Un réseau de drogue présumé arrêté par la police à la frontière égyptienne
Rechercher

Un réseau de drogue présumé arrêté par la police à la frontière égyptienne

Huit résidents du sud de la ville bédouine Bir Hadaj sont accusés d'avoir fait passer de la drogue par la frontière entre Israël et le Sinaï

Un agent de la police des frontières examine les plants de marijuana découverts lors d'une saisie de drogue dans un village bédouin du Néguev en février 2018. (Police d'Israël)
Un agent de la police des frontières examine les plants de marijuana découverts lors d'une saisie de drogue dans un village bédouin du Néguev en février 2018. (Police d'Israël)

Huit membres présumés d’un réseau de contrebande ont été arrêtés dans le cadre d’une opération conjointe des forces de sécurité et de la police en avril, a annoncé mercredi le service de sécurité du Shin Bet.

Les huit personnes, toutes originaires de la ville bédouine de Bir Hadaj, dans le sud d’Israël, sont accusées de contrebande de drogues à travers la frontière entre Israël et le Sinaï et d’avoir endommagé les infrastructures de l’armée le long de la frontière.

A la suite de l’interrogatoire des suspects, les forces de sécurité ont confirmée qu’ils ont été impliqués dans une vaste opération de contrebande bien organisée dans la nuit du 13 au 14 avril. Dans le cadre de leur opération, certains des suspects auraient endommagé la clôture située dans le périmètre.

Le Shin Bet a souligné que les dommages causés à l’infrastructure frontalière de l’armée israélienne constituent une menace pour la sécurité et sont sévèrement sanctionnés.

Les huit personnes ont été inculpées mercredi par le tribunal de district de Beer Sheva. Cinq des suspects ont été accusés d’infractions graves pour atteinte à la sécurité.

Bir Hadaj n’est qu’à 20 minutes environ de la frontière avec l’Égypte, et la police sait depuis longtemps qu’il s’agit d’un secteur de contrebande de drogue.

En février, la police a arrêté 20 suspects de cette ville accusés de se faire passer pour des patrouilles frontalières de l’armée israélienne pour transporter de la drogue en provenance d’Égypte.

Lors d’un raid, les policiers ont découvert deux jeeps de l’armée, des casques et uniformes de Tsahal, des jumelles de vision nocturne, des talkies-walkies, ainsi que des armes et des munitions.

A la tombée de la nuit, des narcotrafiquants égyptiens, des Bédouins pour la plupart d’entre eux, se rendent à la barrière frontalière longue de 200 kilomètres pour jeter des sacs de contrebande à leurs acolytes israéliens, qui récupèrent la marchandise dans des VTT – ou, par nuit noire, dans des camions – et les emportent pour les distribuer, ont déclaré au Times of Israel l’année dernière des soldats opérant à la frontière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...