Une coopérative de Tel Aviv boycotte les produits des implantations
Rechercher

Une coopérative de Tel Aviv boycotte les produits des implantations

Une petite coopérative bio de Florentine s’attire des critiques en ligne après avoir annoncé que les produits de Cisjordanie "ne sont pas les bienvenus"

Capture d'écran de la page d'accueil du site de la coopérative de Florentine (Crédit : autorisation)
Capture d'écran de la page d'accueil du site de la coopérative de Florentine (Crédit : autorisation)

Une coopérative de Tel Aviv a décidé de bannir les produits des implantations de Cisjordanie, a rapporté la Deuxième chaîne. La Coopérative Bio du Sud Tel Aviv, hébergée dans le quartier Florentine au sud de la ville, a annoncé sur son site internet que les « producteurs des implantations ne sont pas les bienvenus (par respect pour l’idéologie de certains des membres de la coopérative) ».

Quelque 70 familles forment la coopérative, qui est ouverte le vendredi de 11h30 à 14h30.

La citation donnée par la Deuxième chaîne jeudi n’apparaissait pas de façon évidente sur le site internet dimanche.

Mais la coopérative explique toujours aux visiteurs de son site que « nous essayons d’acheter de la nourriture qui est cultivée près de la coopérative et n’est pas expédiée dans des emballages à usage unique, d’assurer les doits des travailleurs et de ne pas acheter auprès de conglomérats ou d’implantations ».

La décision de la coopérative de boycotter ouvertement les produits des implantations a mis le feu aux médias sociaux hébraïques, avec des commentaires Facebook allant de l’hostilité ouverte à un avertissement d’un utilisateur que « bannir les gens sur la base de leur point de vue rappelle le fantôme de périodes noires de notre histoire ».

Certains utilisateurs ont saisi l’opportunité pour poster de la publicité pour des producteurs de nourriture bio et des coopératives de Cisjordanie.

Pour sa part, la coopérative a semblé tirer fierté des critiques, postant sur sa page Facebook un article de Ynet à propos de la censure en ligne à laquelle elle fait face avec ce commentaire : « La consommation avec des valeurs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...