Rechercher

Un élu Likud compare les mesures anti-COVID aux « camps de concentration »

Gadi Yevarkan a été prié de se taire avant d'être conduit hors de la salle par un agent de sécurité. "Des mots honteux," selon Gilad Kariv, "écœurants" pour Nitzan Horowitz

Le député du Likud Gadi Yevarkan assiste à une réunion de la commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset, le 13 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député du Likud Gadi Yevarkan assiste à une réunion de la commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset, le 13 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Gadi Yevarkan (Likud) a été expulsé dimanche d’une audience de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset après avoir comparé les mesures du COVID à la Shoah.

Yevarkan a déploré l’utilisation généralisée du « pass vert », qui n’est accessible qu’aux Israéliens ayant reçu une dose de rappel du vaccin COVID ou ayant été vaccinés ou guéris au cours des six derniers mois.

« La majorité des Israéliens n’ont pas de pass vert », affirme Yevarkan. « Des millions d’Israéliens n’en ont pas ; vous laissez de côté des millions de citoyens », a-t-il ajouté.

Son temps de parole étant terminé, le député du Likud a été prié de se taire par le président de la commission, mais il a refusé.

Le député travailliste Gilad Kariv a présidé une réunion de la commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset le 5juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Faites comme ils font en Autriche, c’est ce que vous voulez faire », s’est-il écrié. « Tout ce qui manque, ce sont les camps de concentration ».

Vienne a annoncé cette semaine de nouvelles restrictions à partir du 27 décembre. Un confinement national avait été restauré en novembre, alors que le pays enregistrait des records de nombre de nouvelles contaminations quotidiennes. Il a ensuite été limité aux personnes non vaccinées. Le gouvernement autrichien va normalement devenir la première nation européenne à rendre la vaccination contre la COVID-19 obligatoire, à partir de février prochain.

Le président de la commission, le député Travailliste Gilad Kariv, a donc ordonné à Yevarkan de se retirer de l’audience. Ce dernier a ensuite été emmené de force hors de la salle par un agent de la Garde de la Knesset.

« Des mots honteux », a commenté Kariv, qualifiant les commentaires de Yevarkan de « point bas ».

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz donne une conférence de presse au centre médical Soroka dans la ville de Beersheba (sud), le 30 novembre 2021. (Flash90)

« La comparaison faite par l’élu Yevarkan est écœurante. Les commentaires sont à la limite de la négation de la Shoah, et c’est une déclaration particulièrement dégoûtante contre les soignants qui donnent leur âme pour la santé publique, » a pour sa part déclaré Nitzan Horowitz (Meretz), ministre de la Santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...