Un avocat de 71 ans poignardé à mort devant sa femme dans le nord de Haïfa
Rechercher

Un avocat de 71 ans poignardé à mort devant sa femme dans le nord de Haïfa

"Cela n'a pris que quelques secondes," a dit la femme d'Ephraim Arnon

La police et les secours sur la scène du crime dans la ville de Nesher (capture d'écran Douzième chaine)
La police et les secours sur la scène du crime dans la ville de Nesher (capture d'écran Douzième chaine)

Un homme de 71 ans a été poignardé à mort mercredi matin devant sa maison à Nesher, dans une ville au nord de Haifa.

L’homme identifié est l’avocat Ephraim Arnon.

Peu de temps après l’attaque, les médecins du Magen David Adom ont confirmé sa mort.

Selon sa femme Ruth Arnon, témoin du meurtre devant leur domicile, son mari a été attaqué par deux hommes alors qu’il se rendait à son travail.

« Sans émettre le moindre son, deux hommes masqués l’ont poignardé de façon hystérique en quelques secondes », a-t-elle déclaré à la Douzième chaîne.

Ruth a expliqué que l’attaque avait été extrêmement rapide.

« Il n’a même pas eu le temps de quitter la maison. Ils l’ont poignardé. J’ai crié. Ma fille qui habite à côté a appelé son mari. Cela a pris 20 secondes et il s’est effondré dans l’escalier. Personne n’a rien dit. »

Ruth Arnon racontant le meurtre de son mari, Ephraim Arnon, à Kan News le 24 mars 2021, (Capture d’écran : Kan News/Twitter)

« Nous sommes mariés depuis 49 ans. Nous avons deux filles et quatre petits-enfants», a-t-elle déclaré en larmes. « C’était un mari, un père, un grand-père formidable, un ami merveilleux. »

Les médecins sont arrivés sur les lieux après avoir reçu un appel indiquant qu’Arnon était blessé. Ils ont tenté en vain de soigner ses blessures, mais ont dû malheureusement constater qu’il était mort. »

L’homme de 71 ans, poignardé à divers endroits, pratiquait encore son métier d’avocat.

La police a ouvert une enquête et recherche les suspects. Des spécialistes médico-légaux recueillent toutes preuves utiles sur les lieux.

« Lorsque nous sommes arrivés, l’homme blessé, saignant en divers endroits sur son corps, était inconscient. Il ne respirait plus et son pouls ne battait plus », a déclaré le médecin du Magen David Adom.

Un cordon de police sur une scène de crime (Brian Sevald, Getty Images).

« Nous avons tout tenté au niveau des soins, mais les blessures étaient si graves que nous n’avons pas eu d’autre choix que de déclarer sa mort. »

Au micro de la Douzième chaîne, la fille d’Arnon a dit qu’elle était « en état de choc ».

« Je reviens du centre de Haïfa », a-t-elle déclaré. « J’essaye de reprendre mon souffle. C’est horrible. C’est bientôt Pessah. Je faisais des courses pour acheter des cadeaux. Tout était normal, absolument normal. »

Talia Edri, une voisine des Arnon, a déclaré à la Douzième chaîne que c’était une « famille charmante » qui vivait dans le quartier depuis plus de dix ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...