Rechercher

Une start-up israélienne vend une NFT représentant un verset de la Bible pour 8400 $

Selon le cofondateur de CryptoVerses, cette vente représente le "développement technologique millénaire" du papyrus au papier, jusqu'aux représentations numériques de la Bible

Illustration : Une Torah ouverte, avec un "doigt" sculpté à la main. (Courtesy Wendy Graff)
Illustration : Une Torah ouverte, avec un "doigt" sculpté à la main. (Courtesy Wendy Graff)

Une société israélienne affirme avoir vendu un NFT – ou jeton non fongible – crypté avec un verset biblique de la Genèse pour près de 8 500 dollars.

Selon CryptoVerses, un projet israélien lancé plus tôt cette année par Yonatan Bendahan et Yuval Mey-Raz, le verset, Genèse 29:35 – qui contient la première référence biblique au mot “Juif”, lors de la naissance de Juda – a été vendu pour 2,02 Ethereum, dans une transaction en monnaie numérique équivalente à environ 8 400 $.

Le verset dit : « Elle [Léa] conçut de nouveau, et lorsqu’elle donna naissance à un fils, elle dit : ‘Cette fois, je louerai le Seigneur’. Elle lui donna le nom de Juda. Puis elle cessa d’avoir des enfants ».

L’entreprise n’a pas révélé de détails sur l’individu qui a acheté le NFT.

« Le projet symbolise le développement technologique mondial sur des milliers d’années », a déclaré Bendahan, cofondateur de CryptoVerses. « D’abord, un texte biblique était écrit sur du papyrus, puis sur des rouleaux de parchemin. Au 15e siècle, avec l’invention de l’imprimerie, l’impression de la Bible sous forme de livre a commencé. Avec l’invention de l’enregistrement vocal, des versions audio de la Bible ont commencé à voir le jour. Lorsque le World Wide Web a été lancé en 1990, la Bible a pu être lue sur Internet. Nous sommes maintenant à l’ère de la blockchain et c’est un honneur pour nous d’être les premiers à crypter les versets bibliques sur la blockchain et de permettre à chacun de posséder un jeton de verset biblique non fongible. »

CryptoVerses vend actuellement des NFT de versets des cinq premiers livres de la Bible, les acheteurs potentiels pouvant effectuer une recherche par histoires bibliques. L’entreprise explique que l’achat d’un tel NFT « n’est pas la propriété du contenu biblique », mais plutôt comme l’achat « d’un article physique qui comprend un verset biblique, comme un médaillon, où l’acheteur devient le propriétaire du médaillon mais pas le propriétaire du verset écrit dessus. »

Une capture d’écran montrant la page d’accueil de la société israélienne CryptoVerses. (Capture d’écran)

Les NFT sont effectivement des certificats d’authenticité numériques qui peuvent être attachés à l’art numérique ou, en fait, à peu près tout ce qui se présente sous forme numérique – fichiers audio, clips vidéo, autocollants animés ou cet article que vous lisez.

Les NFT confirment la propriété d’un objet en enregistrant les détails sur un registre numérique appelé blockchain, qui est public et stocké sur des ordinateurs à travers internet, ce qui le rend impossible à perdre ou à détruire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...