Rechercher

Un rabbin new-yorkais dit souhaiter la mort de Bennett et Liberman

Le rabbin Yosef Mizrachi a qualifié le Premier ministre de « diable » méritant d'être « réduit au silence » par une lance ; la mort du ministre des Finances le "comblerait"

Le rabbin Yosef Mizrachi de Monsey, New York, dit à Rafi Reshef de la Douzième chaîne maintenir ses propos concernant le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre des Finances Avigdor Liberman, le 1er juin 2022. (Crédit : Douzième chaîne)
Le rabbin Yosef Mizrachi de Monsey, New York, dit à Rafi Reshef de la Douzième chaîne maintenir ses propos concernant le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre des Finances Avigdor Liberman, le 1er juin 2022. (Crédit : Douzième chaîne)

Un rabbin ultra-orthodoxe controversé, installé à New York, a déclaré mercredi qu’il ne s’excuserait pas pour avoir publiquement dit que le Premier ministre Naftali Bennett était un « diable » qu’il faudrait « empaler  » et que la mort du ministre des Finances, Avigdor Liberman, le rendrait « heureux pour toujours ».

Le rabbin Yosef Mizrachi, connu pour ses déclarations inappropriées sur la Shoah, la communauté LGBT et les Juifs réformés, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il ne se rétracterait pas.

« Je refuse de retirer ce que j’ai dit », a déclaré Mizrachi. « Il n’y a rien à édulcorer. »

Mizrachi répondait à un journaliste de la Douzième chaîne, plus tôt cette semaine, qui évoquait des vidéos du rabbin et de ses sermons.

« Un homme qui déclare, qu’avant toute chose, il est ennemi des haredim, du judaïsme, de la Torah et des yeshivot, qui veut les renverser et les détruire… un homme comme celui-ci est, pour moi, un ennemi d’Israël », a un jour assuré Mizrachi à propos de Liberman, dans un sermon. « Quand une personne comme celle-ci quitte le monde, c’est le bonheur éternel. »

Dans un autre discours, Mizrachi a attaqué Bennett, disant que « le diable » devrait être empalé avec une lance. Il a également qualifié le Premier ministre, pourtant pratiquant, de non-juif, utilisant le terme comme une insulte, l’accusant de trahir le peuple juif.

« Comment fermer la bouche du diable ? » s’interroge-t-il en parlant de Bennett. « Boum, on attrape une lance et on l’empale. »

Il a également qualifié la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, ainsi que Liberman et Bennett de « gauchistes, grands ennemis de l’État d’Israël ».

Mizrachi a affirmé dans l’interview que ses paroles n’étaient en rien de l’incitation à la haine, soulignant qu’il était interdit de blesser qui que ce soit.

« La loi n’est pas entre nos mains », a-t-il déclaré. « Cent fois, j’ai dit dans mes sermons que personne n’avait l’autorité pour réaliser l’œuvre de Dieu. »

Bien qu’on lui ait donné une dernière occasion de revenir sur ses propos, Mizrachi s’est obstiné.

« Bennett est un gauchiste, Liberman également, et ils sont de mèche avec les Frères musulmans », a assuré Mizrachi, évoquant manifestement le parti Raam, membre de la coalition. « Où voyez-vous de l’incitation à la haine? Je dis dans mes sermons qu’il est interdit de blesser qui que ce soit, de prendre la loi en main et d’agir avec violence envers qui que ce soit. Je ne reviens pas sur ce que j’ai dit. »

Ce n’est pas la première fois que Mizrachi fait les gros titres.

Dans une vidéo mise en ligne en 2015, Mizrachi affirmait que le nombre de victimes de la Shoah avait été exagéré, avançant des taux d’assimilation très élevés dans l’Europe d’avant la Seconde Guerre mondiale. Selon Mizrachi, cinq millions au moins des six millions de victimes étaient de « simples goyim », adoptant le mot hébreu pour designer de manière péjorative les non-Juifs.

« La vérité, je vous le dis, c’est qu’à peine un million de Juifs a été assassiné », a affirmé Mizrachi, foulant aux pieds la réalité accréditée par les historiens. « Beaucoup de non-Juifs ont été intégrés au décompte, mais en vérité, combien de Juifs ont vraiment été tués ? »

Au début de la pandémie de COVID, Mizrachi assurait qu’un remède « sûr » contre le coronavirus consistait à se chauffer l’arrière de la gorge avec un sèche-cheveux. Il recommandait ce traitement, à raison de cinq fois par jour pendant deux jours pour les cas confirmés, et deux fois par jour pendant cinq minutes pour de simples suspicions. Il déclarait également que les gens « rêvaient » s’ils croyaient qu’aller à l’hôpital les aiderait.

Originaire d’Israël, Mizrachi s’est installé aux États-Unis alors qu’il avait une vingtaine d’années et y a reçu l’ordination rabbinique. Ces dix dernières années, il a enseigné à la Yeshiva Ohr de Monsey, New York, et produit des vidéos de kirouv, ou sensibilisation au judaïsme.

Il compte près de 71 000 abonnés sur son compte Instagram et plus de 35 000 à sa chaîne YouTube.

Selon son site Web, Mizrachi « s’est exprimé dans plus de 5 000 conférences dans le monde entier et a participé à de nombreux séminaires, émissions de radio et autres événements en hébreu et en anglais, qu’il a enrichis de sa connaissance du judaïsme, contribuant à éveiller la conscience juive de milliers de Juifs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...