Un professeur israélien d’Harvard se lance sur les traces des extraterrestres
Rechercher

Un professeur israélien d’Harvard se lance sur les traces des extraterrestres

Le projet Galileo d'Avi Loeb, qui s'est heurté à l'establishment scientifique pour ses théories, vise à chercher des objets de cultures extraterrestres existantes ou disparues

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Une impression d'artiste de l'astéroïde interstellaire Oumuamua. Le scientifique Avi Loeb pense qu'il pourrait s'agir d'un artefact extraterrestre. (Crédit : avec l'aimable autorisation de l'Observatoire européen austral, M. Kornmesser)
Une impression d'artiste de l'astéroïde interstellaire Oumuamua. Le scientifique Avi Loeb pense qu'il pourrait s'agir d'un artefact extraterrestre. (Crédit : avec l'aimable autorisation de l'Observatoire européen austral, M. Kornmesser)

Un éminent – mais controversé – scientifique israélien de l’Université d’Harvard a lancé un projet qui adoptera une nouvelle approche de la recherche d’extraterrestres, dans l’espoir de trouver des signes de leurs technologies ou de leurs civilisations.

Le projet Galileo d’Avi Loeb recherchera systématiquement des artefacts physiques produits par des « civilisations technologiques extraterrestres ». Les programmes précédents, comme celui de l’Institut SETI, parcouraient le cosmos à la recherche de signaux électromagnétiques, et non d’objets.

« Étant donné l’abondance récemment découverte des systèmes Terre-Soleil, le projet Galileo se consacre à la proposition selon laquelle les humains ne peuvent plus ignorer l’existence possible de civilisations technologiques extraterrestres », a déclaré le groupe.

M. Loeb, physicien théoricien, a annoncé le projet Galileo lundi. Loeb a été le plus ancien président du département d’astronomie d’Harvard, poste qu’il a occupé de 2011 à 2020, et est actuellement professeur de sciences titulaire à l’université.

Il s’est fait connaître du grand public après avoir affirmé qu’un objet anormal provenant de l’extérieur du système solaire, observé en train de passer devant le soleil en 2017, pourrait être un artefact extraterrestre.

Les astronomes d’Hawaï n’ont fait qu’entrevoir l’objet qu’ils ont appelé « Oumuamua », qui signifie « éclaireur » en hawaïen, alors qu’il s’éloignait du soleil en se déplaçant de manière irrégulière. Ce corps de forme étrange est le premier objet interstellaire connu observé dans notre système solaire. Il semblait être petit, moins d’un kilomètre de long, rouge foncé et en forme de cigare ou de crêpe.

Avi Loeb, scientifique israélien d’Harvard. (Crédit : Capture d’écran/YouTube)

Loeb a soutenu qu’Oumuamua aurait pu être un artefact extraterrestre, comme une voile légère alimentée par les rayons solaires, ou une antenne de communication. La plupart des astronomes pensent qu’il s’agit d’un objet d’origine naturelle, mais leurs opinions divergent quant à sa nature ou sa provenance. 

Loeb a promulgué sa théorie dans les médias, la littérature scientifique et dans un livre intitulé Extraterrestre. Loeb s’est aliéné d’une grande partie de la communauté scientifique par son franc-parler et son approche et s’est heurté à certains de ses pairs.

« La science ne devrait pas rejeter de manière dogmatique les explications extraterrestres potentielles en raison de stigmates sociaux ou de préférences culturelles, facteurs qui ne sont pas propices à la méthode scientifique d’enquête empirique et impartiale », a déclaré le projet Galileo. 

Le lancement de cette initiative fait également suite à la publication, le mois dernier, d’un rapport très attendu du gouvernement américain sur les phénomènes aériens non identifiés qui ont été vus et enregistrés par le personnel de la marine américaine. Les enquêteurs du ministère de la Défense ont déclaré qu’ils n’avaient trouvé aucune preuve que les phénomènes étaient extraterrestres, mais ils n’ont pas nié l’existence d’un lien et n’ont pas pu expliquer certaines des observations.

L’image de la vidéo fournie par le ministère de la Défense intitulée Gimbal, datant de 2015, sur laquelle un objet inexpliqué peut être vu au centre alors qu’il s’élève haut le long des nuages, voyageant contre le vent. (Crédit : Département de la défense via AP)

« Les données existantes sur les phénomènes aériens non identifiés et le phénomène Oumuamua sont suffisamment anormaux pour motiver la collecte de données supplémentaires sur les phénomènes aériens non identifiés ou sur des objets semblables à Oumuamua et pour tester si ces objets peuvent être des artefacts astro-archéologiques ou des équipements technologiques actifs produits par une ou plusieurs civilisations technologiques extraterrestres putatives, existantes ou éteintes », a déclaré le projet Galileo sur son site Web. 

M. Loeb a fondé le projet avec Frank Laukien, qui dirige la société Bruker Corporation, un fabricant d’équipements scientifiques basé dans le Massachusetts. Le conseil consultatif scientifique comprend le chercheur Sagi Ben Ami de l’Institut Weizmann des sciences d’Israël, et l’équipe de recherche comprend des membres des universités d’Harvard, Princeton, Cambridge et UNC Chapel Hill.
 

Le projet Galileo vise à identifier les phénomènes aériens non identifiés et les « objets interstellaires de type Oumuamua » grâce à l’analyse scientifique des données recueillies par des instruments de pointe. Les données et le processus d’analyse seront transparents et ouverts au public, a déclaré le groupe. 

Les chercheurs suivront trois pistes principales pour atteindre leurs objectifs : ils chercheront à capturer des images à haute résolution de phénomènes aériens non identifiés grâce à un réseau de télescopes et d’autres équipements de détection ; ils rechercheront des objets interstellaires à l’aide de relevés astronomiques existants et futurs ; et ils chercheront de petits satellites extraterrestres qui pourraient observer notre planète. 

Le projet affirme que, même s’il ne trouve pas de preuves de la présence d’extraterrestres, il produira des données utiles sur de nouveaux objets interstellaires.  Il a levé des dons s’élevant à 1,755 million de dollars, a déclaré M. Loeb lors de la conférence de presse de lundi. 

Le projet a été baptisé en l’honneur de l’astronome italien Galileo Galilei, pionnier de l’utilisation des télescopes pour étudier l’espace, qui a été puni par les autorités religieuses au XVIIe siècle pour avoir affirmé que la Terre tournait autour du Soleil. Le slogan de l’initiative est : « Oser regarder à travers de nouveaux télescopes. » 

M. Loeb est originaire du moshav de Beit Hanan, dans le centre d’Israël. Il a servi dans le prestigieux programme Talpiot de Tsahal et a obtenu son premier diplôme à l’Université hébraïque de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...