Un envoyé arabe aurait présenté ses excuses à Israël pour la décision de l’UNESCO
Rechercher

Un envoyé arabe aurait présenté ses excuses à Israël pour la décision de l’UNESCO

"Désolé pour aujourd'hui", aurait dit un ambassadeur non identifié - ce serait celui du Koweït, du Liban ou de Tunisie - à son homologue israélien après le vote sur Hébron

Le Tombeau des Patriarches à Hébron (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)
Le Tombeau des Patriarches à Hébron (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

Un ambassadeur arabe à l’UNESCO, instance culturelle des Nations unies, aurait présenté ses excuses à son homologue israélien en raison de son vote en soutien à une résolution qui a caractérisé la Vieille ville de Hébron, avec notamment le lieu saint du Tombeau des Patriarches, comme patrimoine palestinien « mis en péril » par Israël.

Le quotidien israélien Yedioth Aharonoth a publié une capture d’écran du téléphone de l’ambassadeur Carmel Shama-Hacohen montrant l’interaction avec cet envoyé arabe non identifié.

Le Koweït, le Liban et la Tunisie sont les trois états arabes membres de la Commission du patrimoine de l’UNESCO qui a voté la résolution controversée dans l’après-midi de vendredi lors d’une rencontre à Cracovie, en Pologne.

Selon la capture d’écran, après le vote, à 20 heures 11, l’envoyé arabe aurait transmis un message à Shama-Hacohen par le biais de l’application Whatsapp : « Désolé pour aujourd’hui, les débats étaient trop vifs, il est difficile de dire que c’était un vote secret… »

Une minute plus tard, Shama-Hacohen a répondu : « Je le sais, mon ami. Pour moi, c’est comme si vous l’aviez fait ».

Neuf minutes se passent alors avant que l’ambassadeur arabe ne réponde simplement : « Pas le choix… »

Le vote est passé avec 12 voix « pour » contre trois voix « contre » et six abstentions.

Une vue sur le Caveau des Patriarches à Hebron, le 29 novembre 2013 (Crédit : Mendy Hechtman/FLASH90)
Une vue sur le Caveau des Patriarches à Hebron, le 29 novembre 2013 (Crédit : Mendy Hechtman/FLASH90)

Selon Shama-Hacohen, Israël avait obtenu des promesses de soutien de la part de cinq pays sur la liste du patrimoine et notamment celui d’un ambassadeur arabe qui, selon le Yedioth, avait conditionné son vote « non » à un scrutin totalement secret.

Israël avait alors demandé que le vote ait lieu derrière un rideau, où les nombreuses caméras présentes dans la salle n’auraient pas été en mesure de filmer les bulletins choisis par les envoyés. Israël avait fait savoir que ce rideau avait été approuvé par le président de la commission, le Polonais Jacek Purchla, mais qu’il n’était pas installé lorsque le vote a commencé vendredi.

Shama-Hacohen avait protesté à voix forte, et le vote a eu lieu au cours d’un débat animé entre les ambassadeurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...