Un élu hongrois publie une photo d’un cochon mort en référence présumée à George Soros
Rechercher

Un élu hongrois publie une photo d’un cochon mort en référence présumée à George Soros

Janos Pocs (Fidesz) nie que l'image vise le financier milliardaire juif actuellement ciblé par une campagne anti-immigration du gouvernement

Une affiche de la campagne du gouvernement hongrois contre le milliardaire juif américain George Soros, à Szekesfehervar, le 6 juillet 2017. (Crédit : Attila Kisbenedek/AFP)
Une affiche de la campagne du gouvernement hongrois contre le milliardaire juif américain George Soros, à Szekesfehervar, le 6 juillet 2017. (Crédit : Attila Kisbenedek/AFP)

Le législateur Janos Pocs du parti Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orban actuellement au pouvoir, a publié une photo d’un cochon mort sur Facebook que les critiques voient comme une référence masquée au milliardaire George Soros, qui a déclaré que le gouvernement utilisait des outils de propagande nazie pour inciter à la haine.

Le député du Fidesz, Janos Pocs indique que la photo qui lui a été envoyée par un membre de sa circonscription, montre des gens debout sur un cochon mort et carbonisé, avec « O VOLT A SOROS !!!, » inscrit sur l’animal.

La phrase pourrait se traduire soit par « C’était son tour » ou « C’était Soros », a noté Bloomberg dans son reportage sur l’affaire.

Ensuite Pocs a déclaré au site d’information basé à Budapest 444.hu que l’inscription n’avait rien à voir avec le milliardaire juif, disant qu’il était offensé par la suggestion et que le texte se réfère simplement au cochon désigné pour l’abattage.

Fidesz est un parti de Centre-droit avec un programme nationaliste.

Soros est un libéral qui a parlé l’année dernière de son « plan » pour augmenter l’immigration avec des immigrants issus du Moyen-Orient en Europe. Il « considère la protection des réfugiés comme un objectif et les frontières nationales comme un obstacle ».

Fidesz a lancé une campagne d’affichage contre Soros, qui montre une photo de lui en train de rire et les mots : « Ne le laissez pas rire en dernier. »

Certains juifs hongrois, y compris certains dirigeants de la Fédération Mazsihisz qui représente les communautés juives, jugent que la campagne en question incite à la haine antisémite, tandis que d’autres, y compris les dirigeants de l’organisation juive EMIH, rattachée à Habad, sont en désaccord.

Peter Feldmajer, un ancien président de Mazsihisz et actuellement un leader local de Mazsihisz, a déclaré qu’il considérait l’arrivée d’immigrés du Moyen-Orient en Europe comme « beaucoup plus dangereuse que la campagne contre Soros, qui je l’admets n’a rien d’excitant. »

La Fondation Open Society, principale source d’aide de Soros aux organisations non gouvernementales hongroises, a déclaré que la publication était une « attaque choquante » contre le financier.

La photo s’inscrit dans « une longue et sombre tradition de l’imagerie antisémite datant du Moyen-Age », indique-t-on dans une déclaration envoyée par courriel à Bloomberg.

Dans un article publié vendredi dans le journal Nepszava, Soros a déclaré que les panneaux d’affichage du gouvernement, le dépeignant comme une marionnette caricaturée, étaient similaires à la propagande de l’ère nazie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...