Un ex-pilote de chasse appelé à diriger la lutte contre l’Iran à l’état-major
Rechercher

Un ex-pilote de chasse appelé à diriger la lutte contre l’Iran à l’état-major

Un autre officier de l'armée de l'Air devrait aussi commander la nouvelle administration chargée de la planification des forces ; l'armée annonce de nouvelles nominations

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le général Tal Kalman, chef de l'armée de l'air israélienne, pendant la conférence annuelle de l'institut Fischer sur les études stratégiques aériennes et spatiales , au Hilton de Tel Aviv le 3 avril 2016. (Crédit : institut FIscher)
Le général Tal Kalman, chef de l'armée de l'air israélienne, pendant la conférence annuelle de l'institut Fischer sur les études stratégiques aériennes et spatiales , au Hilton de Tel Aviv le 3 avril 2016. (Crédit : institut FIscher)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kohavi a nommé, mardi, le général Tal Kalman à la tête de la toute nouvelle administration Stratégie et Iran, un nouveau poste au sien de l’état-major général qui se concentrera principalement sur les luttes d’Israël contre la République islamique, a fait savoir Tsahal.

La création de cette fonction – ainsi que d’autres changements apportés à la structure de l’armée israélienne – entre dans le cadre du plan Momentum, qui s’étend sur plusieurs années.

Avant de prendre son poste, Tal Kalman, un ancien pilote de chasse qui dirige actuellement la Division stratégique de Tsahal, est promu au rang de général de division.

Il fait partie des quatre militaires nommés à des fonctions de haut rang.

Le général de brigade Tomer Bar, nommé à la tête de la nouvelle administration de planification de l’armée israélienne sur une photographie non-datée (Crédit : Armée israélienne)

Un autre officier de l’armée de l’Air, le général de brigade Tomer Bar, devrait prendre le commandement de la Direction de la planification tout juste réformée – qui a été renommée Direction de la planification des forces et qui sera chargée de contrôler le développement des nouvelles techniques de combat et d’armement, spécifiquement dans les tactiques, ainsi que les techniques qui nécessitent une coopération entre les différentes branches militaires.

Tomer Bar devrait être promu au grade de général de division avant de prendre ses fonctions.

Le chef du Commandement intérieur de l’armée israélienne, le major-général Tamir Yidai, devrait succéder au major Nadav Padan à la tête du Commandement central.

Le général de brigade Uri Gordon, chef du personnel des forces terrestres, a été désigné pour remplacer Tamir Yidai au Commandement intérieur. Lui aussi sera promu au rang de général de division.

Toutes ces nominations ont été approuvées par le ministre de la Défense par intérim, Naftali Bennett, a indiqué l’armée.

L’administration qui travaillera sur la question iranienne, sous l’autorité de Tal Kalman, ne se concentrera pas seulement sur les initiatives prises pour contrer Téhéran, mais également sur le développement de stratégies militaires plus larges et sur les relations internationales.

En tant que telle, l’unité de liaison de Tsahal, qui s’occupera des relations avec les militaires étrangers, sera intégrée dans cette nouvelle administration, tout comme la division de planification. Actuellement, ces deux unités relèvent de la Direction de la planification de l’armée israélienne.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi prend la parole lors d’une cérémonie en l’honneur de réservistes exceptionnels de l’armée israélienne à la résidence du président à Jérusalem, le 1er juillet 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Pour le chef d’état-major Kohavi, un général doit être en charge de l’Iran tout comme il y a un général dont la première mission est de superviser les combats contre le Hezbollah – c’est le cas du général de division du Commandement du nord, Amin Baram – et un autre dont la mission est de contrer le Hamas – Herzi Halevi, à la tête du Commandement du sud.

« Nous voulons quelqu’un qui se réveille tous les matins et place l’Iran au-dessus de toutes ses joies », a commenté le porte-parole de l’armée israélienne, Hidai Zilberman, auprès des journalistes au début du mois, faisant référence à un verset du Psaume 137 qui évoque l’importance de Jérusalem.

L’administration sera uniquement responsable de la lutte contre l’Iran et non contre ses groupes mandataires comme l’organisation terroriste du Hezbollah – qui reste sous la surveillance du Commandement du nord.

La nouvelle administration dirigée par Bar s’efforcera de développer de nouvelles techniques de combat en utilisant toutes les branches de l’armée. Elle doit compléter le système actuel, dans lequel chaque branche militaire a la responsabilité de développer et de mettre en œuvre ses propres tactiques – permettant ainsi des techniques qui utiliseront la puissance aérienne et les forces terrestres, par exemple.

« Les travaux de mise en place des forces fonctionnent bien dans chaque branche de l’armée, mais pas aussi bien entre elles », a expliqué Zilberman.

Des soldats de l’unité Sky Riders de Tsahal travaillent sur un drone Skylark lors d’un exercice sur une photo non datée. (Armée israélienne)

Le plan Momentum mis en place par Kohavi se penche très largement sur cette question, envisageant une armée bien plus intégrée qu’elle ne l’est actuellement.

« Il y a beaucoup de changements, et quelqu’un doit en être responsable », a noté Zilberman.

Bar pourra également travailler avec le ministère de la Défense et les entreprises du secteur pour développer et acquérir de nouvelles armes et de nouveaux équipements.

Au début du mois, Kohavi a présenté les aspects principaux de son plan Momentum aux plus importants officiers de l’armée. Il vise à servir de guide général à la planification et au développement de Tsahal au cours des cinq prochaines années et succède au plan Gideon qui avait été créé par le prédécesseur de Kohavi, Gadi Eisenkot.

Le plan, qui prévoit l’acquisition de nouveaux missiles, drones, véhicules blindés, batteries anti-aériennes, hélicoptères, et navires en plus de la modernisation des équipements existants, sera coûteux, ce qui nécessitera une hausse budgétaire significative – compliquée par l’instabilité gouvernementale actuelle.

Le principe directeur du plan, connu en hébreu sous le nom de Tenufa et qui a été élaboré sous la direction du chef d’état-major Aviv Kohavi, est de s’appuyer pleinement sur tous les domaines dans lesquels l’armée affiche une supériorité face à ses ennemis – qu’il s’agisse de puissance aérienne, des renseignements et des technologies – afin de garantir que les soldats gardent un avantage constant et significatif face à leurs ennemis, en particulier l’Iran et le Hezbollah.

Les militaires comptent ainsi utiliser cette supériorité pour garantir la victoire dans les guerres futures, et ceci le plus rapidement possible, dans la mesure où la durée d’un conflit est souvent assimilée à la défense – indépendamment du vainqueur sur le champ de bataille.

Pour ce faire, l’armée pense qu’elle doit améliorer de manière significative sa capacité à identifier des cibles ennemies et à en frapper le plus grand nombre possible, dans les meilleurs délais. Les militaires ont donc créé des groupes de travail en termes de renseignement qui rassemblent des représentants de secteurs différents – renseignement humain ou de signal, analystes – qui œuvreront à identifier de telles cibles le plus vite possible.

Le plan va donc impliquer également l’amélioration de la qualité et de la quantité des équipements et des armes, et mettra les nouvelles capacités militaires à la disposition d’un plus grand nombre de soldats à travers une meilleure communication et une meilleure accessibilité.

« La mise en œuvre du plan Momentum pluriannuel permettra à Tsahal de renforcer ses capacités de manière significative. Le plan augmentera l’efficacité au combat de l’armée israélienne… et créera les conditions nécessaires pour raccourcir la durée d’une guerre », a assuré Kohavi devant les officiers de Tsahal au début du mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...