Rechercher

Virus : Deri réclame « l’introspection » face au taux d’infection chez les haredim

Le ministre de l'Intérieur et chef du parti Shas a noté que 70 % des cas de coronavirus étaient issus de la communauté ultra-orthodoxe

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'un entretien avec le site d'information ultra-orthodoxe Kikar HaShabbat, le 9 mai 2020. (Capture d'écran/Kikar HaShabbat)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'un entretien avec le site d'information ultra-orthodoxe Kikar HaShabbat, le 9 mai 2020. (Capture d'écran/Kikar HaShabbat)

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a déclaré dans une interview diffusée samedi que les ultra-orthodoxes israéliens étaient touchés par la pandémie de coronavirus de façon disproportionnée et que la communauté devrait effectuer un travail « d’introspection » en résultat de la crise.

Deri, chef de la formation ultra-orthodoxe Shas, a expliqué que la majorité des contaminations au sein de l’Etat juif avait eu lieu dans la communauté ultra-orthodoxe. Le groupe constitue approximativement 10 % de la population générale israélienne.

« Dans notre public, nous devons faire une introspection très profonde, malheureusement. Environ 70 % des malades, dans l’Etat d’Israël, dans le pays tout entier, 70 % des malades sont ultra-orthodoxes », a déclaré Deri dans une interview accordée au site d’information haredi Kikar HaShabbat.

Il a ajouté que le fort taux d’infection parmi les Juifs ultra-orthodoxes n’était pas seulement enregistré dans les centres de population majeurs – qui ont connu de graves épidémies largement médiatisées – mais également dans des enclaves religieuses plus modestes.

« Il ne faut pas se contenter de faire le décompte à Jérusalem, à Bnei Brak, à Beitar [Illit], à Elad et à Modiin Illit. L’épidémie a aussi touché d’autres villes en Israël. Quelqu’un qui connaît les données comme c’est mon cas sait que la maladie s’est également développée dans d’autres quartiers [de d’autres villes] qui sont à majorité ultra-orthodoxes. Et pour cette raison, nous devons faire un travail d’introspection », a-t-il poursuivi.

« Nous avons des explications : Pourim, les synagogues, les mariages. Tout cela est juste », a déclaré Deri.

Il a ajouté que les communautés ultra-orthodoxes des autres pays, notamment au Royaume-Uni, en France et en Argentine, avaient été aussi durement frappées par la pandémie.

Il a également évoqué la capacité d’Israël à contrôler l’épidémie, la qualifiant de « miracle » en notant que New York avait connu un taux de mortalité environ 60 fois supérieur à celui de l’État juif.

« Et qu’est-ce que cela nous dit ? Cela nous dit que d’un côté, Dieu nous protège et que de l’autre, il tente de nous transmettre un message », a clamé Deri.

Des ultra-orthodoxes prient devant la tombe du rabbin Shimon Bar Yohai, à Méron, en Galilée, le 6 mai 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Il a été rapporté que Deri avait été nommé par le cabinet au mois de mars comme porte-parole gouvernemental chargé d’encourager une adhésion stricte au sein de la communauté ultra-orthodoxe aux mesures imposées suite à l’épidémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.