Un tribunal russe ordonne le retrait de la crème glacée « Pauvre juif »
Rechercher

Un tribunal russe ordonne le retrait de la crème glacée « Pauvre juif »

La décision intervient après que le procureur de Naberezhnye Chelny a entamé une procédure contre la compagnie Slavitsa suite aux protestations de la communauté juive locale

Une entreprise de la région russe du Tartarstan vend un cornet de glace appelé "Pauvres Juifs". (Slavitsa via JTA)
Une entreprise de la région russe du Tartarstan vend un cornet de glace appelé "Pauvres Juifs". (Slavitsa via JTA)

Un tribunal a ordonné à une usine de fabrication de crème glacée en Russie de changer sa ligne appelée « Pauvre juif ».

Le tribunal municipal de Naberezhnye Chelny s’est prononcé contre la société Slavitsa la semaine dernière, a rapporté mercredi le site d’information Chelny-Biz.

Le procureur régional, Alexander Evgrafov, avait engagé des poursuites contre l’usine pour un discours discriminatoire en mars après des protestations de la communauté juive locale.

Le cornet de glace, annoncé en février par l’usine, située à moins de 1 000 km à l’est de Moscou, est flanqué d’un drapeau israélien.

Au tribunal, l’avocat de Slavitsa a rappelé que l’expression « Pauvre juif » avait déjà été utilisée par d’autres fabricants et est connue sous le nom de tarte locale vendue par la société Karibe.

La phrase a également été utilisée comme nom pour des produits alcoolisés produits par Taiga-Vostok. Il a également soutenu qu’il s’agissait d’une marque déposée appartenant à Slavitsa et est donc protégée.

Le procureur a fait valoir que l’expression n’était pas suffisamment connue pour justifier son utilisation dans le commerce et a cité l’infraction qu’elle a suscitée auprès de la communauté juive.

En mars, Leonid Shteinberg, un chef de file de la communauté juive de Naberezhnye Chelny, avait qualifié l’appellation du cornet glacé de « raciste » et exigé l’arrêt de la production et de la vente.

Dans un article paru sur les médias sociaux pour annoncer le lancement de la crème glacée le 28 février, la société l’avait, elle, décrit comme un « cornet croustillant » rempli de glace au chocolat et garni de pruneaux et de cacahuètes.

« En essayant toutes ces saveurs, il s’avère qu’il n’est pas si pauvre », a-t-il ajouté.

La société Slavitsa a déjà été critiquée dans le passé pour avoir créé une glace au chocolat nommée d’après le président américain Barack Obama et une contre les Ukrainiens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...