Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Un violent séisme fait plus de 2 600 morts en Turquie et en Syrie

Une secousse de magnitude 7,8 a été ressentie jusqu'au centre d'Israël ; le ministère des Affaires étrangères n'a pas connaissance de victimes israéliennes

  • Une voiture sous les décombres d'un bâtiment effondré, dans la ville d'Azmarin, dans la province d'Idlib, au nord de la Syrie, le 6 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed)
    Une voiture sous les décombres d'un bâtiment effondré, dans la ville d'Azmarin, dans la province d'Idlib, au nord de la Syrie, le 6 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed)
  • Des personnes se rassemblent autour d'un bâtiment effondré à Pazarcik, dans la province de Kahramanmaras, dans le sud de la Turquie, tôt le lundi 6 février 2023. (Crédit : Depo Photos via AP)
    Des personnes se rassemblent autour d'un bâtiment effondré à Pazarcik, dans la province de Kahramanmaras, dans le sud de la Turquie, tôt le lundi 6 février 2023. (Crédit : Depo Photos via AP)
  • Un bâtiment effondré après un tremblement de terre à Pazarcik, dans la province de Kahramanmaras, dans le sud de la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Depo Photos via AP)
    Un bâtiment effondré après un tremblement de terre à Pazarcik, dans la province de Kahramanmaras, dans le sud de la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Depo Photos via AP)
  • Un enfant blessé attend d'être soigné à l'hôpital de Bab al-Hawa après un tremblement de terre, dans la campagne du nord de la province syrienne d'Idlib, tenue par les rebelles, à la frontière avec la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Aaref WATAD/AFP)
    Un enfant blessé attend d'être soigné à l'hôpital de Bab al-Hawa après un tremblement de terre, dans la campagne du nord de la province syrienne d'Idlib, tenue par les rebelles, à la frontière avec la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Aaref WATAD/AFP)
  • Un enfant et un homme blessés pris en charge à l'hôpital de Bab al-Hawa à la suite d'un tremblement de terre, dans la campagne du nord de la province d'Idlib en Syrie, tenue par les rebelles, à la frontière avec la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Aaref WATAD/AFP)
    Un enfant et un homme blessés pris en charge à l'hôpital de Bab al-Hawa à la suite d'un tremblement de terre, dans la campagne du nord de la province d'Idlib en Syrie, tenue par les rebelles, à la frontière avec la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Aaref WATAD/AFP)
  • Des victimes sont emmenées d'urgence au service des urgences de l'hôpital de Bab al-Hawa suite à un tremblement de terre, dans la campagne du nord de la province syrienne d'Idlib, tenue par les rebelles, à la frontière avec la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Aaref WATAD/AFP)
    Des victimes sont emmenées d'urgence au service des urgences de l'hôpital de Bab al-Hawa suite à un tremblement de terre, dans la campagne du nord de la province syrienne d'Idlib, tenue par les rebelles, à la frontière avec la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : Aaref WATAD/AFP)
  • Dans cette capture vidéo de l'AFP TV prise le 6 février 2023, des sauveteurs recherchent des victimes d'un tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie. (Crédit : Mahmut BOZARSLAN/AFPTV/AFP)
    Dans cette capture vidéo de l'AFP TV prise le 6 février 2023, des sauveteurs recherchent des victimes d'un tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie. (Crédit : Mahmut BOZARSLAN/AFPTV/AFP)
  • Des secouristes et des équipes médicales tentent d'atteindre des résidents piégés dans un bâtiment effondré suite à un tremblement de terre à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : AP/Mahmut Bozarsan)
    Des secouristes et des équipes médicales tentent d'atteindre des résidents piégés dans un bâtiment effondré suite à un tremblement de terre à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, le 6 février 2023. (Crédit : AP/Mahmut Bozarsan)
  • 
Victoria Eber dans le rôle de Justine Sandberg dans "L’homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
    
Victoria Eber dans le rôle de Justine Sandberg dans "L’homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
  • Une femme allume des bougies lors d'une veillée aux chandelles pour les victimes du tremblement de terre en Syrie et en Turquie, à Islamabad, au Pakistan, lundi 6 février 2023. (Crédit : AP Photo/Anjum Naveed)
    Une femme allume des bougies lors d'une veillée aux chandelles pour les victimes du tremblement de terre en Syrie et en Turquie, à Islamabad, au Pakistan, lundi 6 février 2023. (Crédit : AP Photo/Anjum Naveed)
  • Des équipes de secours, des équipes médicales et la police sur les lieux où un échafaudage s'est effondré après des vents violents, dans la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 6 février 2023. (Crédit : Flash90 )
    Des équipes de secours, des équipes médicales et la police sur les lieux où un échafaudage s'est effondré après des vents violents, dans la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 6 février 2023. (Crédit : Flash90 )
  • Des agents de la défense civile et des habitants cherchent dans les décombres de bâtiments effondrés dans la ville de Harem, près de la frontière turque, dans la province d'Idlib, en Syrie, le 6 février 2023 (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed).
    Des agents de la défense civile et des habitants cherchent dans les décombres de bâtiments effondrés dans la ville de Harem, près de la frontière turque, dans la province d'Idlib, en Syrie, le 6 février 2023 (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed).
  • Des équipes de secours syriennes transportant un blessé retiré des décombres après un tremblement de terre dans la ville de Hama, au centre de la Syrie, contrôlée par le gouvernement, le 6 février 2023. (Crédit : Louai Beshara/AFP)
    Des équipes de secours syriennes transportant un blessé retiré des décombres après un tremblement de terre dans la ville de Hama, au centre de la Syrie, contrôlée par le gouvernement, le 6 février 2023. (Crédit : Louai Beshara/AFP)

Plus de 2 600 personnes ont été tuées dans le sud de la Turquie et en Syrie voisine par un puissant séisme de magnitude 7.8, suivi quelques heures plus tard par une très forte réplique de magnitude de 7.5, des secousses enregistrées jusqu’au Groenland, les plus violents séismes qui ont frappé lundi la Turquie et la Syrie depuis près d’un siècle.

Ce bilan devrait encore s’alourdir, un très grand nombre de personnes restant piégées sous les décombres. La neige, qui tombe en abondance et la baisse des températures, attendue en soirée et demain, va rendre encore plus difficile la situation des personnes se retrouvant sans abri, ainsi que le travail des secours.

La première secousse est survenue à 4H17 locales (1H17 GMT), dans le district de Pazarcik, dans la province de Kahramanmaras (sud-est), à 60 km environ à vol d’oiseau de la frontière syrienne.

Le séisme a frappé à 3h17 en Israël, et a été ressenti dans le nord et le centre du pays.

L’Autorité aéroportuaire israélienne a déclaré dans un communiqué que les vols de l’aéroport Ben Gurion vers Istanbul seraient retardés en raison de la catastrophe.

Des dizaines de répliques ont suivi, avant un nouveau séisme de magnitude 7.5, à 10H24 GMT, toujours dans le sud-est de la Turquie, à 4 km au sud-est de la ville d’Ekinozu.

Après le second séisme, Tulin, jeune femme d’une trentaine d’année vivant à Kayapinar, dans le district de Diyarbakir, raconte sa « peur » de rentrer chez elle.

« Je l’ai vivement ressenti parce que je vis au dernier étage. Nous sommes sortis en panique. C’était presque le même que ce matin. J’ai tellement peur maintenant, je ne peux plus rentrer dans mon appartement, je ne sais pas ce qui va se passer maintenant », a-t-elle raconté à l’AFP.

« Ma sœur et ses trois enfants sont sous les décombres. Aussi son mari, son beau-père et sa belle-mère. Sept membres de notre famille sont sous les débris », a raconté à l’AFP Muhittin Orakci qui attendait les opérations de secours devant un immeuble effondré à Diyarbakir, la grande ville à majorité kurde du sud-est de la Turquie.

Intempéries

« Sa sœur est toujours sous les débris », a indiqué une femme en montrant une autre victime qui pleure à Diyarbakir.

Le bilan risque d’évoluer rapidement compte tenu du nombre d’immeubles effondrés dans les villes touchées, comme à Adana, Gaziantep, Sanliurfa, Diyarbakir notamment.

A Iskenderun et Adiyaman, ce sont les hôpitaux publics qui ont cédé sous l’effet du séisme, survenu à une profondeur d’environ 17,9 kilomètres.

Ce séisme est le plus important en Turquie depuis le tremblement de terre du 17 août 1999, qui avait causé la mort de 17 000 personnes, dont un millier à Istanbul.

Les intempéries qui frappent cette région montagneuse paralysent les principaux aéroports autour de Diyarbakir et Malatya, où il continue de neiger très fortement, laissant les rescapés hagards, en pyjama dehors dans le froid.

« Nous entendons des voix ici et là-bas. Nous pensons que peut-être 200 personnes se trouvent sous les décombres », a déclaré un secouriste dépêché devant un immeuble détruit de Diyarbakir, selon des images diffusées sur la chaîne NTV.

Face à cette désolation, partout les habitants se mobilisent et tentent de dégager les ruines à mains nues, utilisant des seaux pour évacuer les débris.

Plus au sud, toujours selon NTV, la citadelle byzantine de Gaziantep, érigée au 6e siècle, s’est partiellement effondrée.

En Syrie, le séisme a provoqué des scènes de panique, les habitants se sont ruant dehors, à pied ou en voiture, malgré les pluies torrentielles, ainsi qu’au Liban voisin où les secousses ont été fortement ressenties.

Aide internationale

Le président turc, dont la réaction à ce drame sera très probablement suivie à la loupe avant l’élection du 14 mai qui s’annonce très serrée, a appelé à l’union nationale.

« Nous espérons que nous sortirons de cette catastrophe ensemble le plus rapidement possible et avec le moins de dégâts possible », a-t-il tweeté.

L’Union européenne, dont de nombreux Etats membres ont offert leur aide aux populations des régions dévastées, a commencé à envoyer des équipes de secours.

« Nous suivons, bouleversés, les nouvelles du séisme dans la région frontalière entre la Turquie et la Syrie. Le nombre de morts ne cesse d’augmenter. Nous pleurons avec les familles et tremblons pour les personnes ensevelies », a tweeté le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les Etats-Unis, la Russie et l’Ukraine ont également offert leur aide, de même que la Grèce, dont les relations avec Ankara sont orageuses, qui a annoncé « porter une assistance immédiatement ».

L’Azerbaïdjan, pays frère de la Turquie, a annoncé l’envoi immédiat de 370 secouristes, et l’Inde a fait état d’envoie d’équipes de secours et médicales.

Des personnes fouillent dans les décombres d’un bâtiment effondré suite à un tremblement de terre, dans la ville d’Azmarin, dans la province d’Idlib, au nord de la Syrie, le 6 février 2023. (Crédit : AP/Ghaith Alsayed)

En Turquie, les dégâts les plus importants ont été enregistrés près de l’épicentre du séisme de la nuit, entre Kahramanmaras et Gaziantep, où des pâtés de maison entiers étaient en ruine, sous la neige.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré qu’il n’avait pas connaissance de victimes israéliennes en Turquie et que les zones les plus touchées n’étaient pas celles habituellement visitées par les touristes.

Le porte-parole du ministère, Lior Haiat, a déclaré qu’Israël était en contact avec les autorités turques. Israël a commencé à envoyer en fin de journée les premiers docteurs et convois d’aides matérielles.

« Les pensées d’Israël vont à la Turquie et à son peuple alors que nous voyons les premières images des conséquences horribles du tremblement de terre », a tweeté l’ambassadrice d’Israël à Ankara, Irit Lillian.

Gazoducs

« Il n’est pas possible de dire combien de personnes sont mortes et blessées pour le moment, car il y a tellement de bâtiments détruits », a déclaré le gouverneur de Kahramanmaras, Omer Faruk Cosku.

Une mosquée datant du XIIIe siècle a été partiellement détruite dans la province de Maltaya, où un bâtiment de 13 étages, avec 28 appartements, s’est effondré.

Les gazoducs alimentant la région ont aussi été touchés et les provinces de Hatay, Kahramanmaras et Gaziantep sont privés de gaz a affirmé l’organisme public Botas.

Le Kurdistan d’Irak a annoncé avoir suspendu « par sécurité » ses exportations de pétrole vis la Turquie.

Les secousses, ressenties dans tout le sud-est du pays, ont également été ressenties au Liban et à Chypre, selon des correspondants de l’AFP, ainsi qu’au Kurdistan irakien dans le nord du pays à Erbil et Douk, mais aucune victime n’a été signalée.

Selon l’institut géologique danois, les secousses ont été ressenties jusqu’au Groenland.

La Turquie est située sur l’une des zones sismiques les plus actives du monde.

Fin novembre, un tremblement de terre de magnitude 6,1 a frappé le nord-ouest de la Turquie

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.