Rechercher

Un donateur pro-Israël soutient financièrement une ONG conservatrice

Barre Seid aurait offert 1,6 milliard de dollars au Marble Freedom Trust, un groupe qui aurait aidé à obtenir la majorité conservatrice à la Cour suprême

Leonard Leo, chef du Marble Freedom Trust, s'exprime lors du petit-déjeuner organisé par le groupe National Catholic Prayer Breakfast à Washington DC, le 23 avril 2019. (Crédit :  Michael Robinson Chavez/The Washington Post via JTA)
Leonard Leo, chef du Marble Freedom Trust, s'exprime lors du petit-déjeuner organisé par le groupe National Catholic Prayer Breakfast à Washington DC, le 23 avril 2019. (Crédit : Michael Robinson Chavez/The Washington Post via JTA)

JTA — Barre Seid, un donateur discret à des causes conservatrices et pro-israéliennes, aurait fait une donation historique de 1,6 milliard de dollars, l’année dernière, à un groupe conservateur dont l’objectif est d’influencer la politique aux États-Unis.

Le New York Times a fait savoir, lundi, que cette injection massive de fonds avait été faite en direction du Marble Freedom Trust. Le groupe est dirigé par Leonard Leo, cadre politique vétéran qui, depuis des années, a dirigé le groupe Federalist Society d’activistes conservateurs, qui aurait aidé à obtenir la majorité conservatrice à la Cour suprême.

Seid a été à la barre de Tripp Lite, une entreprise qui fabrique des produits électroniques, pendant des décennies. Il a fait des dons à un grand nombre de groupes conservateurs ainsi qu’à des causes juives et pro-Israël. L’université Bar-Ilan lui avait accordé en 2010 un diplôme honoraire pour son « soutien apporté aux organisations qui fortifieront la position d’Israël dans le monde ». Il a aussi donné de l’argent à la Jewish Camp Foundation.

The Times a fait savoir que ce don « représentait l’une des plus importantes contributions – si ce n’est la plus importante – jamais faite à une ONG se concentrant sur les activités politiques ». Seid a utilisé un mécanisme complexe, donnant des parts de Tripp Lite à Marble Trust avant sa vente à un groupe étranger, ce qui lui a permis d’éviter des taxes sur la contribution. Ce magnat de l’électronique qui vit à Chicago est discret et ne s’est fait photographier que rarement – à l’exception d’une fête d’anniversaire de ses 56 ans à la tête de son entreprise, en 2015.

Seid aurait financé la distribution controversée par le Clarion Fund d’un DVD islamophobe aux électeurs avant les élections présidentielles de 2008. Le Clarion Fund, qui s’appelle dorénavant le Clarion Project, est un groupe qui affirme dénoncer l’extrémisme mais qui a été accusé de propagande mensongère anti-musulmane. Le groupe est aussi lié à Aish HaTorah International, le groupe de soutien de la yeshiva Aish HaTorah à Jérusalem, qui accueille les Juifs de la diaspora qui choisissent de devenir plus religieux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...