Rechercher

Une invention israélienne « lit » les visages et repère les menteurs dans 73% des cas

Cette avancée ouvre la voie au repérage des menteurs à distance via des caméras, bien qu'elle nécessite actuellement des électrodes; elle fonctionne en suivant les micro-mouvements

Un homme se montrant du doigt et regardant l'ombre du menteur au long nez (iStock via Getty Images)
Un homme se montrant du doigt et regardant l'ombre du menteur au long nez (iStock via Getty Images)

Des scientifiques israéliens affirment avoir trouvé un moyen de « lire » les minuscules mouvements du visage afin de repérer les menteurs, et ce, avec une précision de 73 %.

Grâce à des électrodes très sensibles placées de manière à détecter les plus petits mouvements des muscles faciaux, les chercheurs ont demandé à leurs sujets de dire la vérité ou de mentir.

Ils ont ensuite transmis les détails des schémas de ces mouvements faciaux à un outil d’intelligence artificielle et lui ont appris à déterminer si d’autres personnes mentent ou disent la vérité.

Aujourd’hui, ils cherchent à apprendre à l’outil d’intelligence artificielle à analyser les mouvements du visage sans électrodes. Au lieu de cela, ils veulent mettre au point une technologie permettant de suivre les visages afin de déterminer leur véracité à l’aide de caméras – ce qui pourrait leur permettre de repérer un menteur à des dizaines de mètres de distance.

« La précision de notre test augmentera au fur et à mesure que nous le développerons, et nous espérons qu’à terme, après développement et tests approfondis, il pourra constituer une alternative sérieuse aux tests polygraphiques », a déclaré au Times of Israel le professeur Dino Levy de l’université de Tel Aviv, membre de l’équipe qui développe la technologie.

« Dans une banque, lors d’un interrogatoire de police, à l’aéroport ou lors d’un entretien d’embauche en ligne, des caméras haute résolution entraînées à identifier les mouvements des muscles faciaux seront capables de distinguer les déclarations véridiques des mensonges. Pour l’instant, la tâche de notre équipe consiste à achever la phase expérimentale, à former nos algorithmes et à supprimer les électrodes. Une fois que la technologie aura été perfectionnée, nous nous attendons à ce qu’elle ait des applications nombreuses et très diverses. »

La recherche a fait l’objet d’un examen par des pairs et a été publiée dans la revue Brain and Behavior. M. Levy a déclaré qu’il pensait que cette nouvelle approche était moins facile à contourner que les polygraphes, dans lesquels certaines personnes peuvent dissimuler leur mensonge en régulant leur rythme cardiaque, leur pression sanguine et leur respiration.

Image d’illustration : les scientifiques espèrent que leur système de détection des mensonges fonctionnera un jour grâce à des caméras (iStock vie Getty Images)

« Il est bien meilleur que les tests habituels de détection de ligne polygraphique, que les gens peuvent tromper », a déclaré M. Levy. « Notre test est beaucoup plus difficile à suivre, car il est basé sur des changements dans les muscles dont nous ne sommes même pas conscients ».

Levy et ses collaborateurs, dont les professeurs Yael Hanein et Liz Izakon, soulignent que le lien entre les mouvements des muscles faciaux et la vérité était déjà connu. Leur avancée est de les détecter avec un haut niveau de sensibilité, grâce à des électrodes spéciales inventées par Levy, et d’élaborer un outil d’IA avancé qui leur permet d’utiliser les données recueillies pour tester la véracité des autres.

« Nous savions déjà que les expressions faciales qui se manifestent par des contractions des muscles du visage représentent diverses émotions. Cela est connu depuis de nombreuses années. Mais jusqu’à présent, lorsque les gens essayaient d’identifier ces petits mouvements dans les muscles du visage, nous ne pouvions pas le faire – notre cerveau et notre perception ne sont pas assez rapides ou sophistiqués pour capter ces minuscules mouvements dans le visage, » a déclaré Levy.

« De nombreuses études ont montré qu’il nous est presque impossible de dire quand quelqu’un nous ment. Même les experts, comme les interrogateurs de la police, n’y arrivent qu’un peu mieux que le reste d’entre nous. Notre approche peut entraîner un grand changement et, à mesure que les niveaux de précision augmentent, devenir une technologie importante. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...