des « jeunes des collines » sur un âne dans un avant-poste illégal du nord de la Cisjordanie (Crédit : Zman Emet, Kan 11)

Le magistrat a transmis l’information à l’avocat du jeune garçon, Adi Kedar, de l’organisation d’assistance juridique Honenu, qui a immédiatement porté plainte auprès du ministère de la Justice concernant la mauvaise conduite présumée de l’enquêteur.

Selon Honenu, l’état psychologique de l’adolescent s’est également considérablement dégradé depuis son arrestation.

Tandis que le juge du tribunal de Rishon Lezion avait prolongé la semaine dernière sa période de détention jusqu’à dimanche, il avait également ordonné un examen psychiatrique pour le mineur, au cours duquel des médicaments contre l’anxiété lui avaient été prescrits.

Interdire la venue d’un avocat – une initiative rare – est une tactique utilisée par les services de sécurité du Shin Bet dans la gestion des crimes nationalistes. Cette mesure nécessite une approbation du président du tribunal de district ainsi que du procureur-général.

L’arrestation du jeune est survenue dans un contexte de douzaines de crimes de haine commis à l’encontre des Palestiniens, qui ont compris ont compris l’abattage de douzaines d’oliviers, l’incendie d’une mosquée, des pierres jetées dans les vitres de voitures, des pneus crevés et des graffitis appelant au meurtre des Arabes.

Les habitants d’implantations israéliennes ont également subi des dommages lors d’au-moins un incident attribué aux Palestiniens. Environ 150 ceps de vignes appartenant à un résident de l’implantation de Tomer, dans la vallée du Jourdain, ont été détruits pendant une nuit du mois d’avril. Les résidents des deux communautés ont attribué la responsabilité des dégâts aux Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...