Une tombe symbolique pour des Juifs en Pologne défigurée par des tags pro-Hitler
Rechercher

Une tombe symbolique pour des Juifs en Pologne défigurée par des tags pro-Hitler

Cette profanation survient dans le contexte d'une crise des relations diplomatiques entre la Pologne et Israël quant à la loi sur la restitution de biens aux victimes de la Shoah

Des inscriptions faisant l'éloge d'Hitler au sommet d'un monument dédié aux restes des Juifs brûlés à Rudzica, en Pologne. (Magdalena Nowacka via JTA)
Des inscriptions faisant l'éloge d'Hitler au sommet d'un monument dédié aux restes des Juifs brûlés à Rudzica, en Pologne. (Magdalena Nowacka via JTA)

JTA — Des inscriptions à la gloire d’Adolf Hitler ont été gravées sur un monument en Pologne en forme de tombe dédié aux victimes de la Shoah dont les corps ont été brûlés.

Par ailleurs, en Espagne, la police a arrêté un homme qui aurait été filmé en train de peindre à la bombe des graffitis en croix gammée à l’entrée d’une synagogue de Madrid, a rapporté la semaine dernière Madrid 24 Horas.

En Pologne, l’incident de Rudzica, près de Cracovie, s’est produit sur un grand monument en forme de pierre tombale dédié à environ 1 500 Juifs assassinés en 1941 par les soldats allemands, a rapporté mercredi le site d’information Jewish.pl. En 1944, les Allemands ont déterré et brûlé les corps pour tenter de dissimuler leur crime, selon le reportage.

Les dirigeants communistes polonais avaient érigé ce monument, et après la chute du communisme, un panneau explicatif reconnaissant l’identité juive des victimes a été ajouté. Les agresseurs ont cassé une partie du panneau. La police n’a aucun suspect en vue.

L’incident survient dans le contexte d’une grave crise diplomatique des relations entre la Pologne et Israël, suite à l’adoption la semaine dernière en Pologne d’une loi qui limite la capacité des Juifs, entre autres, à revendiquer les biens qui leur ont été volés pendant et depuis la Seconde Guerre mondiale.

Cette crise a exacerbé la tendance antisémite déjà en hausse, a déclaré jeudi Piotr Kadlcik, l’ancien président de l’Union des communautés religieuses juives de Pologne, à la Jewish Telegraphic Agency.

« Il y a une vague de haine en ligne », a déclaré Kadlcik. « Il y a peu d’agressions antisémites, mais il est indéniable qu’il se passe quelque chose, et je crains que cela ne s’aggrave. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...