Rechercher

Un hommage aux victimes de la plus grande rafle dans le monde universitaire français

Du 22 au 26 novembre, l'Université Clermont Auvergne rend hommage aux enseignants, employés et étudiants victimes de la rafle du 25 novembre 1943

Université Clermont Auvergne. (Crédit : CC BY-SA 4.0)
Université Clermont Auvergne. (Crédit : CC BY-SA 4.0)

Le 25 novembre 1943, vers 10h30 du matin, la Gestapo encercle les bâtiments de l’université de Strasbourg, repliée à Clermont-Ferrand, avenue Carnot. 200 hommes de la Luftwaffe participent à l’opération. D’autres groupes sont chargés de la bibliothèque universitaire, des bâtiments avenue Vercingétorix, de la faculté de droit ainsi que du foyer universitaire Gallia. Les nazis cherchent les étrangers, les résistants et les Juifs. 500 personnes sont arrêtées. Parmi elles, 120 seront déportées.

La rafle de Clermont-Ferrand fut la plus grande jamais connue dans une université française. Pendant l’opération, un professeur, Paul Collomp, a été tué par un membre de la Gestapo pour ne pas avoir levé les mains assez rapidement.

Plus tard, en 1944, la BBC a rapporté que Georges Victor Mathieu, étudiant en lettres français transfuge de la Résistance, était celui qui avait « livré à la Gestapo l’université de Strasbourg » repliée à Clermont-Ferrand. Il sera arrêté par des Résistants, jugé puis fusillé le 12 décembre 1944.

78 ans après, l’Université Clermont Auvergne continue de faire vivre la mémoire de ceux qui ont transmis leurs connaissances ou étudié là-bas, au péril de leur vie.

Du 22 au 26 novembre prochain, elle organisera une série d’activités parmi lesquelles un colloque scientifique sur la mémoire et l’importance de la transmettre, des expositions de photos, de correspondances et de peintures. L’Université propose aussi des diffusions de films et de documentaires, et des pièces de théâtre.

Le programme complet et les détails de l’évènement sont disponibles sur le site de l’université.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...