Un envoyé de l’administration Biden attendu en Israël et en Cisjordanie
Rechercher

Un envoyé de l’administration Biden attendu en Israël et en Cisjordanie

Hady Amr devrait discuter de la reconstruction de Gaza et exprimer son opposition aux démolitions de maisons par Israël et au meurtre d'un militant par l'AP

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Dossier : Hady Amr, secrétaire adjoint américain pour les affaires israéliennes et palestiniennes, atterrit à l'aéroport Ben Gurion le 14 mai 2021 (Unité des affaires palestiniennes de l'ambassade américaine/Twitter).
Dossier : Hady Amr, secrétaire adjoint américain pour les affaires israéliennes et palestiniennes, atterrit à l'aéroport Ben Gurion le 14 mai 2021 (Unité des affaires palestiniennes de l'ambassade américaine/Twitter).

Le responsable désigné de l’administration Biden sur le conflit israélo-palestinien se rendra dans la région la semaine prochaine pour des réunions avec des responsables à Jérusalem et Ramallah visant à faire progresser les efforts de reconstruction de Gaza, a rapporté Axios vendredi.

Le secrétaire d’État adjoint américain chargé des affaires israéliennes et palestiniennes, Hady Amr, arrivera dimanche en Israël et rentrera aux États-Unis jeudi, ont indiqué des responsables israéliens au site d’information.

Le département d’État n’a pas répondu aux demandes de confirmation de la visite de M. Amr.

Il s’agira de la deuxième visite de M. Amr dans la région en tant que représentant de M. Biden, mais la première depuis l’entrée en fonction du nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Naftali Bennett le 13 juin. La dernière visite d’Amr remonte au mois de mai, pendant la guerre de 11 jours entre Israël et le Hamas, au cours desquels les États-Unis ont mené une initiative diplomatique discrète pour s’associer aux efforts égyptiens visant à négocier un cessez-le-feu.

La visite de la semaine prochaine s’inscrit dans un contexte de critiques formulées par Washington à l’égard des Israéliens et des Palestiniens – à l’égard des premiers pour avoir procédé à la démolition punitive de la maison d’un terroriste palestino-américain présumé, et à l’égard des seconds pour la mort d’un militant politique en détention.

Amr devrait continuer à soulever les préoccupations de l’administration Biden sur les deux questions lors de ses réunions la semaine prochaine.

Les États-Unis ont demandé une enquête sur la mort du Palestinien Nizar Banat, survenue le mois dernier après une arrestation violente par les forces de sécurité de l’AP, selon sa famille.

Des Palestiniens tiennent des affiches représentant le militant des droits de l’homme Nizar Banat lors d’une manifestation déclenchée par l’arrestation violente et la mort en détention de Banat, dans sa ville natale d’Hébron en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (MOSAB SHAWER / AFP)

Suite à la démolition par Israël de la maison de Muntasir Shalabi jeudi, le porte-parole du département d’État Ned Price a déclaré que les responsables américains, y compris le secrétaire d’État Antony Blinken, ont fait part de leurs préoccupations à ce sujet à leurs homologues israéliens.

« Nous considérons cette question comme prioritaire, sachant que la maison d’une famille entière ne devrait pas être démolie pour l’action d’un seul individu », a déclaré Price.

Shalabi est accusé d’avoir tué un étudiant israélien lors d’une fusillade en mai.

En outre, le rapport indique qu’Amr discutera d’un nouveau mécanisme proposé pour transférer des fonds humanitaires qataris vers la bande de Gaza sans que le Hamas en bénéficie.

Une délégation israélienne chargée de la sécurité au Caire a informé les médiateurs égyptiens qu’elle n’autoriserait plus l’entrée d’argent qatari non contrôlé dans la bande de Gaza, a déclaré cette semaine au Times of Israël un fonctionnaire au fait des négociations. L’argent a été remis à des dizaines de milliers de familles démunies ainsi qu’à des fonctionnaires du Hamas.

Au lieu de cela, Jérusalem exige un nouveau mécanisme facilité par un observateur international tel que l’ONU, qui verra détournerait entièrement les fonds du groupe terroriste, a déclaré le fonctionnaire, tout en admettant que le Hamas est presque certain de s’opposer à un tel plan.

Selon Axios, M. Amr rencontrera le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, mais il n’a pas précisé s’il rencontrerait également M. Bennett. M. Amr avait déjà rendu visite à M. Abbas lors de son dernier voyage, mais pas au Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, rencontrant à la place plusieurs ministres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...