Une chemise de déporté vendue en ligne 16 000 dollars
Rechercher

Une chemise de déporté vendue en ligne 16 000 dollars

Parmi les autres lots proposés par la maison de vente, se trouvaient notamment une boite vide de Zyklon B, des objets ayant appartenu à Adolf Hitler et de la propagande antisémite

La chemise de déporté vendue 16 000 $ par le site liveauctioneers.com et la maison de vente américaine Valkyrie Historical Auctions le 25 avril 2020. (Crédit : liveauctioneers.com)
La chemise de déporté vendue 16 000 $ par le site liveauctioneers.com et la maison de vente américaine Valkyrie Historical Auctions le 25 avril 2020. (Crédit : liveauctioneers.com)

Une chemise rayée de déporté a été vendue pour la somme de 16 000 dollars (14 785 euros) ce samedi sur le site liveauctioneers.com par la maison de vente américaine Valkyrie Historical Auctions, basée dans l’Iowa.

La chemise, vendue avec une calotte de déporté, portait le numéro 11 999. Selon la maison de vente aux enchères, elle appartenait au survivant de la Shoah Piotr Kucharski. L’homme serait né dans le village polonais de Wolicz en 1916 et déporté à Auschwitz en mai 1943, avant d’être transféré à Sachsenhausen et à Ravensbrück, puis libéré en octobre 1944.

Le déporté aurait porté la chemise dans le camp de Ravensbrück – le numéro 11 999 correspondant à son matricule de prisonnier dans le camp.

La tenue était accompagnée d’une photo d’époque du déporté et d’une lettre de la Croix-Rouge adressée pendant la guerre à sa famille.

Parmi les 863 autres lots que vendait également la maison de vente ce samedi, se trouvaient de nombreux objets liés à l’Allemagne nazie, à la Seconde Guerre mondiale ou à la Shoah. Parmi ces lots : une boîte vide de Zyklon B (vendue 5 000 $), des objets ayant appartenu à Adolf Hitler, une lettre d’Hitler de 1934 (3 500 $), des insignes et plaques nazies, une photo dédicacée de Joseph Goebbels (1 000 $), un billet de train pour Auschwitz de 1944 (250 $), un bracelet de déporté (275 $), une lettre (non vendue) de Rudolf Höss, commandant d’Auschwitz, deux prothèses de jambes d’enfant retrouvées à Auschwitz (non vendues), une édition luxe de Mein Kampf (450 $), une première édition de Mein Kampf ayant appartenu au responsable nazi Friedrich Haselmayr (2 250 $), ou encore de nombreux journaux, revues et livres antisémites.

La chemise est l’objet de la vente à s’être vendu le plus cher. Aucun détail n’a été rendu disponible concernant l’acheteur du lot. Contacté par le Times of Israël, Valkyrie Historical Auctions précise néanmoins que ses acheteurs sont des collectionneurs, des historiens et aussi quelques musées, « dont un musée juif aux États-Unis ».

« La plupart des articles antisémites ne sont pas achetés par des nazis », avance la société. « Eux recherchent des articles très bon marché et ne se soucient pas de l’originalité des articles – et les articles originaux sont très chers. Les collectionneurs d’origine juive sont toujours les premiers à acheter de tels objets. Nous connaissons au moins une dizaine de collectionneurs juifs qui possèdent de larges collections d’articles liés à l’Holocauste, ou d’objets antisémites. »

En 2013, en France, la vente aux enchères d’une tenue de déporté à l’hôtel Drouot avait causé une vive polémique. L’objet avait finalement été retiré de la vente.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...