Un ministre omanais à Damas pour de rares entretiens avec Assad
Rechercher

Un ministre omanais à Damas pour de rares entretiens avec Assad

Le chef de l'Etat syrien et son hôte, Youssef ben Alaoui ben Abdallah, ont discuté des relations bilatérales et de sécurité régionale, selon un communiqué

Le ministre des Affaires étrangères omanais Yussef bin Alawi arrive pour assister à la 136e réunion ordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 15 septembre 2015, dans la capitale saoudienne Riyad. (AFP Photo/Fayez Nureldine)
Le ministre des Affaires étrangères omanais Yussef bin Alawi arrive pour assister à la 136e réunion ordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 15 septembre 2015, dans la capitale saoudienne Riyad. (AFP Photo/Fayez Nureldine)

Le chef de la diplomatie omanaise a rencontré dimanche à Damas le président syrien Bachar al-Assad, sa seconde visite dans ce pays depuis le début de la guerre, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères d’Oman.

Le chef de l’Etat syrien et son invité, Youssef ben Alaoui ben Abdallah, ont discuté des relations bilatérales et de sécurité régionale, selon ce communiqué.

Le ministre omanais des Affaires étrangères s’est également entretenu avec son homologue syrien Walid Mouallem.

Le haut diplomate omanais avait déjà effectué une visite à Damas en 2015, au cours de laquelle il avait discuté « des idées proposées au niveau régional et international pour aider à résoudre la crise en Syrie », avait alors rapporté l’agence officielle syrienne Sana.

Le sultanat d’Oman est l’un des rares Etats arabes à avoir maintenu des liens avec Damas depuis le début du conflit en Syrie en 2011.

Le sultan Qabous promeut une politique stricte de non-ingérence dans les affaires régionales, et entretient des relations à la fois avec l’Arabie saoudite et l’Iran, un allié de poids du pouvoir de Bachar al-Assad.

Lors d’une visite à Oman l’an dernier, le chef de la diplomatie syrienne avait d’ailleurs salué le rôle « favorable » de Mascate dans les forums régionaux et internationaux sur la crise syrienne, selon l’agence officielle omanaise (ONA).

Sur la scène régionale, les Emirats arabes unis ont amorcé un rapprochement avec Damas, en y rouvrant une ambassade, tandis que les relations se réchauffent avec Bahreïn et la Jordanie.

Mais l’Arabie saoudite, puissance régionale et ancien soutien de l’opposition syrienne, reste elle résolument hostile au régime de Bachar al-Assad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...