Un post antisémite est publié toutes les 83 secondes sur les réseaux sociaux
Rechercher

Un post antisémite est publié toutes les 83 secondes sur les réseaux sociaux

Le Congrès juif mondial a examiné des millions de posts publiés en 2016, et désigne Twitter comme la plate-forme qui compte le plus de propos antisémites

Certains des post antisémites analysés dans l'étude du Congrès juif mondial dont un extrait a été publié le 24 mars 2017. (Crédit : Congrès juif mondial)
Certains des post antisémites analysés dans l'étude du Congrès juif mondial dont un extrait a été publié le 24 mars 2017. (Crédit : Congrès juif mondial)

Des posts à contenu antisémite sont publiés sur les réseaux sociaux 43 fois par heure en moyenne, soit toutes les 83 secondes, selon une étude du Congrès juif mondial, dont un extrait a été publié vendredi.

Pour un projet de recherche commun avec l’entreprise de surveillance israélienne Vigo Social Intelligence, le Congrès juif mondial a analysé des millions de posts publiés en 20 langues sur Facebook, Twitter, YouTube, Instagram, des blogs et d’autres forums, et a cherché des propos, des thèmes, des images antisémites, etc.

Plus de 382 000 de ces posts se sont révélés antisémites. Les posts critiquant Israël ou ses politiciens n’ont pas été inclus dans l’étude.

L’étude a conclu qu’une majorité des contenus antisémites, 63 %, ont été recensés sur Twitter. Les blogs représentent 16 %, Facebook 11 %, Instagram 6 %, YouTube 2 % et les autres forums 2 %.

Robert Singer, président du Congrès juif mondial, pendant la commémoration des 75 ans du massacre nazi de Babi Yar, à Kiev, le 27 septembre 2016. (Crédit : Shahar Azran/Congrès juif mondial)
Robert Singer, président du Congrès juif mondial, pendant la commémoration des 75 ans du massacre nazi de Babi Yar, à Kiev, le 27 septembre 2016. (Crédit : Shahar Azran/Congrès juif mondial)

« Nous savions que l’antisémitisme sur internet était en hausse, mais les nombres révélés par ce rapport nous donnent des données concrètes sur la mesure de l’alarme de la situation réelle », a déclaré Robert Singer, directeur et vice-président exécutif du Congrès juif mondial.

« Nous espérons que cela servira de réveil à tous les forums internet pour appliquer des règles morales et se débarrasser du contenu offensant et faire du monde numérique un endroit sûr pour tous. »

Le Congrès juif mondial a indiqué que les critères utilisés pour déterminer si un post était antisémite étaient basés sur une définition adoptée en 2016 par l’Alliance internationale pour le souvenir de l’Holocauste (IHRA), qui établit que « l’antisémitisme est une certaine perception des Juifs, qui peut être exprimée par une haine envers les Juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme sont dirigées contre des individus juifs ou pas et/ou leurs propriétés, envers les institutions communautaires juives et envers les locaux religieux. »

L’étude complète doit être publiée le mois prochain pendant l’assemblée plénière du Congrès juif mondial à New York.

Le Congrès juif mondial a déclaré que l’étude avait identifié les posts « au moyen d’une base de données de termes et de phrases présents sur internet, puis traduits dans les langues principales et analysés sur internet ».

Ensuite, « un échantillon représentatif a été lu et codifié par des analystes pour affiner les recherches et approfondir l’analyse qualitative. »

« Un total de 7 600 posts ont été lus dans différentes langues, indiquant un échantillon représentatif de 2 % du discours total inclus dans l’analyse », a-t-il indiqué.

Le logo du réseau social Twitter. Illustration. (Crédit: Leon Neal/AFP)
Le logo du réseau social Twitter. Illustration. (Crédit: Leon Neal/AFP)

Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft ont signé en juin avec la Commission européenne un code de conduite qui exige d’eux qu’ils suppriment la majorité des discours racistes signalés en moins de 24 heures.

La signature de l’accord avait été saluée comme un progrès majeur vers l’adhésion à la législation américaine des réseaux sociaux américains, malgré des demandes des gouvernements et des systèmes judicaires européens pour que les entreprises appliquent en Europe des lois plus strictes sur les discours racistes, en vigueur sur la majorité du continent.

Les groupes de surveillance ont signalé des échecs de l’application du document signé. Twitter a été particulièrement réticent à se conformer à la législation européenne.

En 2013, Twitter a perdu une longue bataille judiciaire en France en raison de son refus initial de fournir les informations des utilisateurs faisant des déclarations antisémites sur internet ou de les empêcher de continuer à le faire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...