Un drone suspect venant de Gaza s’est écrasé dans un champ israélien – Tsahal
Rechercher

Un drone suspect venant de Gaza s’est écrasé dans un champ israélien – Tsahal

Des avions de chasse ont décollé alors qu'un planeur est entré dans l'espace aérien israélien et s'est écrasé dans le sud de la région d'Eshkol

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un drone appartenant aux Brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas, vole au-dessus de Gaza Ville, le 14 décembre 2014. Illustration. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Un drone appartenant aux Brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas, vole au-dessus de Gaza Ville, le 14 décembre 2014. Illustration. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Un petit drone est soupçonné d’avoir pénétré dans l’espace aérien israélien depuis la bande de Gaza avant de s’écraser au sol dans la région d’Eshkol, a déclaré lundi l’armée israélienne.

Les militaires n’ont pas précisé comment le planeur a été abattu.

Tsahal a déclaré que l’apparente violation de l’espace aérien israélien avait été détectée plus tôt dans la journée, ce qui a incité les militaires à faire décoller des avions de chasse.

Les images de la scène montrent le petit planeur dans un champ agricole de la région d’Eshkol. Il ne semble pas avoir été abattu.

« Au cours de recherches supplémentaires sur le terrain dans la région, un drone a été localisé il y a peu de temps. On vérifie si c’est le drone qui est soupçonné d’avoir pénétré en territoire israélien », a déclaré l’armée.

Le drone, qui a été placé sous la garde de l’armée israélienne, semblait être un petit modèle de planeur avec une hélice. Les militaires ont déclaré qu’il ne semblait pas avoir de charge explosive.

Un porte-parole de Tsahal a déclaré que les forces de sécurité étudiaient le dispositif afin de déterminer qui l’a envoyé en Israël et dans quel but.

Les tensions entre Israël et les groupes terroristes dans la bande de Gaza ont été fortes ces dernières semaines, avec de multiples attaques à la roquette depuis Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...