Une bombe artisanale jetée sur les gardes-frontières au tombeau des Patriarches
Rechercher

Une bombe artisanale jetée sur les gardes-frontières au tombeau des Patriarches

La police a fait des recherches dans le secteur et a ouvert une enquête après la fuite de l'attaquant. C'est le second incident de ce type ce mois-ci

La police des frontières près du tombeau des Patriarches à Hébron, où un dispositif explosif a été jeté sur les officiers, le 20 juin 2018 (Crédit : Police israélienne)
La police des frontières près du tombeau des Patriarches à Hébron, où un dispositif explosif a été jeté sur les officiers, le 20 juin 2018 (Crédit : Police israélienne)

Un engin explosif improvisé a été jeté sur les policiers qui gardaient l’entrée du tombeau des Patriarches à Hébron, mardi soir, a indiqué la police.

L’attaquant a pris la fuite après avoir jeté la bombe sur les gardes-frontières en faction aux abords immédiats du tombeau. Le dispositif n’a pas explosé. Aucun blessé n’est à déplorer.

La police a fait savoir qu’elle effectuait des recherches dans le secteur pour retrouver l’auteur de l’attaque et qu’une enquête sur l’incident a été ouverte.

Au début du mois, les démineurs avaient fait exploser une bombe artisanale du même type trouvée à proximité du tombeau des Patriarches.

Une équipe de démineurs de la police avait fait exploser sous contrôle l’engin, qui contenait deux bonbonnes de gaz.

Ce dispositif avait été découvert à proximité de l’une des entrées utilisées seulement par les musulmans et le secteur était resté fermé pendant plus d’une heure jusqu’à sa neutralisation.

« Dans le périmètre du tombeau, il y a une coexistence unique que les forces de sécurité et notamment la police des frontières protègent avec pour objectif de permettre la liberté de culte et de religion aux Juifs comme aux musulmans », a expliqué la police dans un communiqué émis après l’incident.

« Les soldats vont continuer à oeuvrer avec détermination et professionnalisme pour protéger la sécurité de tous les citoyens, de tous les résidents et de tous les visiteurs sur le site », a ajouté le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...