Un troisième avocat, Boaz Ben Tzur, rejoint l’équipe juridique de Netanyahu
Rechercher

Un troisième avocat, Boaz Ben Tzur, rejoint l’équipe juridique de Netanyahu

Le célèbre avocat avait aussi représenté deux autres personnes impliquées dans l'affaire visant le Premier ministre

Capture d'écran d'une vidéo de l'avocat Boaz Ben Tzur. (YouTube)
Capture d'écran d'une vidéo de l'avocat Boaz Ben Tzur. (YouTube)

L’avocat Boaz Ben Tzur a rejoint l’équipe de défense du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans son procès pour corruption, a annoncé lundi un porte-parole du Premier ministre.

Ben Tzur a rejoint les avocats Amit Hadid et Yossi Segev, qui représentent actuellement Netanyahu dans les affaires qui pèsent contre lui, même si son équipe juridique a beaucoup changé en raison de problèmes concernant le paiement de ses frais judiciaires.

Avocat très réputé, Ben Tzur, a auparavant représenté le milliardaire magnat du cinéma Arnon Milchan, figure centrale de l’Affaire 1000, l’une des trois affaires contre le Premier ministre. Des informations contradictoires ont été publiées dans les médias israéliens quant à savoir si Ben Tzur représentait encore ou non l’assistant personnel de Milchan, Hadas Klein, qui sera un témoin clef de l’accusation dans l’Affaire 1000.

Avant d’accepter la mission, Ben Tzur a demandé au Procureur de l’Etat s’il n’y avait aucun problème légal à ce qu’il représente Netanyahu, mais aucune objection n’a été soulevée, selon la Douzième chaîne.

Hadas Klein. (Capture d’écran : Twitter)

Klein a déclaré que cette démarche constituait un conflit d’intérêt et violait ses droits, précisait le reportage.

Yossi Segev a seulement rejoint les avocats de la défense le mois dernier, quelques jours après que Micha Fettman a quitté l’équipe quand la demande de Netanyahu pour obtenir la permission de recevoir des fonds d’un donateur étranger afin de payer ses frais de justice dans son procès de corruption a été rejetée. Fettman avait seulement rejoint l’équipe de défense de Netanyahu quelques semaines auparavant.

L’avocat Yossi Segev arrive au tribunal de district de Tel Aviv pour représenter le patron du crime Rico Shirazi, le 19 juin 2017. (Flash90)

Les changements parmi l’équipe juridique de Netanyahu ont déjà entraîné des critiques de la part du tribunal de Jérusalem où se tient le procès.

Le mois dernier, lors de la deuxième audience du procès, Segev a demandé à repousser les procédures jusqu’après la fin de l’épidémie de coronavirus en raison de la difficulté de mener des contre-interrogatoires alors que toutes les personnes impliquées devront porter des masques.

Segev a également dit au tribunal qu’il avait reçu les pouvoirs d’avocat seulement pour l’audience du jour, « parce que le procureur général n’a pas autorisé un financement ».

Le juge a répondu : « Je ne comprends pas. Aujourd’hui, vous êtes ici et demain vous ne le serez peut-être pas ? Où est [Amit] Hadid, qui était ici à la précédente audience ? Il ne peut pas y avoir quelqu’un de différent à chaque fois, il devrait y avoir un avocat permanent. J’espère que vous ne serez pas remplacé avant la prochaine fois. »

Les témoins du procès doivent commencer à livrer leur témoignage en janvier, alors que les audiences se tiendront trois fois par semaine.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) parle avec son avocat Micha Fettman (à gauche) dans la salle du tribunal lors de l’ouverture de son procès pour corruption à la cour de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Crédit : Ronen Zvulun/ Pool Photo via AP)

La composition de l’équipe légale de Netanyahu a été entravée par la Commission des permis du Bureau du Contrôleur de l’Etat, qui a rejeté à plusieurs reprises les demandes du Premier ministre (le mois dernier pour la dernière fois) de permission afin d’accepter des donations de bienfaiteurs aisés pour régler ses frais juridiques. La commission lui a ordonné de rendre les fonds qu’il avait déjà touchés.

Le procès de Netanyahu pour fraude, abus de confiance et pots-de-vin s’est ouvert en mai. Les accusations incluent l’acceptation pour environ 200 000 dollars de cadeaux en cigares et en champagne de deux milliardaires, le magnat israélien du cinéma basé à Hollywood Milchan et le milliardaire australien James Packer – l’Affaire 1000.

Dans d’autres affaires, Netanyahu est accusé d’avoir proposé de faire avancer une loi bénéficiant à des puissants magnats de médias israéliens en échange d’une couverture plus positive dans leurs publications.

Netanyahu affirme qu’il est la victime d’un complot de grande ampleur, par lequel l’opposition de gauche, les médias, la police et les procureurs de l’Etat tenteraient de réaliser un coup d’État pour le renverser. Il estime que ces accusations sont infondées et qu’accepter des cadeaux d’amis n’est pas un problème.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...