Vidéo: un directeur d’école de Raanana lance des pierres sur des Arabes à Lod
Rechercher

Vidéo: un directeur d’école de Raanana lance des pierres sur des Arabes à Lod

Le ministère de l'Éducation porte plainte contre le directeur d'une école religieuse publique qui a participé à des émeutes violentes; l’éducateur parle d’une “erreur de jugement”

Vidéo de Sagi Rosenbaum, le directeur d’une école de Raanana, en train de lancer des pierres lors des émeutes à Lod, le 14 mai 2021. (Capture d'écran / Kan)
Vidéo de Sagi Rosenbaum, le directeur d’une école de Raanana, en train de lancer des pierres lors des émeutes à Lod, le 14 mai 2021. (Capture d'écran / Kan)

Le ministère de l’Éducation a déposé une plainte jeudi contre un directeur d’école qui a été filmé en train de lancer des pierres sur des Arabes à Lod, lors des émeutes intenses qui ont embrasé cette ville du centre du pays.

Sagi Rosenbaum, le directeur d’une école religieuse publique de Raanana, a été identifié par ses élèves et leurs parents sur les images d’un court documentaire sur les violents affrontements dans le centre de Lod, produit par la chaîne publique Kan.

À Lod, une ville à la population mixte juive et arabe devenue l’épicentre de la violence ethnique qui ravage le pays, un couvre-feu nocturne a été imposé pour tenter de juguler les affrontements.

Dans le documentaire de Kan, qui couvre les émeutes qui ont eu lieu après le couvre-feu de 20 heures, on voit Rosenbaum (à 02:00) lancer des pierres vers ce que l’on rapporte être des manifestants arabes dans la ville.

Les tensions entre les communautés juive et arabe d’Israël ont évolué en émeutes populaires, transformant certaines villes qui paraissaient ethniquement intégrées en véritables zones de guerre, alors même que la police ne semble pas équipée pour faire face à ces troubles internes, les plus graves depuis des années.

« Nous attendons de tout le personnel enseignant qu’il agisse conformément à la loi, et nous le lui ordonnons », a déclaré le ministère de l’Éducation dans un communiqué, ajoutant qu’ « une plainte a été déposée à ce sujet, conformément aux instructions des autorités judiciaires. Les autorités chargées de l’application de la loi disposent des outils nécessaires pour enquêter sur l’incident et le ministère de l’Éducation agira selon leur instruction. »

En réponse à ces images, Rosenbaum a adressé une lettre à ses élèves, dans laquelle il a déclaré : « La réalité dans laquelle je me suis retrouvé était une erreur de jugement, et rétrospectivement, en tant qu’éducateur et personnalité publique, je n’aurais pas dû me rendre dans un lieu où la situation était si complexe. »

Lod se trouve à environ 35 kilomètres au sud de la ville de Raanana, où se trouve l’école de Rosenbaum. On ne connaît pas son lieu de résidence.

Le ministre de l’Éducation Yoav Gallant n’a fait aucun commentaire.

Les tensions se sont considérablement apaisées depuis samedi, après que la police a effectué des arrestations massives des gens impliqués dans les émeutes et que l’agence de renseignement intérieur du Shin Bet a annoncé qu’elle contribuerait aux efforts visant à prévenir la violence entre juifs et arabes.

Un pompier dans les rues de Lod pendant les émeutes, le 12 mai 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Au cours des affrontements, quelque 112 maisons juives ont été incendiées et 386 autres pillées dans le contexte des émeutes, selon le site d’information Walla. On rapporte l’incendie d’une maison arabe à Jaffa, où deux enfants ont été blessés – un garçon de 12 ans et une fille de 10 ans.

La bombe incendiaire à Jaffa aurait été lancée par des Arabes israéliens, dans ce qui semble être un cas d’« erreur d’identité », a déclaré un responsable de police à Walla sous couvert d’anonymat. Lundi, la police a annoncé l’arrestation d’un habitant arabe de la ville âgé de 20 ans, soupçonné d’être impliqué dans l’attaque.

Selon le quotidien Haaretz, les 116 premiers suspects inculpés pour les troubles ethniques étaient tous des Arabes, ce qui a poussé les députés de gauche à accuser les forces de l’ordre de de discrimination. Ce n’est que mardi que les premières accusations ont été déposées contre des Juifs soupçonnés d’avoir participé à des agressions contre des journalistes de la chaîne publique Kan la semaine dernière et d’avoir participé au passage à tabac de Saeed Mousa à Bat Yam.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...