USA: un groupe étudiant ne condamne pas l’exposition de terroristes palestiniens
Rechercher

USA: un groupe étudiant ne condamne pas l’exposition de terroristes palestiniens

Un comité universitaire a opposé son veto à la résolution visant à condamner l'exposition célébrant trois femmes condamnées pour des attaques terroristes contre des Israéliens

Rasmea Odeh devant le tribunal américain Theodore Levin à Détroit le 17 août 2017, pour une dernière audience au tribunal avant d’être expulsée pour avoir caché ses condamnations pour deux attentats à la bombe à Jérusalem. (Crédit : Carlos Osorio/AP)
Rasmea Odeh devant le tribunal américain Theodore Levin à Détroit le 17 août 2017, pour une dernière audience au tribunal avant d’être expulsée pour avoir caché ses condamnations pour deux attentats à la bombe à Jérusalem. (Crédit : Carlos Osorio/AP)

JTA — Un comité du syndicat des étudiants de l’université de Californie, à Berkeley, a voté lundi contre une résolution condamnant l’exposition organisée par un groupe d’étudiants pro-palestiniens.

Les étudiants membres de la commission des affaires universitaires et extérieures du Sénat de l’Université de Californie ont opposé leur veto à 4 voix contre 1 à la résolution présentée par un sénateur étudiant juif, Milton Zerman.

Le vote a eu lieu une semaine après que la commission a prématurément ajourné une réunion suite à des débats houleux entre des pro-Palestiniens et Zerman, selon la revue étudiante The Daily Californian. Des dizaines d’étudiants se sont exprimés pour et contre le projet de loi la semaine dernière et lundi.

C’est le groupe Bears for Palestine qui a installé le large panneau d’affichage représentant ce qu’il ont appelé les « leaders palestiniens », dont Fatima Bernawi, Rasmea Odeh et Leila Khaled. Elles ont toutes trois été condamnées pour des attaques terroristes en Israël.

La résolution, intitulée « Condamnation de Bears for Palestine pour leur exposition dans la salle Eshleman glorifiant les violentes terroristes », appelle le groupe à « modifier de manière significative » le panneau ou à retirer les photos incriminées.

« Il est clair que Berkeley n’est pas unie contre la haine », a dénoncé Nathan Bentolila, étudiant, lors de la réunion, a rapporté le Daily Californian. « Honnêtement, je n’ai pas grand-chose à dire – la communauté juive est plus que déçue. »

Beaucoup d’étudiants juifs qui ont participé à la réunion de soutien à Bears for Palestine ont interpellé Nathan Bentolila en disant : « Ne parlez pas en notre nom. »

Dans un communiqué envoyé aux étudiants, la chancelière de l’université de Berkeley, Carol Christ, a reconnu que les étudiants juifs avaient le droit de « ressentir de la consternation et de l’inquiétude » face à ces photos. Dans le même temps, elle a déclaré que « chaque partie a un droit égal d’exprimer et de faire entendre son point de vue », a rapporté The Jewish News of Northern California.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...