Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Une vingtaine d’individus arrêtés dans des villes arabes après les heurts à Jérusalem

À Jérusalem-Est, des cocktails Molotov ont été lancés sur des maisons appartenant à des Juifs, la police a été attaquée et des extrémistes juifs ont incendié des voitures

L'armée israélienne procède à une arrestation lors d'une opération à Jérusalem-Est au petit matin du 7 avril 2023. (Crédit : Capture d'écran : Twitter-utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
L'armée israélienne procède à une arrestation lors d'une opération à Jérusalem-Est au petit matin du 7 avril 2023. (Crédit : Capture d'écran : Twitter-utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

La police a interpellé une vingtaine de personnes, parmi lesquelles des mineurs, dans des villes à majorité arabe du nord d’Israël et de Jérusalem-Est, tôt vendredi matin, dans le cadre de troubles latents dans les communautés arabes, de violences dans la capitale et de tirs de roquettes en provenance du Liban attribués au groupe terroriste palestinien du Hamas, basé à Gaza.

Des arrestations suite à des émeutes ont eu lieu à Jérusalem-Est et dans les villes arabes de Nazareth, Sakhnin, Baqa al-Gharbiya et Kafr Manda, a déclaré la police israélienne dans un communiqué.

Dans le quartier d’A-Tur à Jérusalem-Est, des suspects ont tiré des feux d’artifice et lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les maisons de résidents juifs.

Les agents de la police des frontières ont tiré avec un fusil Ruger en direction des suspects et touché l’un d’entre eux.

Les renforts dépêchés sur place ont entamé des recherches pour retrouver les autres suspects en fuite.

Les cartouches de calibre .22 des fusils Ruger sont considérées comme moins létales que les cartouches de gros calibre généralement utilisées par l’armée.

Les organisations de défense des droits de l’homme ont condamné l’utilisation de cette arme pour le maintien de l’ordre, car il peut infliger des blessures mortelles.

Les soldats visent généralement le bas du corps des émeutiers, et non la tête, de manière à éviter le risque de blessures mortelles.

La police a déclaré enquêter sur des tirs provoqués par le propriétaire d’une maison qui avait été incendiée.

À Kafr Qasim, des voitures ont été incendiées et des graffitis « Prix à payer » ont été découverts à proximité, sans doute l’œuvre de Juifs extrémistes.

La police a ouvert une enquête pour crime de haine.

« Prix à payer » est un nom générique donné par les ultranationalistes aux attaques aveugles contre des Arabes ou des Palestiniens, destinées à se venger des attentats contre les Juifs.

À Abu-Tor, la police a interpellé deux suspects qui avaient fait exploser des feux d’artifice contre des agents et un troisième homme qui a tenté de s’interposer lors de l’arrestation.

Elle a également arrêté un homme, au nord de la Vieille Ville, soupçonné d’avoir menacé les passagers d’un bus.

Le suspect, âgé de 20 ans et résident de la Vieille Ville, a été conduit dans les locaux de la police pour un interrogatoire.

Dans le nord du pays, 17 personnes soupçonnées de trouble à l’ordre public ont été interpellées.

La police a fait savoir que les détenus avaient été conduits dans ses locaux pour interrogatoire et que certains d’entre eux pourraient faire l’objet de demandes de détention provisoire plus tard dans la journée.

La police a déclaré qu’à Nazareth, Sakhnin et Kafr Manda, les manifestants avaient mis le feu à des pneus et d’autres objets et jeté des pierres et lancé des feux d’artifice.

Selon le communiqué, les manifestants ont scandé des slogans haineux et tenté de bloquer les routes.

À Baqa al Gharbiya, des manifestants masqués ont lancé des pierres sur la police : un adulte et quatre mineurs ont été arrêtés.

La fouille de leurs biens personnels a permis de découvrir des feux d’artifice, des explosifs et un fusil à plombs.

Selon le communiqué de la police, les maires des villes concernées travaillent avec les forces de l’ordre pour ramener le calme au sein des communautés arabes du nord.

La police a demandé aux chefs religieux des villes concernées, aux enseignants et aux parents de faire en sorte de maîtriser les jeunes et de les empêcher de se livrer à des comportements violents. Elle a précisé que la persistance des troubles pourrait donner lieu à des blessures physiques et nuire aux relations communautaires pour les années à venir.

Deux autres suspects ont été arrêtés lors d’affrontements à Umm al-Fahm, également dans le nord d’Israël.

La police a déclaré jeudi soir que des dizaines de personnes s’étaient rassemblées pour jeter des pierres sur la police et brûler des pneus.

Un masque et un fusil à plombs saisis par la police à des émeutiers dans la ville à majorité arabe de Baqa al-Gharbiyye, le 7 avril 2023. (Crédit : Police israélienne)

Il s’agit de la deuxième nuit de troubles, émaillés de tensions violentes à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, sur le Mont du Temple, où les escarmouches entre la police et les fidèles de la mosquée se sont intensifiés au début de la fête de Pessah, mercredi.

Les terroristes palestiniens de la bande de Gaza ont ensuite tiré des roquettes sur Israël, faisant craindre des violences plus fortes encore.

Des dizaines de roquettes ont également été tirées depuis le Liban, qu’Israël attribue au groupe terroriste du Hamas, basé à Gaza.

L’armée israélienne a riposté en bombardant les hauts lieux du Hamas à Gaza.

D’autres roquettes ont été tirées depuis l’enclave côtière palestinienne dans la nuit de jeudi, entraînant des frappes aériennes israéliennes de représailles à Gaza ainsi que dans le sud du Liban.

Un soldat israélien a par ailleurs été blessé dans une fusillade en Cisjordanie, au nord de Jérusalem.

Les forces de l’ordre craignent une escalade à cause du Ramadan, qui est souvent une période de tensions israélo-palestiniennes, et qui tombe cette année en me temps que Pessah et Pâques.

Pessah a commencé mercredi soir.

Les deux premières semaines du Ramadan se sont relativement bien déroulées.

Mardi, la police a déclaré être entrée dans Al-Aqsa à la poursuite de jeunes masqués qui s’y étaient retranchés, sur le Mont du Temple, armés de feux d’artifice, de bâtons et de pierres et avaient refusé d’en sortir volontairement et dans le calme.

La police pense que les jeunes avaient l’intention d’attaquer les Juifs venus sur le Mont du Temple, en la veille de Pessah.

Les combats font craindre une flambée des tensions.

Des affrontements similaires, il y a deux ans, avaient en effet dégénéré en une guerre sanglante de 11 jours entre Israël et le Hamas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.