Une ville portugaise rouvre un musée rénové sur les crypto-Juifs
Rechercher

Une ville portugaise rouvre un musée rénové sur les crypto-Juifs

Après un projet de restauration de 350 000 $, Belmonte présente des peintures murales reconstituées et des histoires individuelles

La ville portugaise de Belmonte, où vivaient de nombreux Juifs  (Crédit : CC BY Ken and Nyetta, Flickr)
La ville portugaise de Belmonte, où vivaient de nombreux Juifs (Crédit : CC BY Ken and Nyetta, Flickr)

La ville portugaise de Belmonte a rouvert son musée juif, le plus grand au monde sur les crypto-juifs, suite à un projet de rénovation de 350 000 dollars.

La réouverture plus tôt ce mois-ci, avec de nouvelles expositions interactives, a été programmée pour être prête pour l’événement annuel : la Journée européenne de la culture juive au début septembre.

« On pourrait dire qu’il s’agit d’un musée totalement nouveau et nous sommes convaincus qu’il deviendra un point de référence pour la culture séfarade », a s’est félicité le maire de Belmonte, António Dias Rocha, auprès de l’agence de presse Lusa ce mois-ci. « L’objectif est que les visiteurs comprennent comment il a été possible pour nos Juifs de rester autant d’années à Belmonte. »

Le musée, fondé en 2005, comprend des peintures murales reconstituées et présente les histoires individuelles des Juifs de Belmonte. Dias Rocha a espère qu’il attirera 100 000 visiteurs par an.

Trente-cinq pays participeront à un projet culturel. En Espagne, il y aura un festival du film juif à Barcelone. Aux Pays-Bas, les visiteurs pourront accéder à la synagogue de Middelburg, un établissement datant du XVIIIe siècle construit par des Juifs portugais exilés et le plus ancien du genre en dehors d’Amsterdam. Il n’est généralement pas ouvert au public.

Allumage des bougies de Hanoukka à Belmonte, au Portugal, en décembre 2015. Illustration. (Crédit : autorisation)
Allumage des bougies de Hanoukka à Belmonte, au Portugal, en décembre 2015. Illustration. (Crédit : autorisation)

Le thème de cette année sur les « Diasporas » est particulièrement pertinent pour Belmonte qui, au 15e siècle, a connu un afflux de réfugiés juifs qui fuyaient l’Inquisition espagnole. Lorsque l’Inquisition s’est propagée au Portugal en 1536, plusieurs centaines de familles juives de Belmonte ont fui et sont devenues des réfugiées. Mais beaucoup sont restées et ont continué à pratiquer le judaïsme en secret, devenant des crypto-Juifs, ou des Anoussim. La communauté n’a existé en tant que telle qu’au début du XXe siècle avant de disparaître.

Ces dernières années, les rabbins et les militants du groupe Shavei Israel, qui cherche à reconnecter les descendants de l’Anoussim au judaïsme, ont rétabli une petite communauté à Belmonte.

Belmonte est l’une des trois villes portugaises où l’on trouve une synagogue fonctionnelle, avec Lisbonne et Porto. Ces dernières années, les organismes de tourisme locaux et nationaux ont investi des millions de dollars pour attirer les touristes à Belmonte, y compris en créant un marché casher chaque année en septembre depuis 2010.

D’autre part, à Lisbonne, les dirigeants communautaires juifs et les employés municipaux se préparent à l’ouverture du musée juif de cette ville prévue pour cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...