Un Gazaoui retrouve sa mère juive israélienne après 30 ans
Rechercher

Un Gazaoui retrouve sa mère juive israélienne après 30 ans

L'homme, qui avait été enlevé il y a 30 ans par son père palestinien, est entré en Israël et a obtenu la citoyenneté à part entière

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Un homme palestinien de la bande de Gaza, à droite, vu avec sa mère juive israélienne après être passé en Israël pour vivre avec elle, décembre 2019. (Crédit : Yad Le'Achim)
Un homme palestinien de la bande de Gaza, à droite, vu avec sa mère juive israélienne après être passé en Israël pour vivre avec elle, décembre 2019. (Crédit : Yad Le'Achim)

Un homme ayant grandi dans la bande de Gaza et sa mère israélienne juive ont été récemment réunis après que celle-ci est parvenue à le retrouver. Il avait été enlevé 30 ans plus tôt par son père palestinien.

L’homme, âgé de 30 ans, est entré en Israël et a obtenu la pleine citoyenneté la semaine dernière grâce au droit du retour [alyah], qui accorde automatiquement la citoyenneté à tout Juif qui souhaite vivre dans le pays, a déclaré mercredi Yad Lachim, une ONG ayant contribué aux retrouvailles.

« La première fois qu’elle m’a appelé et m’a dit, ‘Je suis ta mère’, j’ai presque fait tomber le téléphone », a relaté l’homme, seulement identifié comme Mohammed. Je ne parlais presque pas l’hébreu à l’époque, et j’étais tellement choqué que j’étais sans voix ».

L’histoire a commencé il y a trente ans quand la mère, simplement identifiée comme Rina, à l’époque adolescente, a eu une relation avec un homme palestinien.

Ils ont eu un enfant ensemble, puis un jour, quand leur fils avait six mois, le père est parti. Il a pris l’enfant avec lui et s’est installé dans la bande de Gaza sans rien dire à la mère.

Pendant presque 30 ans, Rina n’a eu aucune information sur sa localisation ou sur son destin. Il y a deux ans, elle a été encouragée à contacter Yad Lachim, une organisation anti-assimilation, pour solliciter son aide.

Cette organisation orthodoxe s’oppose aux relations entre Juifs et Musulmans en Israël.

Cette ONG, qui indique « localiser des femmes et des enfants juifs piégés contre leur volonté dans des villages arabes » afin de les sauver « de la captivité », a œuvré à retrouver le fils de Rina.

Menant des enquêtes discrètes et conduisant des recherches, elle est parvenue à le localiser, dans le nord de la bande de Gaza, a-t-elle expliqué. Elle a ensuite obtenu son numéro de téléphone qu’elle a transmis à Rina.

« J’ai demandé à mon oncle de discuter avec elle et de vérifier les faits, a fait savoir Mohammed. Deux ans et demi plus tard, avec un immense soutien de Yad Lachim, j’ai appris l’hébreu, et nous parlions quotidiennement », a-t-il ajouté, d’après l’organisation.

Rina a décidé de le faire sortir de Gaza, territoire sous contrôle du groupe terroriste palestinien du Hamas. La semaine dernière, Mohammed est entré en Israël et est devenu citoyen israélien à part entière.

« Je ne peux pas décrire ce que je ressens, a confié la mère. Je n’arrive pas à croire que ce jour est vraiment arrivé après trente ans de souffrance et d’attente interminable. Je suis tellement heureuse. je veux qu’il travaille et se marie ici. Je veux à nouveau être une mère ».

« J’ai beaucoup d’amis qui sont envieux que je vive en Israël, a affirmé Mohammed. Ici en Israël, les gens se respectent les uns les autres, ils donnent de la valeur à la vie humaine. Ici, il y a des emplois et des opportunités. Gaza est une prison géante ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...