Un sénateur démocrate demande à Trump de nommer un envoyé contre l’antisémitisme
Rechercher

Un sénateur démocrate demande à Trump de nommer un envoyé contre l’antisémitisme

Ben Cardin demande à la Maison Blanche de veiller à ce que la position pour les affaires juives soit pourvue immédiatement suite à des incidents antisémites

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le sénateur Ben Cardin aux côtés d'autres sénateurs démocrates lors d'une conférence de presse donnée au Capitole, à Washington, le 19 novembre 2015. (Crédit : Andrew Harrer/Bloomberg/JTA)
Le sénateur Ben Cardin aux côtés d'autres sénateurs démocrates lors d'une conférence de presse donnée au Capitole, à Washington, le 19 novembre 2015. (Crédit : Andrew Harrer/Bloomberg/JTA)

WASHINGTON – Un sénateur démocrate a exhorté mercredi le président américain Donald Trump à nommer une personne qui ferait la liaison entre la Maison Blanche et la communauté juive et un envoyé spécial pour combattre et surveiller l’antisémitisme (SEAS), des postes qui sont vacants depuis son entrée en fonction.

Le sénateur du Maryland, Ben Cardin, qui est l’un des membres de la commission des relations extérieures du Sénat, a qualifié ces deux postes de « critique pour la lutte mondiale et intérieure contre l’antisémitisme » et a ajouté qu’ils étaient nécessaires en raison de l’augmentation des incidents antisémites dans le monde entier.

« Avec l’augmentation récente des incidents d’antisémites aux États-Unis et dans certains autres pays, ainsi que la montée du mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS), je suis inquiet du fait que l’Administration n’ait pas désigné des points de contact pour les communautés juives internationales et intérieures », a écrit Cardin dans une lettre adressée au président.

Le mois dernier, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a suggéré à un jury de la Chambre des représentants que l’embauche d’un envoyé pour lutter contre l’antisémitisme n’était pas nécessaire et que l’effort global de lutte contre l’antisémitisme serait plus efficace sans une personne faisant la liaison entre la communauté et l’Etat.

Une partie de son argumentation reposait sur le raisonnement selon lequel les missions locales du Département d’Etat négligeraient leur responsabilité d’affronter le problème s’il existait un bureau spécial à Washington consacré à la lutte contre l’antisémitisme.

Depuis, une source anonyme a déclaré au Jewish Telegraphic Agency que le bureau n’aurait plus de personnels dès le 1er juillet.

Cardin a déclaré qu’il était « troublé » par les commentaires et le raisonnement de Tillerson.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, à Washington, D.C., le 13 juin 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, à Washington, D.C., le 13 juin 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Depuis le mois de janvier, près de 150 menaces à la bombe ont été lancées contre les centres communautaires juifs (CCJ), les écoles de jour juives et d’autres institutions, provoquant l’évacuation de dizaines de centres communautaires et incitant certains parents à retirer leurs enfants des programmes des CCJ.

Beaucoup de ces alertes à la bombe, mais pas toutes, ont été lancées par un jeune israélo-américain d’Ashkelon qui a été accusé d’être à l’origine de milliers d’alerte à la bombe au cours des deux dernières années.

Cardin, qui est juif, a souligné les occurrences des menaces de bombes sur les institutions juives dans sa lettre au président et l’a imploré de se conformer à une loi de 2004, adoptée par le Congrès, pour mettre en place un envoyé pour combattre l’antisémitisme.

Un homme devant les pierres tombales profanées du cimetière juif du mont Carmel à Philadelphie, le 26 février 2017. (Crédit : Dominick Reuter/AFP)
Un homme devant les pierres tombales profanées du cimetière juif du mont Carmel à Philadelphie, le 26 février 2017. (Crédit : Dominick Reuter/AFP)

« Compte tenu des incidents antisémites persistants, dont plus d’une centaine de menaces contre les institutions juives de ce pays depuis le début de l’année, et des incidents importants à l’étranger, je vous exhorte à respecter le FY17 Omnibus et la loi publique 108-332 et à sélectionner une personne qualifiée pour servir de SEAS, et nommer également un agent de liaison qualifiée à la Maison-Blanche », a-t-il déclaré.

Bien que n’étant pas mandaté par le Congrès, chaque président américain depuis Jimmy Carter a nommé et maintenu une liaison entre la communauté juive et la Maison Blanche.

Cardin a proposé d’aider le président à « identifier les personnes qualifiées ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...