Un concert sur la plage de Tel Aviv réunit 5 000 personnes
Rechercher

Un concert sur la plage de Tel Aviv réunit 5 000 personnes

Le spectacle a été organisé avec l'accord de la police pour des artistes ayant subi la crise, mais le public a semblé ne pas avoir respecté la distanciation sociale

Des milliers de personnes lors d'un concert à Tel Aviv, le 21 mai 2020 (Capture d'écran: Twitter/Itay Blumenthal)
Des milliers de personnes lors d'un concert à Tel Aviv, le 21 mai 2020 (Capture d'écran: Twitter/Itay Blumenthal)

Les directives de distanciation sociale ont semblé être reléguées derrière le plaisir et l’excitation de la musique rock, jeudi soir, alors qu’environ 5 000 personnes se sont réunies pour un concert face à la plage de Tel Aviv dans ce qui a semblé être le plus important rassemblement depuis le début de l’épidémie de coronavirus, il y a plus de deux mois.

Le concert, qui devait être un événement de solidarité pour les musiciens ayant subi des pertes financières pendant le confinement, a eu lieu alors que le nombre d’infections dans le pays ne cesse de chuter – même si des dizaines de nouveaux cas sont encore rapportés tous les jours et que les craintes ont augmenté concernant des épidémies secondaires à Tel Aviv et dans les villes avoisinantes.

Des informations parues dans les médias israéliens ont évalué à environ 5 000 personnes le public venu saluer les stars du rock parmi les plus connues d’Israël, et notamment Aviv Gefen, Berry Sakharoff et Ehud Banai.

Le concert, qui a eu lieu à Charles Clore Park, a été organisé avec l’autorisation de la police et conformément aux directives de distanciation sociale et des régulations d’hygiène mises en place dans le cadre de la lutte contre l’épidémie, selon la Douzième chaîne.

Toutefois, de nombreuses personnes présentes lors du concert n’ont pas maintenu cette séparation les unes avec les autres, et peu portaient de masques.

« Au début, les gens conservaient des distances mais il est impossible de s’attendre à ce que les gens écoutent de la musique et ne dansent pas, ou qu’ils ne s’approchent pas », a indiqué une personne présente au site d’information Ynet.

Tandis qu’Israël est largement sorti de son confinement de deux mois, de nombreuses régulations restent en place et notamment une interdiction sur les rassemblements de plus de cinquante personnes en plein air, selon les directives de la police.

Les restaurants, les bars, les piscines et les hôtels ne devraient ouvrir leurs portes qu’à la fin du mois et l’interdiction des concerts et autres événements du même type devrait n’être levée que le 14 juin. Les masques sont encore obligatoires dans la majorité des circonstances, même si cette règle a été temporairement suspendue cette semaine en raison d’une vague de chaleur.

Les Israéliens piquent-niquent sur la place Dizengoff de Tel Aviv, alors que tous les restaurants, cafés et bars sont encore fermés sauf pour les livraisons et les plats à emporter dans le contexte de la crainte de la propagation du coronavirus. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La police, jeudi, a également permis à plusieurs centaines de personnes de se rendre à une marche de la Journée de Jérusalem dans la Vieille Ville de la capitale.

Un déclin net des nouvelles infections, attribué à une adhésion stricte aux régulations, a entraîné apparemment des attitudes plus laxistes concernant le maintien des directives de distanciation sociale, malgré les mises en garde qu’une nouvelle épidémie entraînerait la réimposition d’un grand nombre des règles de confinement.

De jeunes Juifs célèbrent la journée de Jérusalem autour des murs de la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 mai 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Selon des chiffres du ministère de la Santé qui ont été rendus publics jeudi soir, il y a eu un total de 16 683 infections au total, une hausse par rapport à la journée précédente. Aucun nouveau décès n’a été enregistré depuis mercredi soir et il y a actuellement moins de 2 700 cas actifs de coronavirus.

Toutefois, une série de cas apparus à Tel Aviv, Rehovot, Rishon Lezion et dans d’autres secteurs – un grand nombre liés aux écoles et jardins d’enfants qui ont réouvert leurs portes – ont envoyé des dizaines de personnes en quarantaine ces derniers jours.

Des Israéliens portant des masques de protection et vêtus de noir participent à une manifestation sur la place Rabin de Tel Aviv, le 25 avril 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Pendant le confinement, les activistes israéliens ont attiré l’attention du monde entier en organisant des mouvements de protestation d’ampleur, tout en maintenant la distanciation sociale. La mairie de Tel Aviv est allée jusqu’à placer des marques sur la place Rabin pour aider les manifestants à conserver la distance de deux mètres entre eux.

Les artistes du pays figurent parmi les citoyens qui ont été le plus durement touchés par les régulations du confinement, qui a entraîné une pointe à plus de 27 % du taux de chômage en Israël.

Avec les concerts, les pièces de théâtre et autres évènements toujours interdits dans le pays, des appels, ces derniers jours, se sont multipliés en faveur de plus de soutien gouvernemental aux musiciens, artistes et autres.

Des artistes de rue lors d’une manifestation réclamant plus de soutien financier de la part du gouvernement israélien sur la place Habima de Tel Aviv, le 20 mai 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ron Huldai, maire de Tel Aviv, qui a été à l’avant-poste d’une initiative visant à demander au gouvernement israélien d’accélérer sa levée des règles sur le virus, a fait une apparition lors du concert et s’est exprimé en faveur du retour des musiciens sur scène.

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, assiste à la conférence internationale annuelle sur l’innovation municipale à Tel Aviv, le 19 février 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Le coronavirus a laissé un grand nombre de musiciens, d’acteurs et de personnes travaillant en coulisses – qui renforcent les industries de la culture et de la musique – sans possibilité de revenu. Ils ne savent absolument pas quand ils pourront regagner leur vie », a-t-il dit au concert, selon Ynet. « C’est un cri lancé par une industrie toute entière qui réclame des réponses. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...