Virus : Deri réclame « l’introspection » face au taux d’infection chez les haredim
Rechercher

Virus : Deri réclame « l’introspection » face au taux d’infection chez les haredim

Le ministre de l'Intérieur et chef du parti Shas a noté que 70 % des cas de coronavirus étaient issus de la communauté ultra-orthodoxe

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'un entretien avec le site d'information ultra-orthodoxe Kikar HaShabbat, le 9 mai 2020. (Capture d'écran/Kikar HaShabbat)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'un entretien avec le site d'information ultra-orthodoxe Kikar HaShabbat, le 9 mai 2020. (Capture d'écran/Kikar HaShabbat)

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a déclaré dans une interview diffusée samedi que les ultra-orthodoxes israéliens étaient touchés par la pandémie de coronavirus de façon disproportionnée et que la communauté devrait effectuer un travail « d’introspection » en résultat de la crise.

Deri, chef de la formation ultra-orthodoxe Shas, a expliqué que la majorité des contaminations au sein de l’Etat juif avait eu lieu dans la communauté ultra-orthodoxe. Le groupe constitue approximativement 10 % de la population générale israélienne.

« Dans notre public, nous devons faire une introspection très profonde, malheureusement. Environ 70 % des malades, dans l’Etat d’Israël, dans le pays tout entier, 70 % des malades sont ultra-orthodoxes », a déclaré Deri dans une interview accordée au site d’information haredi Kikar HaShabbat.

Il a ajouté que le fort taux d’infection parmi les Juifs ultra-orthodoxes n’était pas seulement enregistré dans les centres de population majeurs – qui ont connu de graves épidémies largement médiatisées – mais également dans des enclaves religieuses plus modestes.

« Il ne faut pas se contenter de faire le décompte à Jérusalem, à Bnei Brak, à Beitar [Illit], à Elad et à Modiin Illit. L’épidémie a aussi touché d’autres villes en Israël. Quelqu’un qui connaît les données comme c’est mon cas sait que la maladie s’est également développée dans d’autres quartiers [de d’autres villes] qui sont à majorité ultra-orthodoxes. Et pour cette raison, nous devons faire un travail d’introspection », a-t-il poursuivi.

« Nous avons des explications : Pourim, les synagogues, les mariages. Tout cela est juste », a déclaré Deri.

Il a ajouté que les communautés ultra-orthodoxes des autres pays, notamment au Royaume-Uni, en France et en Argentine, avaient été aussi durement frappées par la pandémie.

Il a également évoqué la capacité d’Israël à contrôler l’épidémie, la qualifiant de « miracle » en notant que New York avait connu un taux de mortalité environ 60 fois supérieur à celui de l’État juif.

« Et qu’est-ce que cela nous dit ? Cela nous dit que d’un côté, Dieu nous protège et que de l’autre, il tente de nous transmettre un message », a clamé Deri.

Des ultra-orthodoxes prient devant la tombe du rabbin Shimon Bar Yohai, à Méron, en Galilée, le 6 mai 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Il a été rapporté que Deri avait été nommé par le cabinet au mois de mars comme porte-parole gouvernemental chargé d’encourager une adhésion stricte au sein de la communauté ultra-orthodoxe aux mesures imposées suite à l’épidémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...