Un cerf-volant lesté avec du carburant déclenche un incendie près de à Gaza
Rechercher

Un cerf-volant lesté avec du carburant déclenche un incendie près de à Gaza

Les vents forts empêchent les pompiers de maîtriser les feux qui ravagent la forêt près du kibboutz Kissufim

Un feu causé par un cerf-volant enflammé lancé depuis Gaza, près du kibboutz Kissoufim, le 25 mai 2018. (Crédit : capture d'écran Twitter)
Un feu causé par un cerf-volant enflammé lancé depuis Gaza, près du kibboutz Kissoufim, le 25 mai 2018. (Crédit : capture d'écran Twitter)

Des vents forts ont entravé les efforts mis en oeuvre pour maitriser les feux qui se sont déclarés à trois endroits à proximité du kibboutz Kissufim, aux abords de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, après que des cerfs-volants enflammés ont été envoyés en territoire israélien depuis l’enclave.

Une vidéo filmée par le KKL montre un incendie qui ravage la forêt.

Aucun blessé ni dégât n’a été filmé pour le moment.

Ces dernières semaines, les Gazaouis ont régulièrement envoyé des cerfs-volants lestés de cocktails Molotov et de récipients contenant des combustibles afin de mettre le feu à des champs en Israël.

La tactique a été introduite dans le cadre des manifestations de la « Marche du Retour » à la barrière de la frontière, qui ont commencé le 30 mars et ont atteint un paroxysme quand les Etats-Unis ont transféré leur ambassade à Jérusalem et qu’au moins 60 Palestiniens ont été tués dans les affrontements, dont une majorité de membres du Hamas, ce que le groupe terroriste a reconnu.

Depuis le 30 mars, des dizaines de milliers de Palestiniens ont pris part à des manifestations hebdomadaires, dont Israël dit qu’elles sont orchestrées par le groupe terroriste du Hamas et les a utilisées comme une couverture pour des tentatives d’attaques terroristes et des brèches dans la barrière de la frontière.

Un Palestinien prépare un dispositif incendiaire attaché à un cerf-volant avant de tenter de le lancer à la clôture frontalière avec Israël, au sud de Jabalia, dans la bande de Gaza, le 4 mai 2018 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...