Rechercher

Victimes du marché, les exits tech en Israël chutent de 80 % à 16,9 M de $ en 2022

Chute de 58 % des fusions-acquisitions et des IPO dans le secteur tech israélien, les taux d'intérêt et les évaluations, poussant entrepreneurs et investisseurs à l'attentisme

La ligne d'horizon du centre financier et des affaires de Tel Aviv avec ses centres commerciaux et ses bureaux high-tech. Illustration. Juin 2022 (Crédit : Elijah Lovkoff/iStock/Getty Images)
La ligne d'horizon du centre financier et des affaires de Tel Aviv avec ses centres commerciaux et ses bureaux high-tech. Illustration. Juin 2022 (Crédit : Elijah Lovkoff/iStock/Getty Images)

2022 a été une année difficile pour l’industrie technologique israélienne qui a vu le nombre « d’exits » – fusions-acquisitions ou offres publiques initiales (IPO) – chuter de 58 % par rapport à l’année précédente, mû par le spectre incertain de la hausse des taux d’intérêt et des valorisations poussant les entrepreneurs et les investisseurs à l’attentisme.

La valeur de ces sorties du secteur technologique israélien, comprenant les fusions-acquisitions et les introductions en bourse, a chuté cette année de 80 % par rapport à 2021 pour atteindre 16,9 milliards de dollars, selon le rapport pour l’année 2022, Israel High Tech Exit, du cabinet de consultants PwC Israël. Le nombre de transactions a chuté de 58 %, passant de 171 l’année dernière à 72, et la valeur moyenne des transactions a chuté de plus de 50 %, passant de 482 millions de dollars à 235 millions de dollars au cours de la même période comparative.

En 2021, les entreprises technologiques israéliennes ont vu leurs sorties faire un bond étonnant de 520 % pour atteindre une valeur sans précédent de 81,2 milliards de dollars, pulvérisant ainsi tous les records de financement précédents. Ces importants flux de fonds ont conduit à des valorisations élevées des entreprises, et parfois à des surévaluations d’entreprises qui n’étaient pas près de réaliser des bénéfices.

Mais le marché a commencé à se rétracter en 2022, et les valorisations et les actions cotées en bourse ont subi des revers suite à la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt, à l’impact de la guerre russe en Ukraine sur les chaînes d’approvisionnement et l’économie mondiale, ainsi qu’au repli des investisseurs.

Le ralentissement du marché a entraîné le licenciement de milliers de travailleurs, ce qui a provoqué des retraits de fonds et créé un marché baissier pour les nouvelles offres dans le secteur des technologies, avec un sentiment généralisé de catastrophe pour l’économie. En conséquence, les sorties de sociétés technologiques israéliennes sont en train de retourner aux niveaux observés en 2020, qui comptait 60 transactions évaluées à 15,4 milliards de dollars, et à ceux de 2019, avec 80 transactions évaluées à 9,9 milliards de dollars.

« Après une longue période de hausse consécutive menée par le marché local de la haute technologie, avec de nombreuses transactions et des valorisations toujours plus élevées, l’année dernière a été caractérisée par un ralentissement significatif », a déclaré Yaron Weizenbluth, associé chez PwC Israël. « L’inflation galopante, l’incertitude croissante et la hausse des taux d’intérêt ont remis sur le devant de la scène certains termes économiques qu’on n’avait plus entendu depuis un bon moment, et ont laissé investisseurs et vendeurs sur le carreau. »

Mobileye célèbre son introduction en bourse en sonnant la cloche d’ouverture sur le Nasdaq MarketSite, le 26 octobre 2022. (Crédit : Michael M. Santiago / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images/AFP)

« Les vendeurs cherchent aujourd’hui à éviter toute transaction représentant une valeur inférieure à celle escomptée. De leur côté, face aux incertitudes qui règnent, les acheteurs hésitent à conclure des transactions à des prix qui peuvent s’avérer exagérés », a confié Weizenbluth.

Les chiffres de PwC n’incluent pas les opérations de suivi, c’est-à-dire les cas où des entreprises qui ont déjà fait l’objet d’une sortie effectuent une deuxième vente. En incluant les transactions de suivi, la valeur totale des introductions en bourse et des fusions et acquisitions pour 2022 atteint 47 milliards de dollars, mais elle reste très inférieure aux 99,2 milliards de dollars enregistrés en 2021. L’introduction en bourse de Mobileye au Nasdaq en octobre, pour 16,7 milliards de dollars, a marqué l’une des grandes opérations de suivi, évaluant la filiale de conduite autonome d’Intel, basée à Jérusalem, à plus de 21 milliards de dollars.

« Il ne faut pas ignorer que l’année 2022 a vu pas moins de 15 opérations de ce type, pour une valeur totale de 30 milliards de dollars, soit le montant le plus élevé depuis plus de 10 ans », a déclaré Weizenbluth.

Sur une note positive, Weizenbluth a souligné que la proportion de transactions conclues par des acheteurs israéliens est similaire à celle de l’année dernière.

« En 2022, pas moins de 23 transactions étaient entièrement israéliennes, ce qui représente 32 % du nombre total de transactions », a remarqué Weizenbluth. « Cela témoigne de la robustesse de l’industrie locale ».

Une analyse des données sur les sorties technologiques en 2022 indique qu’il y a eu 59 acquisitions pour une valeur combinée de 6,2 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 99 acquisitions d’une valeur totale de 11,5 milliards de dollars enregistrées l’année précédente. Au total, 13 introductions en bourse ont été réalisées cette année, avec en tête l’offre de 8,5 milliards de dollars de la société fintech israélienne Pagaya. Le fabricant de logiciels d’investissement axés sur les données est entré en bourse au Nasdaq par le biais d’une fusion avec une société d’acquisition à vocation spécifique (SPAC), EJF Acquisition Corp.

L’équipe de Pagaya au travail dans les bureaux de Tel Aviv (Crédit : capture d’écran YouTube)

Les introductions en bourse ont totalisé 10,7 milliards de dollars en sorties cette année, contre 71 milliards de dollars en 2021, selon PwC, qui note que la valeur moyenne de 822 millions de dollars par introduction en bourse est restée proche de celle de l’année dernière (985 millions de dollars), principalement grâce à l’offre de Pagaya. Si l’on exclut l’offre de Pagaya, la valeur moyenne par introduction en bourse s’élève à 181 millions de dollars.

L’analyse par secteur a montré qu’en 2022, le secteur des logiciels d’entreprise et des technologies de l’information a continué de dominer les sorties, avec 38 opérations évaluées à 11,5 millions de dollars, telles que l’acquisition de la startup informatique israélienne Granulate par le géant américain des puces Intel Corp. pour environ 650 millions de dollars et l’achat par Google de la société israélienne de détection des menaces Siemplify pour 500 millions de dollars. En 2021, les transactions dans le secteur de l’informatique et des logiciels d’entreprise ont représenté une valeur combinée de 40,6 milliards de dollars.

Dans le même temps, les transactions su secteur Internet, qui a connu un boom pendant la pandémie du Covid, ont accusé un coup important, ramenant le nombre de transactions aux niveaux observés avant 2021, puisqu’un total de 12 transactions d’une valeur combinée d’environ 1,3 milliard de dollars a été enregistré en 2022, contre 35 transactions d’une valeur de 28,8 milliards de dollars l’année précédente.

En ce qui concerne les prévisions pour 2023, Weizenbluth a déclaré : « En supposant que les transactions réalisées plus tôt dans l’année soient toujours le fruit de l’inertie de l’année dernière, le scénario le plus probable est celui de multiples transactions à plus petite échelle, qui une évaluation correcte des prix et la capacité de tirer parti de nouvelles opportunités. »

« L’industrie locale devra de fait s’habituer à cette transformation vers un marché plus sélectif, plus prudent, voire plus modeste. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.