Rechercher

Une villa construite par les premiers fondateurs de Tel Aviv en vente

Pour un peu moins de 12 millions de dollars, l’une des maisons les plus iconiques de Tel Aviv est à la recherche d’un nouveau propriétaire

Villa située au 13 rue Lilienblum à Tel Aviv, en mars 2020. (Crédit : Israel Preker, CC BY, Heritage Conservation Project - Tel-Aviv via le PikiWiki - Israel free image collection project @pikiwiki.org.il)
Villa située au 13 rue Lilienblum à Tel Aviv, en mars 2020. (Crédit : Israel Preker, CC BY, Heritage Conservation Project - Tel-Aviv via le PikiWiki - Israel free image collection project @pikiwiki.org.il)

Un bâtiment historique situé au numéro 13 de la rue Lilienblum, à Tel Aviv, est mis en vente par un ressortissant étranger désireux de réaliser ses actifs sur le marché immobilier le plus en demande d’Israël.

Le prix de base est fixé à 40 millions de shekels, soit 105 000 shekels par mètre carré pour une surface totale de 378 mètres carrés, que complètent 537 mètres carrés de jardins et terrains, a indiqué mardi le quotidien économique The Marker.

Le bâtiment a été construit en 1909, l’année-même où Tel Aviv a été établie en tant que ville. Il s’agit de l’une des 66 premières maisons bâties sur un terrain alloué à une nouvelle zone appelée Ahuzat Bayit (ce qui signifie « propriété »), devenue plus tard Tel Aviv.

Mordechai Veisser (ou Weisser) et sa femme Hannah avaient émigré d’Ukraine vers ce qui faisait alors encore partie de l’Empire ottoman, en 1905, devenant membres du groupe des pionniers de Tel Aviv. Lorsque des parcelles dans la première partie de la ville ont été distribuées, ils ont édifié leur maison au 13 rue Lilienblum dans un « style éclectique » conçu par l’entrepreneur Samuel Wilson. Moins connu que le style Bauhaus, l’éclectisme est une tendance architecturale parallèle agrégeant des éléments de nombreuses cultures dans une structure unique.

Les Veisser ont également construit sur la parcelle voisine, au numéro 15, mais se sont installés au numéro 13, connu sous le nom de Beit Veisser (Maison de Veisser). Le rôle qu’ils ont joué dans la fondation de Tel Aviv est commémoré par une rue qui porte leur nom – la rue Hannah et Mordechai Veisser -, qui relie la rue Herzl à la rue Kalisher.

En 1917, les Turcs ont expulsé toute la population juive de Jaffa et de Tel Aviv, dont les Veisser et leurs enfants. Lorsque la famille a pu revenir à Tel Aviv, Mordechai Veisser avait succombé à une maladie.

Mordechai et Hannah Veisser sur une photo non datée (Crédit : Veisserd – Own work, CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)

Dès le début de son existence, le bâtiment a été divisé en plusieurs appartements. Hannah Veisser vivait au premier étage et percevait un loyer des locataires installé au deuxième étage, parmi lesquels s’est un jour trouvé Zeev Jabotinsky.

La maison a été le siège du premier poste de police de la ville jusqu’en 1933. Par la suite, une partie du bâtiment a été occupée par le tribunal de première instance.

Moshe Veisser, fils d’Hannah et Mordechai, a hérité de la maison, mais la rue Lilienblum n’avait plus le même charme à ses yeux. Il a déposé une plainte auprès de la municipalité de Tel Aviv, dans les années 1950, au sujet d’un atelier d’impression et de fonderie qui avait installé ses locaux temporaires dans la cour, à l’avant du bâtiment.

Un immeuble de bureaux a été ajouté à l’arrière de la maison en 2001 et toute la villa a été rénovée à cette occasion. Mais lorsque Tel Aviv a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2003, la villa du 13 Lilienblum, contrairement à un certain nombre de constructions voisines, ne semble pas avoir été explicitement reprise sur la liste des bâtiments à protéger. Toutefois, les possibilités de travaux seraient limités si l’on en croit les informations relatives à la vente.

Peu de temps après la fin des travaux, le premier étage du 13 rue Lilienblum a été loué par le Centre Kabbala, qui y a organisé la plupart de ses cours basés à Tel Aviv, bien que les activités semblent actuellement en suspens. Le loyer serait de l’ordre de 50 000 shekels par mois.

Le deuxième étage abrite toujours des appartements : l’un d’entre eux, d’une superficie de 110 mètres carrés avec un balcon de 35 mètres carrés, doté de trois chambres et deux salles de bains et demie, aurait récemment été mis à la location pour 20 000 shekels par mois.

L’identité du vendeur de la villa n’a pas été rendue publique. Il est représenté par un cabinet d’avocats de Tel Aviv, et les acheteurs potentiels seraient des citoyens et résidents israéliens, a rapporté The Marker.

Selon le site de recherche immobilière Madlan, d’autres propriétés rue Lilienblum se sont vendues au cours des deux dernières années jusqu’à 62 000 shekels le mètre carré.

Il y a environ un an, la Banque Leumi aurait obtenu 66 millions de shekels pour son immeuble de bureaux de quatre étages situé rue Lilienblum, pour un prix de marché de l’ordre de 50 millions de shekels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...