Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Un général iranien, qui a « supervisé le massacre de 148 Iraniens », sanctionné

"Nous continuerons de tenir responsables de violations des droits humains les responsables du régime, a déclaré l'émissaire américain pour l'Iran, Brian Hook

Brian Hook, le représentant spécial du Département d'État américain pour l'Iran, témoigne lors d'une audition de la commission sénatoriale des relations étrangères sur la politique américaine envers l'Iran, le 16 octobre 2019, à Washington. (Tasos Katopodis/Getty Images/AFP)
Brian Hook, le représentant spécial du Département d'État américain pour l'Iran, témoigne lors d'une audition de la commission sénatoriale des relations étrangères sur la politique américaine envers l'Iran, le 16 octobre 2019, à Washington. (Tasos Katopodis/Getty Images/AFP)

Les Etats-Unis ont imposé vendredi des sanctions contre un nouveau haut-responsable iranien, tout en estimant que Téhéran semblait continuer d’œuvrer en faveur d’une désescalade militaire entre les deux pays.

Lors d’une conférence de presse, l’émissaire américain pour l’Iran Brian Hook a annoncé que des sanctions allaient frapper le général Hassan Shahvarpour, accusé d’avoir réprimé dans le sang les manifestations de novembre dans la ville de Mahshahr.

Hassan Shahvarpour a « supervisé le massacre de 148 Iraniens sans défense dans la région de Mahshahr », a assuré Brian Hook.

Il a également annoncé que les Etats-Unis avaient reçu 88 000 messages après avoir demandé au peuple iranien de partager avec le gouvernement américain des vidéos, photos ou témoignages de la répression.

« Nous continuerons de tenir responsables de violations des droits humains les responsables du régime, a-t-il déclaré.

Ces sanctions interdisent notamment Hassan Shahvarpour d’accès au territoire américain – une mesure symbolique, l’administration Trump ayant déjà considérablement durci les restrictions de visa, déjà drastiques, visant les Iraniens.

L’émissaire Brian Hook a également confirmé la désescalade militaire iranienne après le grave pic de tensions du début du mois qui a suivi le raid militaire américain ayant ciblé le général iranien Qassem Soleimani.

« Il semblerait qu’ils aient reculé », a-t-il estimé. « Mais nous avons un mélange de pressions économiques maximales et de dissuasion, grâce à la menace crédible que représente notre force militaire si elle est attaquée. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.