Rechercher

Une tirade antisémite indigne lors d’une réunion de conseil scolaire en Arizona

Les organisations juives expriment leur indignation que les membres du conseil d’administration n’aient pas réagi plus fortement à la haine des Juifs exprimée par une anti-vax

Une personne, qui s'est identifiée comme Melanie Rettler, accuse « les Juifs » d'être responsables des vaccins COVID et de diriger un gouvernement fantôme, dans des commentaires publics exprimés lors du conseil d'administration du Chandler Unified School District. (Crédit : capture d'écran de Nicole Raz/Jewish News of Greater Phoenix via JTA)
Une personne, qui s'est identifiée comme Melanie Rettler, accuse « les Juifs » d'être responsables des vaccins COVID et de diriger un gouvernement fantôme, dans des commentaires publics exprimés lors du conseil d'administration du Chandler Unified School District. (Crédit : capture d'écran de Nicole Raz/Jewish News of Greater Phoenix via JTA)

Jewish News of Greater Phoenix via JTA – Une tirade antisémite lors d’une réunion du conseil scolaire dans la banlieue de Phoenix la semaine dernière a suscité de nombreuses réactions parmi les responsables locaux et les dirigeants juifs – dont certains se disent affligés que les membres du conseil n’aient pas réagi sur le moment.

Au cours de la partie consacrée aux commentaires publics de la réunion du conseil du district scolaire unifié de Chandler, une femme qui s’est identifiée comme Melanie Rettler a parlé pendant plus d’une minute de la théorie critique de la race, ainsi que des vaccins – des sujets qui ne figuraient pas pourtant à l’ordre du jour de la réunion, mais qui sont au centre d’un débat public animé à l’échelle nationale.

Son commentaire a évolué vers une revendication antisémite imprégnée du langage des théories du complot de droite.

« Chacune de ces choses, le deep state, la cabale, le marais, l’élite – vous ne pouvez pas les mentionner, mais je le ferai – il y a une race qui possède toutes les sociétés pharmaceutiques et ces vaccins ne sont pas sûrs, ils ne sont pas efficaces et ils ne sont pas gratuits », a déclaré Rettler. « Vous savez que l’on vous fait payer ça par l’augmentation des prix de l’essence, l’augmentation des prix des denrées alimentaires – vous payez pour ça et votre argent est donné à ces sociétés pharmaceutiques, et si vous voulez parler de race : ce sont les Juifs. »

L’incident était le dernier d’une série de perturbations des réunions des conseils scolaires à l’échelle nationale, du type de celles que le ministère américain de la Justice cherche à freiner. Mais c’est ce qui a eu lieu ensuite qui a suscité les plus fortes réactions parmi les locaux.

Après le départ de Rettler, Barb Mozdzen, la présidente du conseil d’administration, s’est adressée à tout le monde dans la salle. « Les commentaires doivent être vraiment liés à ce que le conseil scolaire peut faire, et ceci n’est pas une question que nous pouvons régler », a-t-elle déclaré. « Alors s’il vous plaît, contentez-vous de commenter sur des sujets qui concernent notre juridiction. »

Certaines organisations juives ont exprimé leur indignation que Mozdzen et d’autres membres du conseil d’administration n’aient pas réagi plus vivement à cette démonstration d’antisémitisme.

La branche en Arizona du Israel American Council a déclaré avoir écrit au conseil d’administration de Chandler pour demander qu’ « à l’avenir, les membres du conseil d’administration eux-mêmes réagissent au moment même où de tels mensonges haineux sont exprimés ». « Notre histoire nous enseigne que tolérer un tel racisme ne fait qu’inviter à plus de racisme encore », a déclaré le groupe dans un communiqué.

Pendant ce temps, l’Anti-Defamation League (ADL) a envoyé une lettre au conseil d’administration et à chaque membre exprimant son inquiétude au sujet des remarques et a appelé le district à « manifester publiquement et de la manière la plus forte possible son engagement à lutter contre l’antisémitisme et toutes les formes de haine ».

Le groupe a ajouté : « L’absence de réponse des membres du conseil d’administration à l’oratrice publique d’hier soir, qui a utilisé des tropes et des stéréotypes antisémites flagrants pour promouvoir des points de vue anti-vaccins et anti-CRT [théorie critique de la race], est tout simplement épouvantable et dangereuse. »

Ce que les membres du conseil scolaire peuvent faire à propos de commentaires comme celui de Rettler n’est pas clair. Terry Locke, un porte-parole du district scolaire, a déclaré au Jewish News of Greater Phoenix que ce serait une violation de la loi sur les réunions publiques de l’Arizona pour les membres du conseil d’administration de discuter de points qui ne sont pas à l’ordre du jour.

Les membres du conseil d’administration de l’Arizona sont autorisés à répondre aux critiques, mais ce qui constitue une critique n’est pas clair, et les membres du conseil ont tendance à ne pas engager les orateurs de manière intensive, a déclaré une porte-parole de l’Arizona School Boards Association à l’Arizona Republic.

La réponse après la réunion a été plus décisive. Après que le surintendant intérimaire de Chandler, Franklin Narducci, a appris ce qui s’était passé, il a pris contact avec des représentants de la communauté juive.

Paul Rockower, directeur exécutif du Jewish Community Relations Council of Greater Phoenix, a salué la sensibilisation et la collaboration du district avec la communauté juive. Tout comme le rabbin Michael Beyo, PDG du East Valley Jewish Community Center à Chandler, qui s’est dit heureux et reconnaissant que Narducci ait cherché à collaborer.

« Une personne ignorante a fait un commentaire antisémite. Ce n’est pas digne d’intérêt », a déclaré Bevo. « Ce qui est important, c’est que le surintendant a annulé toutes ses réunions [jeudi] afin de régler ce problème. »

Narducci a collaboré avec Beyo pour rédiger une déclaration condamnant le discours de haine et dénonçant les déclarations antisémites.

« Le district réaffirme son engagement à utiliser son influence en tant qu’établissement d’enseignement public pour enseigner aux élèves la valeur d’une communauté inclusive et leur donner les outils nécessaires pour s’engager dans notre société de plus en plus diversifiée », peut-on lire dans la déclaration finale. « Le district scolaire unifié de Chandler dénonce les discours haineux à tous les niveaux. »

La déclaration de Beyo a salué le conseil d’administration du district, l’administration et Narducci pour « avoir dirigé par l’exemple et dénoncer la haine de tous les peuples ».

Une version de cet article a été publiée à l’origine dans le Jewish News of Greater Phoenix et est republiée avec permission.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...