USA : Des sénateurs démocrates révèlent le rôle de Moscou dans des élections
Rechercher

USA : Des sénateurs démocrates révèlent le rôle de Moscou dans des élections

Un rapport détaillé révèle que le Kremlin est intervenu dans les élections en Europe pour aider les partis nationaux extrémistes d'extrême droite

Le président russe Vladimir Poutine arrive au premier jour du sommet économique du G20 le 7 juillet 2017 à Hambourg en Allemagne (Crédit : Morris MacMatzen / Getty Images via JTA)
Le président russe Vladimir Poutine arrive au premier jour du sommet économique du G20 le 7 juillet 2017 à Hambourg en Allemagne (Crédit : Morris MacMatzen / Getty Images via JTA)

WASHINGTON — Un rapport détaillé des sénateurs démocrates sur l’ingérence de la Russie dans les élections en Occident révèle plusieurs affaires où les initiatives comprenaient des alliances avec des antisémites.

« Le Congressional Research Service rapporte que beaucoup des partis d’extrême droite européens liés au Kremlin sont ‘anti-establishment et anti-UE, et ils partagent souvent une combinaison de nationalisme extrême, un attachement envers la loi et l’ordre et les valeurs familiales traditionnelles, et partagent des sentiments anti-immigrés, antisémites ou anti-islamiques ‘», a déclaré le rapport de 200 pages publié mercredi par le personnel démocrate au sein de la commission des Relations étrangères.

Le rapport précise que des conférences organisées à travers toute l’Europe par l’extrême droite ont été parrainées par des personnalités et des organisations liées au Kremlin, et note qu’un responsable du parti antisémite Jobbik de Hongrie a été accusé d’espionnage pour la Russie. Il relève également que le Front national en France, qui prend ses racines dans un mouvement antisémite, a emprunté à une banque russe qui est soupçonnée d’avoir des liens avec le Kremlin.

Marine Le Pen, à gauche, Tomio Okamura, au centre, et Geert Wilders lors d’une conférence du groupe de droite Europe des Nations et Liberté (ENF), un groupe au Parlement européen le 16 décembre 2017 en dehors de Prague (Crédit : AFP / Michal Cizek)

Il est également souligné dans le rapport, qui couvre les 20 ans depuis que le président russe Vladimir Poutine est arrivé au pouvoir, au moins un cas où des acteurs liés au Kremlin ont accusé des rivaux ukrainiens d’associations avec des antisémites.

Le sénateur démocrate Ben Cardin du Maryland, juif et démocrate de haut rang dans la comission, a déclaré que la publication du rapport est opportune car il estime que le président américain Donald Trump ignore la menace que le président russe sème sur les institutions démocratiques dans tout l’Occident, y compris les États-Unis.

La campagne présidentielle et l’équipe de transition de Trump font l’objet d’une enquête fédérale sur des allégations de collusion avec la Russie.

Le sénateur Ben Cardin aux côtés d’autres sénateurs démocrates lors d’une conférence de presse donnée au Capitole, à Washington, le 19 novembre 2015. (Crédit : Andrew Harrer/Bloomberg/JTA)

« Alors que l’ampleur de l’ingérence évidente de la Russie dans les élections américaines de 2016 continue d’être étudiée, il est impératif que le peuple américain comprenne mieux la portée et l’ampleur du schéma de Poutine pour saper la démocratie en Russie et en Europe ».

Trump a déclaré que son équipe de campagne n’a jamais été de connivence avec la Russie et a qualifié l’enquête de plaisanterie. Il estime qu’il faut tasser les relations conflictuelles entre les Etats-Unis et la Russie afin que les deux nations puissent mieux coopérer dans la lutte contre le terrorisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...