Rechercher

Un système israélien de sélection d’embryons optimisant la FIV approuvé par l’Europe

Le logiciel de Fairtility identifie, grâce à l'intelligence artificielle, les embryons qui s'implanteront dans 78 % des cas, contre 60 % chez les embryologistes

Un seul spermatozoïde est injecté directement dans un ovule lors d'une FIV. Image d'illustration (Crédit : Lars Neumann via iStock by Getty Images)
Un seul spermatozoïde est injecté directement dans un ovule lors d'une FIV. Image d'illustration (Crédit : Lars Neumann via iStock by Getty Images)

Un système automatisé de fabrication israélienne permettant de prédire quels embryons destinés à être inséminés artificiellement ont le plus de chances d’aboutir à une grossesse a reçu l’approbation de l’Europe pour être utilisé dans les cliniques, a déclaré lundi la société Fairtility, basée à Tel Aviv.

La société a déclaré que l’outil était déjà utilisé à titre d’essai dans 30 cliniques en Europe et en Asie au moment où elle a reçu la marque CE conformément à la réglementation européenne sur les dispositifs médicaux le mois dernier. Son utilisation pourra maintenant s’étendre.

L’année prochaine, la société demandera l’approbation de la Food and Drug Administration américaine.

Lorsque les femmes ont recours à la fécondation in vitro (FIV), plusieurs embryons sont généralement produits et l’embryologiste détermine lesquels ont le plus de chances de s’implanter. Il sélectionne alors le ou les embryons les plus prometteurs.

Fairtility est l’une des rares entreprises à proposer une technologie IA pour aider les embryologistes à trancher, en examinant les images de chaque embryon et en classant leur potentiel sur la base d’une analyse des cas de FIV passés.

« La façon dont la sélection des embryons est effectuée aujourd’hui est très rudimentaire et très subjective », a déclaré Eran Eshed, PDG de Fairtility, au Times of Israel, ajoutant que des recherches évaluées par des pairs et publiées dans Scientific Reports suggèrent que son outil a plus de chances de prédire avec précision si un embryon s’implantera ou non.

« Alors qu’un embryologiste aura raison dans 60 % des cas, notre outil IA a obtenu 78 % dans le test que nous avons fait, qui a incorporé une large gamme d’âge et de démographie », a déclaré Eshed.

Le tableau de bord du logiciel IA de Fairtility pour l’analyse des embryons (Crédit : Autorisation Fairtility)

Il a expliqué que cette recherche avait été menée en jugeant le potentiel des embryons des cycles de FIV passés et en croisant les résultats avec des informations du monde réel concernant les embryons qui se sont effectivement implantés.

Eshed et ses collègues travaillent depuis 2020 à la réalisation de cet outil IA, baptisé CHLOE EQ. Pour ce faire, ils ont utilisé des vidéos provenant des technologies d’incubation en time-lapse, qui capturent une seule image d’embryon toutes les 15 à 20 minutes, offrant ainsi un aperçu détaillé et continu de l’embryon pendant toute la durée de son développement. Ils ont ensuite construit l’algorithme au cœur de la technologie en analysant les caractéristiques des embryons réussis et de ceux qui ont échoué.

Les cliniques n’ont pas besoin de dispositif spécial pour utiliser l’outil – la plupart d’entre elles disposent déjà de systèmes d’imagerie, et il leur suffira d’intégrer le logiciel d’analyse des séquences dans leurs systèmes informatiques.

Eran Eshed, PDG de Fairtility (Crédit : Autorisation Fairtility)

Le Dr Assaf Ben-Meir, médecin en chef de Fairtility, a déclaré que l’objectif de cette technologie était de réduire la souffrance éprouvée par les personnes et les couples qui subissent une FIV lorsque les cycles échouent.

« En tant que cliniciens, notre objectif est de donner aux patientes les meilleures options pour tomber enceinte et avoir un bébé en bonne santé », a-t-il déclaré. « Tout processus, outil ou technologie qui peut améliorer ces chances est essentiel car il peut réduire le délai de grossesse, ainsi que la charge émotionnelle et économique pour les patients.

« La performance de notre outil est cliniquement significative et peut potentiellement contribuer à des économies financières et à de meilleurs résultats dans le domaine de la FIV. De plus, l’outil d’intelligence artificielle présente l’avantage de fournir des résultats précis, objectifs, reproductibles et automatiques, tout en réduisant l’erreur humaine », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...