Une maternelle ouvre dans un ancien camp de la mort nazi en Serbie
Rechercher

Une maternelle ouvre dans un ancien camp de la mort nazi en Serbie

Un dirigeant juif juge que cette démarche est "déplacée" et accuse le gouvernement de n'avoir pas tenu sa promesse d'y construire un mémorial pour les victimes de la Shoah

La maternellle Savsko Obdaniste installée à Belgrade dans un ancien camp de concentration nazi. (Crédit : Google maps)
La maternellle Savsko Obdaniste installée à Belgrade dans un ancien camp de concentration nazi. (Crédit : Google maps)

Une nouvelle école maternelle en Serbie devrait ouvrir à Belgrade dans un lieu qui abritait autrefois un camp de concentration nazi. Cette décision a été critiquée par les dirigeants juifs.

L’immeuble de Staro Sajmiste a abrité plusieurs commerces au fil des ans et la promesse du gouvernement d’y construire un mémorial n’a jamais été exécutée, selon The Guardian.

L’ouverture d’une « école maternelle est déplacée, quand on prend conscience de ce qui s’est passé ici », a déclaré Robert Sabados, président de la fédération des communautés juives de Serbie au journal britannique. « Mais ce qu’il y a d’encore plus scandaleux, c’est que des pubs sont installés ici depuis des années, voire des décennies. Il y a même eu une boite de nuit. Cet endroit était un endroit de détresse et de souffrance, et on ne peut pas laisser cela tomber dans l’oubli. »

L’actuel propriétaire de l’immeuble nie avoir désacralisé le lieu, affirmant qu’il « se bat depuis 20 ans, investit dans cet immeuble, en prend soin ».

Robert Sabadoš, président de la Fédération des communautés juives de Serbie, dans son bureau à Belgrade, juin 2018. (Larry Luxner/Times of Israel)

« Je l’ai acheté dans un état déplorable, complètement détruit », a-t-il raconté au Guardian. « Il n’y avait même pas de toit, tout était moisi. Ils devraient comparer l’état de cet immeuble en 98 et maintenant. Ils devraient me dire « merci beaucoup, monsieur, bon travail, monsieur ».

Sabados a déclaré que de nombreux commerçants qui ont occupé Staro Sajmiste n’avaient probablement pas connaissance de son histoire.

« C’est un symptôme de l’échec de la mémoire collective », a-t-il dit.

D’autres camps de concentration en Servie sont destinés à être réhabilités, notamment à Topovske Šupe, selon le journal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...