Rechercher

Un important policier arabe, ayant fui les scènes d’un crime, mis en congé – média

Les faits remontent à septembre 2020 et Jamal Hakrush, en congé ce jour-là, était alors chargé d'améliorer la qualité des services de police au sein de la communauté arabe

Un important policier arabe israélien a été mis en congé lundi après que des images de caméras de vidéo-surveillance l’ont montré en train de quitter les lieux d’une agression au couteau. Il aurait même trébuché sur la victime gisant au sol en partant.

Selon un article publié lundi par Haaretz, Jamal Hakrush – général de brigade dans la police israélienne et actuellement à la tête de l’unité de lutte contre la criminalité au sein de la communauté arabe israélienne – s’est rendu dans une usine de fer à Kafr Kanna, le 12 septembre 2020.

À cette époque, Hakrush était chargé d’améliorer la qualité des services de police au sein de la communauté arabe. Hakrush, 65 ans et résident de la ville arabe du nord, était en congé ce jour-là. Il s’était rendu à l’usine pour payer une commande qu’il avait passée.

Alors qu’il était dans un bureau au dernier étage, deux hommes se disputaient à proximité – Ghazi Amara, le PDG de l’usine, et son oncle Fadi Amara, selon le journal. L’avocat de Fadi se trouvait également dans la pièce avec eux.

La dispute entre l’oncle et le neveu – tournant autour d’un différend sur l’acquisition d’un terrain – a rapidement dégénéré en une altercation physique. Au cours de l’échange, Fadi aurait donné un coup de tête à son neveu, qui l’aurait mordu au nez en guise de représailles.

Afin de tenter de calmer les choses, Fadi a été emmené dans une cuisine adjacente, où il a saisi un couteau et poignardé Ghazi à la poitrine. Le neveu blessé, hurlant et se tenant la poitrine, a boitillé jusqu’à l’escalier, où il a trébuché avant de s’effondrer. Fadi s’est alors enfermé dans une pièce voisine.

Les images des caméras de sécurité obtenues par Haaretz montrent Hakrush en train de se précipiter hors du bâtiment malgré le coup de couteau, trébuchant sur Ghazi et ignorant l’assaillant barricadé dans la pièce voisine.

Les secours du Magen David Adom ont tenté de réanimer Ghazi, mais en vain. Il a été déclaré mort à son arrivée à l’hôpital.

Des policiers sont arrivés peu après, ont sorti Fadi de la pièce et l’ont placé en garde à vue.

Les caméras corporelles ont montré que plusieurs policiers avaient remarqué Hakrush après son retour sur les lieux et l’ont salué en arabe, selon l’article.

Fadi a déclaré plus tard que Hakrush avait essayé de mettre fin à la bagarre. L’officier supérieur a déclaré dans un rapport au poste de police local qu’il avait remarqué une personne saignant de la poitrine qui était évacuée par deux autres personnes, et qu’il ne connaissait pas l’état de l’homme.

À la suite de cet article, le chef de la police Kobi Shabtai a déclaré qu’une enquête serait ouverte et que Hakrush serait placé en congé. Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, a ordonné à Shabtai d’obtenir des clarifications de la part de Hakrush.

« La vidéo montre visiblement des défaillances importantes dans la conduite de Hakrush », a écrit Barlev à Shabtai. « Je vous demande de réagir à l’incident, de clarifier les détails et de faire le point sur les mesures prises concernant l’officier. »

Des responsables de la police, cités par Haaretz, se sont dits choqués par l’article, certains affirmant que Hakrush ne pouvait pas continuer à servir dans les rangs de la police.

« On attend d’un officier aussi confirmé qu’il fournisse au moins une assistance aux blessés – ce n’est pas le comportement que l’on attend d’un officier de police », a déclaré un officier supérieur à Haaretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...