Un étudiant du Michigan dessine une croix gammée dans la maison de sa fraternité
Rechercher

Un étudiant du Michigan dessine une croix gammée dans la maison de sa fraternité

L'incident n'aurait pas été motivé par l'antisémitisme, mais le groupe Pi Kappa Alpha a exclu l'étudiant pour "diffusion de la propagande nazie"

Michigan State University, le 13 février 2001. (Crédit : Branislav Ondrasik/Wikipedia)
Michigan State University, le 13 février 2001. (Crédit : Branislav Ondrasik/Wikipedia)

JTA — Un membre d’une fraternité de l’université de l’État du Michigan (MSU) aux États-Unis a peint samedi une croix gammée sur le sol de la maison du groupe.

L’étudiant anonyme a été suspendu de Pi Kappa Alpha pour l’incident de samedi matin, a rapporté le Jewish News. Le journal a déclaré que l’incident ne semblait pas être motivé par l’antisémitisme. L’étudiant a également inscrit le nom d’une autre étudiante.

La fraternité Pi Kappa Alpha a assuré dans un communiqué avoir « une politique de tolérance zéro pour toute forme de discrimination ou de discours haineux et qu’elle coopère pleinement avec le département de police de East Lansing dans son enquête ».

Un étudiant de l’université, Dean Sallan, a informé les groupes juifs du campus – la MSU Chabad House et MSU Hillel – des graffitis.

« Tout au long de mes études, j’ai eu affaire à des étudiants et à leurs paroles haineuses, mais quand vous mettez une croix gammée sur le sol comme ça, c’est de la propagande nazie pour moi et cela ne peut pas être pris à la légère », a indiqué Dean Sallan au Jewish News.

Le président de Pi Kappa Alpha a exprimé son intérêt pour l’introduction d’un cours sur l’antisémitisme au sein de la fraternité, a fait savoir au journal la directrice du MSU Hillel, Cindy Hughey.

« Il est crucial pour nous d’utiliser cet incident pour montrer la récente montée de l’antisémitisme dans notre communauté et de faire en sorte que ce soit un outil éducatif », a déclaré le vice-président de la MSU Chabad, Maverick Levy, au Jewish News.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...