Une rétrospective Alain Delon dans les cinémas israéliens
Rechercher

Une rétrospective Alain Delon dans les cinémas israéliens

L'évènement est organisé dans les Cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Sderot, Holon, Herzliya et au Centre Culturel de Savyon du 17 juillet au 31 août

Du 17 juillet au 31 août, 12 des films les plus marquants d'Alain Delon seront à voir ou à revoir dans les Cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Sderot, Holon, Herzliya et au Centre Culturel de Savyon.
Du 17 juillet au 31 août, 12 des films les plus marquants d'Alain Delon seront à voir ou à revoir dans les Cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Sderot, Holon, Herzliya et au Centre Culturel de Savyon.

Du 17 juillet au 31 août, 12 des films les plus marquants d’Alain Delon seront à voir ou à revoir dans les Cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Sderot, Holon, Herzliya et au Centre Culturel de Savyon.

Les films diffusés sont : « Plein soleil » de René Clément ; « Rocco et ses frères » de Luchino Visconti ; « L’Éclipse » de Michelangelo Antonioni ; « La Piscine » de Jacques Deray ; « Le Cercle rouge » de Jean-Pierre Melville ; « La Veuve Couderc » de Pierre Granier Deferre ; « Un flic » de Jean-Pierre Melville ; « Deux hommes dans la ville » de José Giovanni ; « Borsalino & co » de Jacques Deray ; « Monsieur Klein » de Joseph Losey ; « Mort d’un pourri » de Georges Lautner ; et « Trois hommes à abattre » de Jacques Deray.

Les films seront diffusés en français et sous-titrés en hébreu.

Cet hommage à l’acteur français de 85 ans est produit par la société Eden Cinéma avec le soutien de l’Institut français d’Israël et la chaine TV5 Monde.

Les dates, le programme et les réservations sont disponibles sur le site de l’organisateur.

« L’homme, l’acteur et producteur n’est pas simplement une figure du cinéma français, mais il est un survivant, le seul d’une époque épique où les légendes avaient du sens. Sa carrière, sa longévité dans le métier et ses rencontres lui confèrent une place à part », écrivent les organisateurs.

« La vie d’Alain Delon est-elle un roman ? C’est surtout celle d’un jeune homme qui s’engage à 17 ans pour la guerre d’Indochine et, à son retour à la vie civile, qui découvre, presque par hasard, le monde du cinéma. Sa beauté plastique et son aplomb lui permettent alors d’envisager une carrière d’acteur. Dès 1960, avec ‘Plein Soleil’ de René Clément, puis en 1961 avec ‘Rocco et ses frères’ de Luchino Visconti, l’acteur entame sa pratique du métier sous la houlette de réalisateurs reconnus du septième art. Dans les années 1960, l’apogée de sa carrière, Alain Delon enchaîne les tournages dont les notables ‘Le Guépard’ de Luchino Visconti et ‘Le Samouraï’ de Jean-Pierre Melville où il incarne un tueur froid et méthodique, un modèle de jeu d’acteur, précis et sans faille, qui va en inspirer plus d’un. »

« En 1969, au bord de ‘La Piscine’ de Jacques Deray, dans une atmosphère sensuelle et troublante, il évolue avec Jane Birkin et Romy Schneider, son grand amour. Dans les années 1970, sa carrière ne ralentit pas. L’acteur enchaîne notamment ‘Borsalino’ aux côtés de Jean-Paul Belmondo, retrouve Melville dans ‘Le Cercle rouge’ avec Yves Montand et Bourvil, un chef-d’oeuvre crépusculaire, côtoie la grande Simone Signoret dans ‘La Veuve Couderc’ et dans ‘Les Granges brûlées’ et excelle dans ‘Monsieur Klein’ de Joseph Losey. »

« Dans les années 1980 et 1990, sa filmographie prend une tournure plus commerciale et se distingue par des films policiers pas toujours à la hauteur de son jeu. À noter toutefois le film de Bertrand Blier en 1984, ‘Notre histoire’ avec Nathalie Baye, où son rôle de garagiste au bout du rouleau est assez émouvant (il lui vaut d’ailleurs un César). Dans les années 2000, sa carrière s’oriente davantage vers la télévision (‘Fabio Montale’ et ‘Franck Riva’ notamment) et le théâtre (‘Sur la route de Madison’ ou ‘Une journée ordinaire’). S’il abandonne peu à peu le cinéma pour ne faire que quelques petits rôles secondaires (comme César dans ‘Astérix et les jeux olympiques’), il continue néanmoins d’être reconnu, récompensé, et de susciter la fascination. »

« Mais au-delà de sa carrière, c’est son aura qui marque les esprits. Il a tourné avec des maîtres du cinéma, côtoyé des hommes et des femmes au charisme sans égal (Jean Gabin, Lino Ventura, Claudia Cardinale, Romy Schneider, Simone Signoret, Anthony Quinn, Charles Bronson, etc.), connu des amours qui ont transcendé l’écran, et presque vécu mille vies. Pourtant, malgré tout ce que l’on pense savoir sur lui, il a su garder sa part de mystère. Et c’est pour cela qu’Alain Delon continue de fasciner. »

L’acteur a été récompensé par le César du meilleur acteur pour « Notre histoire » en 1985 et par une Palme d’honneur lors du festival de Cannes 2019 pour l’ensemble de sa carrière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...